lundi 2 février 2015

Un réseau d'aide pour les chefs d'entreprise dans la Manche



Actualité
Lundi 02 février 2015
Suicide. Un réseau d'aide pour les chefs d'entreprise dans la Manche
Face au risque de suicide, un dispositif est mis en place pour les chefs d'entreprise en difficulté économique et en souffrance psychologique. 

Entre juillet 2013 et fin juin 2014, une dizaine de cas de suicide de chefs d'entreprise de tous les secteurs d'activité a été constatée dans le département. Les chambres consulaires, chambre de métiers et de l'artisanat, chambre de commerce et d'industrie, tribunaux de commerce accompagnent pourtant les entrepreneurs en difficulté (entre 70 et 100 chaque année par la Chambre de métiers), mais ces réponses techniques, juridiques et financières sont parfois insuffisantes.



Un réseau vient d'être créé pour aider ces chefs d'entreprise en détresse psychologique. Son nom ? Apesa 50, pour Aide psychologique pour les entrepreneurs en souffrance psychologique aiguë. Les chambres consulaires, les CCI de Cherbourg Cotentin, Centre et Sud-Manche, la Chambre des métiers et les tribunaux de commerce de Cherbourg et Coutances se sont directement inspirées d'une expérience menée à Saintes en Charente-Maritime par son tribunal de commerce. Elles ont rencontré un psychologue clinicien qui y a oeuvré pour mettre en place un réseau.
Suivi avec un psychologue
Le Centre d'information et de prévention (CIP) a été retenu pour porter le dispositif Apesa 50. Concrètement, quand les signes de détresse psychologique sont détectés par le personnel des tribunaux de commerce, les mandataires judiciaires, les avocats ou les membres des chambres consulaires, une alerte est donnée à un psychologue, référant pour le département.
Une fiche d'alerte est alors transmise à ce référent, qui prend contact dans les 24 heures par téléphone avec le ou la chef d'entreprise. Le psychologue établit un diagnostic et dirige la personne, si nécessaire, vers un confrère, pour des séances de suivi, entre une et cinq. Les séances sont gratuites.
Le Centre d'information et de prévention est en train de constituer un réseau de personnes « sentinelles » prêtes à alerter. Mais ce réseau demande, c'est le souhait des chambres consulaires et des tribunaux de commerce, à être étendu dans différents domaines de la société, comme le social par exemple.
Le budget prévisionnel de ce dispositif Apesa 50 est de 20 000 € pour la première année, financé par le Département et la Région.
 


Renseignements, au Centre d'information et de prévention, CIP, tél. 06 63 98 24 60, à la Chambre de métiers et de l'artisanat, dans les Chambres de commerce et d'industrie de Cherbourg Cotentin et Centre et Sud-Manche et aux tribunaux de commerce de Cherbourg et Coutances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire