mardi 11 août 2015

RECHERCHE ETUDE FRANCE - Risque suicidaire chez les patients inscrits dans le traitement d'entretien à la méthadone: le statut du HCV et les implications pour la prévention du suicide

Risque suicidaire chez les patients inscrits dans le traitement d'entretien à la méthadone: le statut du HCV et les implications pour la prévention du suicide (ANRS Methaville) titre original : Suicidal risk among patients enrolled in methadone maintenance treatment: HCV status and implications for suicide prevention (ANRS Methaville)

Laurent Michela, b, c, , , Caroline Lionsd, e, f, Gwenaelle Maradand, e, f, Marion Morad, e, f, Fabienne Marcellind, e, f, Alain Morelg, Bruno Spired, e, f, Perrine Rouxd, e, f, Patrizia M. Carrierid, e, f, the Methaville Study Group
a Health and Medical Research National Institute, Research Unit 669, Paris, France
b University Paris-Sud and University Paris Descartes, UMRS0669, Paris, France
c Centre Pierre Nicole, French Red Cross, 27 rue Pierre Nicole, Paris, France
d INSERM, UMR912 “Economics and Social Sciences Applied to Health and Analysis of Medical Information” (SESSTIM), 13006 Marseille, France
e Aix Marseille University, UMRS912, IRD, 13006 Marseille, France
f ORS PACA, Southeastern Health Regional Observatory, 23 rue Stanislas Torrents, 13006 Marseille, France
g Oppelia, 20 Avenue Daumesnil, 7512 Paris, France

Available online 14 July 2015 http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0010440X15001170 Contexte

Le suicide est un problème critique des usagers d'opiacés. Le but de cette étude était d'évaluer la relation entre le statut de HCV et le risque suicidaire chez les patients recevant un traitement à la méthadone.
Méthodes
Nous avons utilisé des données provenant Methaville, une étude multicentrique, randomisée pragmatique visant à évaluer la faisabilité de l'administration de la méthadone dans les soins primaires par rapport à l'administration dans des centres spécialisés. Le Risque suicidaire a été évaluée lors de l'inscription et après un an de traitement à la méthadone en utilisant le module de tendances suicidaires dans la MINI International Neuropsychiatric Interview. Les caractéristiques socio-démographiques, la drogue et d'alcool, les facteurs comportementaux et de personnalité, les antécédents d'usage de drogues et des indicateurs de santé ont également été évalués.
Résultats
Un total de 195 personnes ont été recrutés à partir de Janvier 2009 à Décembre 2010. L'évaluation des risques suicidaires était disponible au mois 0 (M0) et M12 pour 159 (72%) et 118 (73%) des individus, respectivement. Quarante-quatre (28%) étaient à risque de suicide à M0 et 17 (14%) au M12 (p = 0,004). Un patient a tenté de se suicider par overdose au cours de la seule année de suivi. Les trois facteurs suivants ont été associés à un risque suicidaire: virus de l'hépatite C (HCV) positif (OR [IC 95%] = 17,25 [1,14 à 161,07]; p = 0,04), recevant une aide alimentaire (OR [IC 95%] = 0,05 [0,00 à 1,05]; p = 0,05) et un nombre plus élevé de problèmes de santé (OR [IC 95%] = 1,24 [1,08 à 1,44]; p = 0,003).
Conclusions
Une attention particulière devrait être accordée aux patients atteints du HCV positif grâce à des stratégies de prévention des risques suicidaires et de l'évaluation routine du risque suicidaire dans le cadre d'une approche globale de la prévention et de soins pour les usagers d'opiacés. Nos résultats représentent un nouveau et puissant argument en faveur de l'expansion de l'accès au traitement du HCV aux usagers de drogues avec une infection chronique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire