jeudi 23 avril 2015

SUISSE - HUG: smartphone à la rescousse des "borderline"

HUG: smartphone à la rescousse des "borderline"

Genève / 22.04.15 / Nadia Barth http://www.ghi.ch/le-journal/geneve/hug-smartphone-la-rescousse-des-borderline

Trouble psychologique • C’est une première. L’application «Emoteo», développée par les Hôpitaux universitaires de Genève, pourrait sauver des vies.

L'application propose entre autre, des exercices de méditation pour sortir de la crise. 

Impulsivité élevée, peur panique de l’abandon ou forte difficulté à réguler ses émotions sont quelques traits caractéristiques des personnes dites «borderline». C’est pour répondre aux besoins de cette population fragile, qu’une équipe des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) a développé une idée innovante: une application gratuite nommée Emoteo. Une première en Suisse romande. Son but? Offrir un soutien aux patients en cas de crise et en l’absence de leur thérapeute. Au menu: exercice de méditation ou encore gestes à effectuer. Et tout cela, en seulement quelques clics.

Succès de l’application

«Depuis son lancement début mars, l’application a été téléchargée près de 600 fois en Suisse romande», annonce le Dr Paco Prada, co-initiateur du projet au Service des spécialités psychiatriques des HUG. C’est un succès. «On a imaginé une météo allant de 1 à 10 et censée évaluer l’état émotionnel de la personne au moment de la crise, développe le spécialiste. Cette étape permet déjà au sujet de prendre de la distance avec lui-même. En fonction de sa réponse, l’application propose par exemple, des exercices axés sur la méditation. Pour qu’Emoteo soit vraiment efficace, cela demande de s’exercer régulièrement. Toutefois, il se peut qu’au delà d’un certain seuil, ces exercices ne suffisent plus et un numéro d’urgence s’inscrit» Il faut dire, qu’au plus haut de la crise, les personnes borderlines peuvent devenir très inquiétantes.

Risque suicidaire

«Le problème chez cette population, ce sont les comportements suicidaires. Le risque de mortalité est élevé et va jusqu’à 10 %», explique le Dr Prada. Une situation alarmante à laquelle les réponses manquent. «Il n’existe aucun traitement médicamenteux spécifiquement adapté aux borderlines, le traitement est psychothérapeutique mais répondre aux situations de crise peut être difficile, ajoute le spécialiste. En plus, notre ligne d’urgence aux HUG n’est en service que de 9 heures à 18 heures. Or c’est en soirée que ces personnes sont les plus vulnérables». C’est donc pour apporter des solutions et un soutien en tout temps qu’Emoteo a vu le jour. «Nous travaillons actuellement à l’amélioration de l’application sur smartphone, mais on pense aussi à la montre connectée. Les informations qu’elle relève comme le pouls peuvent apporter des données précieuses et donc une assistance plus efficace dans le futur.» n

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire