lundi 16 mars 2015

RECHERCHE - ROYAUME UNI : varénicline & Risque suicidaire

Une étude publiée dans le « British Medical Journal » conclut que la varénicline n’est pas associé à un risque suicidaire
Communiqué de presse publié 12 Mars 2015
D'après article : "Largest review of clinical trials to date finds no increased risk of suicide in patients using Champix du 12 March 2015 http://www.bristol.ac.uk/news/2015/march/champix-study.html

Les résultats de la plus grande évaluation d'essais cliniques à ce jour pour déterminer si les patients à qui ont a prescrit le médicament de sevrage tabagique le varénicline (nom de marque Champix au Royaume-Uni) sont à un risque accru d'événements neuropsychiatriques, publiés en ligne dans le British Medical Journal [BMJ] [12 Mar]. L'étude a été réalisée par des chercheurs de l'Université de Bristol.

Le médicament, qui a été autorisée la première fois au Royaume-Uni fut en 2006, s'est avérée être un médicament de sevrage tabagique le plus cliniquement efficace pour réduire les envies de nicotine et les symptômes de sevrage pour l'abstinence à court terme. Cependant, depuis son introduction il y a eu des inquiétudes sur sa sécurité neuropsychiatrique après des rapports des réactions indésirables dans le cadre des systèmes de déclaration spontanée. Ils ont été réitérés en Octobre 2014, lorsque la  US Food and Drug Administration (FDA) a décidé de maintenir la boîte noire d'avertissement pour la varénicline, avertissement de sécurité la plus forte de l'agence.

Une équipe de chercheurs, dirigée par le Dr Kyla Thomas à l'Université de Bristol, a effectué le premier examen systématique publié complet et de méta-analyse à ce jour sur les effets neuropsychiatriques associés à l'utilisation du varénicline. Utilisant les résultats de 39 études de la varénicline l'équipe a identifié une cohorte de 10 761 participants dont ont a comparé les effets de 5817 patients qui avaient reçu la dose maximale de 1 mg du médicament deux fois par jour et 4 944 patients qui avaient reçu un placebo.

Les résultats ont montré aucune preuve d'un risque accru de comportement suicidaire, de dépression ou de mort par suicide chez les utilisateurs de varénicline par rapport à ceux des groupes placebo. les résultats ne montrent pas plus des preuves pour une variation de dépression et de comportement suicidaire par groupe d'âge, de sexe, d'ethnie, niveau de tabagisme, ou la présence ou l'absence de maladie psychiatrique. Le médicament a été associée à un risque accru de troubles du sommeil incluant insomnies et rêves anormaux bien que ces effets secondaires sont déjà bien connus et inclus dans brochures d'information patients.

En outre, les résultats ont montré une réduction de 25 pour cent du risque d'anxiété même si cela est susceptible d'être expliqué par l'impact positif de l'abandon du tabac sur la santé mentale. Des recherches antérieures ont montré que les fumeurs qui cessent de fumer ont une réduction de la dépression et de l'anxiété par rapport à ceux qui continuent à fumer.

Dr Kyla Thomas, Conférenciere à National Institute for Health Research (NIHR)  de santé publique en fonction à  Bristol’s School of Social and Community Medicine, a déclaré: «Cette étude représente l'évaluation la plus complète des effets indésirables liés à l'utilisation de Varenicline jusqu'à présent et permet de rassurer les utilisateurs et les prescripteurs de ce médicament.


 "Les Maladies liées au tabagisme coûtent au NHS environ £5 milliard par an. des Craintes actuelles concernant la sécurité de la varénicline chez les prescripteurs et les patients peuvent être pris en compte dans la diminution de 25 pour cent des prescriptions observées entre 2011 et 2013. Les résultats de cette étude montrent que les avantages de l'utilisation du varénicline pour arrêter de fumer l'emportent sur les risques non encore prouvées de comportements suicidaires. Par conséquent, la réduction de prescription de la varénicline doit être autant une cause de préoccupation pour les cliniciens, des organismes de réglementation et des décideurs politiques que les craintes infondées concernant l'association de la drogue au comportement suicidaire ".
De plus amples informations


références étude citée Risk of neuropsychiatric adverse events associated with varenicline: systematic review and meta-analysis
BMJ 2015; 350  (Published 12 March 2015) Kyla H Thomas, NIHR clinical lecturer, Richard M Martin, professor of clinical epidemiology, Duleeka W Knipe, Wellcome Trust PhD student, Julian P T Higgins, professor of evidence synthesis, David Gunnell, professor of epidemiology correspondence to: K H Thomas kyla.thomas@bristol.ac.uk
1School of Social and Community Medicine, University of Bristol, Bristol BS8 2PS, UK
http://www.bmj.com/content/350/bmj.h1109
National Institute for Health Research (NIHR) (www.nihr.ac.uk).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire