vendredi 27 février 2015

TUNISIE Suicide des jeunes: Un tabou s’est brisé !



Suicide des jeunes: Un tabou s’est brisé !
Au mois de décembre dernier, 26 cas de suicide ont été recensés en Tunisie, à raison d’un suicide par jour. D’après le rapport du Forum tunisien des droits économiques et sociaux publié récemment, six cas ont été commis par des jeunes, âgés entre 6 et 19 ans. Ils se sont donné la mort par strangulation ou en se jetant du haut d’un établissement scolaire. Lors d’une conférence de presse tenue il y a deux mois, le ministre de la Santé, Mohamed Saleh Ben Ammar confirme ce constat en  affirmant  que les tentatives de suicide sont particulièrement élevées chez les adolescents.
Le phénomène de suicide n’est pas nouveau en Tunisie. Il est souvent occulté par la famille, caché au sein de la société, car interdit par la religion et traqué par la législation. Ce qui est nouveau, ce sont les tentatives de suicide de jeunes  qui se suivent et se ressemblent, tel un effet domino,  comme si la mort n’était qu’un jeu  d’enfant….Ce qui est nouveau également, c’est la prise de conscience générale d’un fléau qui touche petits et grands, familles pauvres et familles riches,  au pays de la Révolution. Pour la première fois, le ministère de la Santé va élaborer un registre de suicide comportant toutes les données et les statistiques. Ce qui est nouveau enfin,c’est la médiatisation d’un acte suicidaire, irréfléchi ou prémédité,  au risque de le sublimer….ou  de le banaliser.
Bouazizi aurait-il contaminé toute une génération ? Serait-il responsable de cette épidémie comme veulent le croire certains ? Mettre fin à sa vie serait-il un acte héroïque, une passerelle vers un mode meilleur ?
Elèves suicidaires, djihadistes, « harragas » …. : des jeunes qui  se jettent dans l’inconnu ;  une envie irrésistible de changer, une course folle à la recherche d’une identité, d’une valorisation,  d’un statut…Une souffrance, une détresse que l’entourage ne pouvait comprendre ou digérer. L’acte est souvent irréversible ; la « délivrance » est aussi tragique que prohibée. « Se donner la mort, n’est pas chose facile », souligne Pr Asma Bouden, chef de service de pédopsychiatrie à l’hôpital Razi en rappelant que des facteurs sociaux et psychiatriques sont à l’origine de la conduite suicidaire (voir interview).
Que cherche le jeune à travers cette conduite, à travers ses SOS ? Doit-on le condamner et juger sa souffrance ?  Une tentative ratée, faut-il aussi en parler ? Autant de questions alors que le tabou du suicide est brisé. Faut-il rester vigilant car les risques de contagion et de récidive seront toujours vivants.
Pr Asma Bouden, chef du service  pédopsychiatrie à l’hôpital Razi
« Ne jamais banaliser une tentative de suicide »
Le phénomène de suicide en Tunisie prend de l’ampleur.  Il a comme un effet boule de neige surtout chez les jeunes…
Nous observons en effet  une augmentation très importante des cas de suicide.  La consultation pour conduite suicidaire a quadruplé  ces quatre  dernières années. Nous  assistons  à une véritable épidémie.  Il est vrai que  les adolescents s’imitent beaucoup.  Ils veulent se ressembler même dans le pire.  Il est tout aussi vrai qu’à l’adolescence, le jeune est confronté à  un véritable  bouleversement psychique qu’on appelle  la crise de l’adolescence.  Pour dépasser cette crise, le jeune va se défendre à travers des mécanismes: la mise en acte (agir ) et la toute puissance (mégalomanie, égocentrisme..).. On le voit excessif dans sa conduite. Il trouve plaisir à prendre des risques parfois au péril de sa vie (excès de vitesse, conduire une moto sans casque, overdose…). L’adolescent aime bien flirter avec la mort.
Certains jeunes vont passer à l’acte. Quels sont les facteurs de risque ?
Les facteurs de risque  sont environnementaux et psychologiques. Les facteurs environnementaux sont multiples:  la précarité sociale, les problèmes familiaux (conflit, divorce, familles désunies), la délinquance, le décrochage scolaire par manque d’encadrement familial et pédagogique, il y a aussi le harcèlement scolaire, l’élève est harcelé par ses pairs à l’école et via les réseaux sociaux…L’initiation par le groupe à la prise de produits toxiques avec des conséquences néfastes sur le fonctionnement du sujet pouvant l’inciter au vol, sevrage , décrochage scolaire est aussi un facteur de risque,…Sans oublier l’idéalisation des conduites suicidaires dans certaines séries télévisées:  le jeune en quête d’identification va chercher à ressembler à ces acteurs qui se donnent la mort dans la fiction.
Parmi les facteurs psychologiques, on note toutes les fragilités de la personnalité qui vont  s’exprimer à l’adolescence sous forme de troubles psychologiques: schizophrénie, bipolarité, épisode dépressif majeur…)
Les facteurs environnementaux  interagissent avec les facteurs psychologiquesdans la conduite suicidaire. Parfois on décèle un facteur banal (une dispute familiale, une mauvaise note, une déception amoureuse, des moqueries, une gifle). Le geste suicidaire est alors impulsif et non prémédité.
Le geste suicidaire n’est donc pas toujours réfléchi ?
Il faut d’abord faire la différence entre le suicide et la tentative de suicide, entre un sujet qui rate son geste et un sujet qui se donne la mort réellement : dans le cas d’une tentative de suicide , il s’agit d’un adolescent en crise présentant quelques troubles psychiques qui, a la suite d’un évènement stressant, va de manière impulsive et non réfléchie passer à l’acte en utilisant généralement des moyens (doux) : une prise médicamenteuse , des produits ménagers, …  Ils auraient déjà soit menacé soit prévenu  leur entourage.  Le geste suicidaire revêt alors l’aspect d’un appel à l’aide ou d’un chantage affectif. L’adolescent cherche en quelque sorte à relancer la communication entre lui et son entourage. Dans ce contexte, le désir de mort n’est pas profond et réel, d’ailleurs il est très fréquent que l’ado banalise cette conduite par des propos tels que « normal », « je n’ai pas voulu me suicider » ,« je voulais dormir ». Il banalise son geste parfois  avec la connivence des parents qui redoutent des poursuites judiciaires  et aussi pour des raisons purement religieuses alors qu’il ne faut jamais banaliser une tentative de suicide. Le risque de récidive est toujours important.
Le suicide réussi est différent : le désir de mort est profondément ancré dans la pensée du sujet qui présente souvent des troubles graves de la personnalité et certaines pathologies mentales avérées. Dans ce cas, le geste suicidaire est réfléchi et prémédité.  Le sujet utilise des moyens violents tels que la défénestration, la phlébotomie, la pendaison, la noyade, l’immolation… Tous ces gestes touchent à  l’intégrité du corps. Autant de gestes irréversibles.
Les cas d’immolation par le feu  se sont multipliés depuis le geste de Bouazizi, que cache cette forme de suicide ?
La personne qui s’immole est généralement  en souffrance psychique.La personne cherche à travers le caractère de ce  geste suicidaire à défier la société, le pouvoir, l’autorité.  Dans l’immolation, il y a le défi mais il y a aussi le spectacle. La personne s’immole devant tout le monde pour exposer sa souffrance et sa détresse.
Quels sont les signes qui peuvent alerter l’entourage ?
Il ne faut pas banaliser les menaces et les pensées suicidaires.  L’entourage doit intervenir lorsqu’il note un changement dans le fonctionnement du sujet : un état dépressif, un trouble psychique… Il faut être aussi vigilant par rapport aux ados  impulsifs qui passent facilement  à l’acte, les ados anxieux qui s’isolent, qui montrent des signes de tristesse…Pour des considérations religieuses ou pénales, le suicide est souvent dissimulé.  Nous savons tous qu’un suicide est considéré comme tel jusqu’à preuve du contraire…
En Syrie, en Irak,  en mer méditerranée …De jeunes djhadistes et des « haragas » se jettent dans l’inconnu au risque de leur vie. N’est ce pas aussi une forme de suicide?
Ce sont des  équivalents suicidaires: pour les « harragas », ça passe ou ça casse, comme une roulette russe. En se jetant dans la mer, ils jouent leur vie à tombeau ouvert.
Le djihad est une forme d’endoctrinement qui cible des  sujets  fragiles à la recherche d’une valorisation : des délinquants parfois et des personnalités psychotiques. Le djihad leur permet de se revaloriser et d’acquérir un statut dans la vie et dans l’au-delà : le statut de caïd, de héros, de martyr…
Ces personnes fragiles subliment un mal être par la conduite « djihadiste ».  Ils vont transformer un souhait de mort en un acte héroïque. Ils vont sacraliser et  sublimer l’idée de la mort.
Quelle prise en charge pour les conduites suicidaires et comment éviter surtout  les récidives ?
La conduite suicidaire surtout celle qui nécessite des soins médicaux est systématiquement orientée en psychiatrie.  Il arrive toutefois que les parents du jeune suicidaire banalisent son geste et refusent pour telle ou telle considération (religieuse, sociétale…) la consultation; ils ne viennent pas consulter alors que les risques de récidive  sont fréquents. Lorsque le patient suicidant consulte,  nous évaluons son degré de dangerosité pour lui-même ; nous proposons soit une hospitalisation soit une prise en charge en ambulatoire avec des rendez-vous rapprochés en préférant des techniques psychothérapeutiques et en évitant la prescription de médicaments, car il est classique que le sujet utilise les médicaments prescrits par le médecin pour passer à l’acte une nouvelle fois. Dans tous les cas, l’intervention évaluative et thérapeutique doit se faire dans les trois jours qui suivent l’acte suicidaire. C’est primordial pour le diagnostic et la vie du sujet.
Propos recueillis par    Sarra Rajhi

06 fév 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire