vendredi 10 avril 2015

PARUTION Suicide et environnement organisationnel , Facteurs de risque et pistes de prévention


Suicide et environnement organisationnel , Facteurs de risque et pistes de prévention
Caroline Nicolas (Auteur), Monique Seguin (Préface) - Essai (broché). Paru en 03/2015
Caroline Nicolas : Psychologue TCC, Chercheuse associée à l’équipe du Pr Séguin, Groupe McGill d’Etudes sur le Suicide et Chargée d'enseignement,  Université de Lille 3

Date de parution 22/03/2015
Editeur De Boeck
Collection Ouvertures Psychologiques

Nombre de pages 250

Le Mot de l'Auteur
: Il s'agit d'un ouvrage à destination des professionnels et étudiants de la santé mentale, la santé au travail et en gestion des ressources humaines, proposant une revue de littérature sur les questions de santé mentale, suicide et travail, ainsi que des pistes concrètement applicables dans les entreprises pour contribuer à prévenir le suicide.

Le Mot de l'éditeur : Suicide et environnement organisationnel
Plusieurs chercheurs ont proposé ces dernières années des interprétations des suicides de personnes salariées, dont la cause serait majoritairement liée à des éléments dépendants de situations professionnelles. Néanmoins, bien que la littérature scientifique soit riche sur les liens entre santé mentale et travail, des recherches empiriques sur les liens entre suicide et travail sont moins nombreuses. De plus, les résultats de celles disponibles sont plutôt incohérents avec ces interprétations.
Le passage à l’acte suicidaire soulève généralement de nombreuses interrogations et réactions de l’entourage ; cette complexité tient en partie au fait d’une étiologie multifactorielle. En effet, le suicide est souvent le résultat d’une crise suicidaire ayant conduit une personne à percevoir de moins en moins de solutions à une souffrance mentale intense, jusqu’au suicide comme unique solution envisagée. En outre, le parcours de vie des personnes suicidées est généralement marqué par une adversité élevée dans de multiples sphères de vie. Principalement, les travaux académiques révèlent le trouble psychiatrique comme un facteur de risque robuste. Suivent d’autres facteurs, parmi lesquels les traits de personnalité et l’accumulation d’évènements de vie négatifs.
En exposant et confrontant les résultats de travaux académiques récents, cet ouvrage ouvre la réflexion sur une question complexe qu’est celle des liens qu’un acte suicidaire pourrait avoir avec des difficultés rencontrées au travail. Il propose ensuite de recentrer l’approche de cette question sur les moyens et outils disponibles aujourd’hui pour améliorer la prévention du suicide dans les entreprises.
L’ouvrage pourra intéresser principalement les étudiants et professionnels en santé mentale des champs psychologique et psychiatrique, plus largement paramédical et médical, les étudiants et professionnels en gestion des ressources humaines, les médecins du travail et services de santé au travail ainsi que généralement, les professionnels en santé au travail, internes ou externes aux organisations. Enfin, il est susceptible d’intérêt pour toute personne curieuse des questions de santé dans un contexte professionnel.

Avis de la Fnac
: Suicide et environnement organisationnel
Cet ouvrage vise à montrer combien les différents acteurs des entreprises ont intérêt de sortir d'un débat qui n'a scientifiquement pas lieu d'exister, dans l'intérêt d'une meilleure prévention de la santé mentale et du suicide dans les entreprises. Dans un premier temps, au moyen d'une analyse de la littérature scientifique récente publiée dans différentes disciplines (psychologie du travail, sociologie, psychologie clinique, psychopathologie, psychiatrie), il dresse un état des lieux de la question du risque suicidaire en lien avec un environnement de travail ou une situation professionnelle spécifique est dressé et conclut à des incohérences entre le débat actuel et les résultats d'études scientifiques. Dans un second temps, il approche la question du suicide de salariés en prenant en compte les caractères complexe et multifactoriel d'un passage à l'acte suicidaire, cela en faveur d'une meilleure prévention du suicide dans les entreprises. En effet, un passage à l'acte suicidaire soulève de nombreuses réactions de l'entourage ; cette complexité tient en partie au fait d'une étiologie multifactorielle. Un recensement des bonnes pratiques et protocoles d'action efficaces après un suicide, ayant été menés dans d'autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire