mardi 10 février 2015

RECHERCHE FRANCE Différences entre les sexes dans les associations d'activités de jeu et les comportements suicidaires avec le jeu compulsif

Titre original : Gender differences in the associations of gambling activities and suicidal behaviors with problem gambling in a nationally representative French sample
Mathilde M. Huskya, , , Grégory Michelb, Jean-Baptiste Richardc, Romain Guignardc, François Beckd, e, f
a Institut de Psychologie, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Institut Universitaire de France, Boulogne Billancourt, France
b Laboratoire EA 4139 Psychologie, Santé et Qualité de Vie, Université Bordeaux Segalen, Bordeaux, France
c French Institute for Health Promotion and Health Education (INPES), Saint-Denis, France
d French Monitoring Center on Drugs and Drug Addiction (OFDT), Paris, France
e Cermes3—Cesames team (Research Centre Medicine, Sciences, Health, Mental Health, Health Policy), Paris, France
f René Descartes Paris V University, CNRS, UMR 8211, INSERM, U988, EHESS, Paris, France
 en ligne le 19 Janvier 2015

résumé
Examen des différences entre les sexes dans les facteurs associés aux problèmes de jeu. Les données ont été extraites du Baromètre santé 2010 , une vaste enquête sur un échantillon représentatif de la population générale âgée de 15 à 85 ans vivant en France (n = 27 653), réalisée par l'Institut national de promotion de la santé et de l'éducation de la santé INPES. Les données ont été recueillies entre Octobre 2009 et Juillet 2010. Un système d'interview téléphonique assistée par ordinateur a été utilisé.
résultats

Les résultats indiquent que les hommes sont trois fois plus susceptibles de rencontrer des problèmes avec le jeu. Hommes et femmes ont différents types d'activités de jeux de hasard. Les hommes étaient plus impliqués dans Rapido, jeux sur Internet, les sports et les champs de courses, le poker et les tables de casino, alors que les femmes ont joué le plus souvent à des jeux de grattage. Les deux, hommes et les femmes, s'engageant dans les jeux à récompenses immédiates étaient significativement plus susceptibles d'éprouver des difficultés avec le jeu. Cette association, cependant, était plus forte chez les femmes. Outre, les idées et les comportements suicidaires sont plus susceptibles d'être associés à des problèmes de jeu chez les femmes par rapport aux hommes.
conclusions
L'étude souligne l'importance de tenir compte des différences liées au sexe dans l'étude des comportements de jeu.



http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S030646031500012X


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire