lundi 5 octobre 2015

ARTICLE EN LIGNE RECHERCHE / ETUDE Suicide chez les personnes âgées

Suicide chez les personnes âgées
Natalia SHPAK 1 ,
Jean-Paul BERTHET 2,
Francis EUDIER 3

1 Pôle Personnes Agées, CH Guillaume Régnier, 108 avenue Général Leclerc, B.P. 60321, 35703 Rennes Cedex 7, France.
2 Psychiatre libéral, 3 rue de Corbin, 35000 Rennes, France.
3 Service de Psychiatrie, CHU Rennes, 2 rue Henri Le Guilloux, 35033 Rennes Cedex 9, France.

Article reçu le 28/08/2014 et accepté le 17/03/2015.
Auteur correspondant : Docteur Natalia Shpak-Deschamps, Chef de Pôle Personnes
Agées, Centre Hospitalier Guillaume Régnier, 108 avenue du Général Leclerc,
B.P. 60321, 35703 Rennes Cedex 7, France.Courriel : n.shpak@ch-guillaumeregnier.f

La Revue de Gériatrie, Tome 40, N°5 MAI 2015
http://www.revuedegeriatrie.fr/lespdf/2015_40_271-278.pdf


RÉSUMÉ
Objectifs : Analyser les causes de suicide chez les personnes  âgées (PA). Proposer des améliorations de la prise en charge  préventive.
Matériel et méthodes : Étude rétrospective des dossiers  de 67 personnes de plus de 65 ans admises aux urgences  du CHU de Rennes pour une tentative de suicide (TS) du 01.01.2011 au 31.12.2011.
Résultats :
72 TS de PA (4,4 % des TS tous patients confondus), 5,9 % ont récidivé dans l’année, 1,6 % - 2 fois. 2 fois plus d’antécédents psychiatriques chez les PA de 65–74 ans (groupe 1) que de 75 ans et plus (groupe 2). Les moyens utilisés dans le groupe 2 sont plus violents, plus de patients du groupe 2 expliquent leur geste.
Discussion : Des caractéristiques spécifiques des TS des  PA sont présentes chez les patients du groupe 1. Leur geste est souvent causé par des dysfonctionnements banals du quotidien et par des problèmes somatiques curables. Dans le groupe 1 les TS ont les mêmes caractéristiques que dans la population des adultes jeunes.
Nous proposons d’appeler systématiquement l’équipe mobile gériatrique aux urgences pour les PA dépendantes et ayant des comorbidités somatiques. L’orientation post urgences doit se faire vers les services psycho-gériatriques.
Conclusion
: Les TS réalisées par les PA de 75 ans et plus ont des particularités. Leur prise en charge aux urgences et
après doit être spécifique. La prévention des récidives ne peut avoir de succès que si tous les aspects de la personne sont pris en compte dès les urgences : l’état psychiatrique, l’état somatique, la dépendance, les conditions de vie. La collaboration des psychiatres et des gériatres est nécessaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire