lundi 16 février 2015

RECHERCHE USA effets TCC sur le post-traitement des tentatives de suicide dans un échantillon militaire

Effets d'une thérapie brève cognitivo-comportementale sur le post-traitement des tentatives de suicide dans un échantillon militaire: Résultats d'un essai clinique randomisée sur 2 ans de suivi
D'après article "
Short-term cognitive behavioral therapy reduces suicide attempts among at-risk soldiers" http://www.news-medical.net/news/20150216/Short-term-cognitive-behavioral-therapy-reduces-suicide-attempts-among-at-risk-soldiers.aspx Publié le 16 Février, 2015

Une thérapie cognitivo-comportementale à court terme réduit considérablement les tentatives de suicide parmi les militaires à risque, selon les résultats d'une étude de recherche des chercheurs de l'University of Texas Health Science Center à San Antonio.

L'étude de deux ans, financé par Programme opérationnel de recherche en médecine militaire de l'armée, a été menée à Fort Carson, au Colorado. Il s'agissait de 152 soldats en service actif qui avaient soit tenté de se suicider ou avaient été jugés à risque élevé de suicide, afin d'évalués l'efficacité d'une thérapie
brève cognitivo-comportementale (TCC) dans la prévention de futures tentatives de suicide.

L'étude a révélé que les soldats ayant reçu la TCC étaient 60 pour cent moins susceptibles de faire une tentative de suicide au cours des 24 mois suivant que ceux recevant un traitement standard. Les résultats ont été publiés en ligne le vendredi 13 février, par The American Journal of Psychiatry. L'article est disponible en ligne
http://ajp.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ajp.2014.14070843

Les résultats sont particulièrement encourageants, étant donné que les taux des membres de service en service actif recevant des diagnostics psychiatriques a augmenté de plus de 60 pour cent au cours de la décennie de la guerre en Irak et en Afghanistan. Les taux de suicides et tentatives de suicide ont augmenté en chiffres comparables.

"L'augmentation significative des suicides militaires au cours de la dernière décennie est une tragédie nationale», a déclaré Alan Peterson, Ph.D., co-investigateur de l'étude qui est un professeur de psychiatrie à l'École de médecine de l'UT Health Science Center de San Antonio et directeur de l'approche militaire STRONG STAR Consortium. "Le ministère de la Défense a répondu en investissant des ressources considérables dans la recherche sur le suicide militaire, et les résultats de cette étude peut être les plus importants et les plus prometteurs à ce jour. Observer une réduction de 60 pour cent des risques de tentatives de suicide chez les soldats en service actif après une intervention
brève est vraiment prometteur", a déclaré M. Peterson.

D'autres chercheurs de UT Health Science Center de la
STRONG STAR Consortium inclus Stacey Young-McCaughan, RN, Ph.D., et Jim Mintz, Ph.D. STRONG STAR, un groupe de recherche international dirigé par le Centre des sciences de la santé, a soutenu cette étude dans le cadre d'un plus grand effort pour développer et tester les meilleurs diagnostics, préventions et traitements post-traumatique de stress lié au combat et les conditions connexes.

M. David Rudd, Ph.D., président de l'Université de Memphis, et Craig Bryan, Psy.D., un psychologue clinique à l'Université de l'Utah et directeur exécutif du National Center for Veterans Studies, a dirigé l'étude.

"Nous sommes très heureux des résultats très positifs de cet essai clinique, en particulier du fait que nous avons été en mesure de développer et de mettre en œuvre un traitement qui contribue à améliorer la vie de nos soldats", a déclaré le Dr Rudd.

"Le traitement se concentre sur la façon pour gérer plus efficacement, comment penser de manière plus utiles et comment se rappeler ce qui est important dans une vie de stress. En substance, le soldat apprend à vivre une vie digne d'être vécue dans un très court laps de temps », a déclaré le Dr Bryan.

«Cette réalisation historique est le résultat des efforts de plusieurs années par des chercheurs de trois universités, le ministère de la Défense et une équipe exceptionnelle de professionnels de la santé comportementale armée à Fort Carson," a poursuivi le Dr Bryan. "Plus important encore, nous exprimons notre sincère gratitude à ces soldats qui se sont portés volontaires pour participer à cette étude. Bien que ces soldats ne savaient pas s'ils allaient bénéficier personnellement de la participation, ils se sont néanmoins portés volontaires avec l'espoir que le résultat ferait bénéficier à d'autres soldats et membres du services . je pense que nous pouvons dire avec confiance qu'ils ont atteint leur objectif. "

Dr Peterson de la Science Center UT Santé a ajouté: «Les partenariats de recherche entre les excellents l'Université de Memphis, l'Université de l'Utah, l'UT Health Science Center à San Antonio et Evans Hôpital communautaire de l'Armée à Fort Carson ont contribué à la réussite de ce projet ».
SourceUniversité du Texas Health Science Center à San Antonio






The authors evaluated the effectiveness of brief cognitive-behavioral therapy (CBT) for the prevention of suicide attempts in military personnel.

In a randomized controlled trial, active-duty Army soldiers at Fort Carson, Colo., who either attempted suicide or experienced suicidal ideation with intent, were randomly assigned to treatment as usual (N=76) or treatment as usual plus brief CBT (N=76). Assessment of incidence of suicide attempts during the follow-up period was conducted with the Suicide Attempt Self-Injury Interview. Inclusion criteria were the presence of suicidal ideation with intent to die during the past week and/or a suicide attempt within the past month. Soldiers were excluded if they had a medical or psychiatric condition that would prevent informed consent or participation in outpatient treatment, such as active psychosis or mania. To determine treatment efficacy with regard to incidence and time to suicide attempt, survival curve analyses were conducted. Differences in psychiatric symptoms were evaluated using longitudinal random-effects models.

From baseline to the 24-month follow-up assessment, eight participants in brief CBT (13.8%) and 18 participants in treatment as usual (40.2%) made at least one suicide attempt (hazard ratio=0.38, 95% CI=0.16–0.87, number needed to treat=3.88), suggesting that soldiers in brief CBT were approximately 60% less likely to make a suicide attempt during follow-up than soldiers in treatment as usual. There were no between-group differences in severity of psychiatric symptoms.

Brief CBT was effective in preventing follow-up suicide attempts among active-duty military service members with current suicidal ideation and/or a recent suicide attempt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire