mardi 24 février 2015

Poitou charente Contrat Local de Santé (CLS) de la Communauté de communes de l’Île d’Oléron

Le CLS de la Communauté de Communes d'Oléron adopté le 24 février 2015

Le 24 février 2015, le Contrat Local de Santé (CLS) de la Communauté de communes de l’Île d’Oléron (Pdf 106 Ko) a été signé entre la Communauté de communes de l’Île d’Oléron, l’ARS Poitou-Charentes et la Préfecture de Charente-Maritime. Il s’agit du 1er CLS insulaire de la région.
Le Contrat Local de Santé de l’Île d’Oléron est le résultat d’une mobilisation forte des acteurs du territoire depuis la phase de diagnostic jusqu’à l’élaboration du programme d’actions décliné en cinq axes prioritaires adaptés dont

• La Prévention du suicide : Comprendre, identifier, intervenir, orienter une personne en crise suicidaire sur le territoire oléronais, pour une prise en charge adaptée à sa situation et aux circonstances – Fiche action (Pdf 25 Ko)

en savoir plus sur les autres axes et fiches actions http://www.ars.poitou-charentes.sante.fr/Le-CLS-de-la-Communaute-de-Com.175836.0.html

 ***

Article sur le sujet  :
Priorité à la santé dans l’île d’Oléron
Publié le 25/02/2015 http://www.sudouest.fr/2015/02/25/priorite-a-la-sante-dans-l-ile-d-oleron-1840437-1436.php
Jeanne Blanquart
C 'est le deuxième contrat local de santé à être validé en Charente-Maritime. Hier, à Saint-Pierre-d'Oléron, une trentaine de personnes, dont le président de la Communauté de communes Pascal Massicot, se sont réunies pour assister à la signature de ce plan. Il est axé autour de cinq thématiques prioritaires : l'accès aux soins, les addictions, la prévention du suicide, le maintien à domicile des personnes âgées et la santé, la sexualité et le bien-être.

« Le particularisme attrayant de l'île d'Oléron, qui est une île lumineuse, masque une réalité peut-être un peu plus terne », a souligné François Maury, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS). Le taux de mortalité par suicide est par exemple bien plus élevé sur l'île que dans le reste de la France. « Une île, c'est un microcosme particulier sur le plan psychologique, explique Marthe Barrière, vice-présidente de la Maison de Pierre. Mais les médecins n'ont aucune certitude quant aux causes de ce taux plus élevé. »
Coordination sans fonds
L'élaboration de ce plan a nécessité plusieurs mois de travail de la part du comité de pilotage. « Nous avons créé des groupes de réflexion par thématique, pour voir ce qui pouvait être fait », a détaillé Céline Emereau, chargée de mission à l'ARS.
Concrètement, ce contrat local ne sera pas suivi de subventions particulières pour les acteurs locaux de la santé. « Ce sont des personnes que l'on rencontre régulièrement, a assuré Céline Emereau. La plupart n'ont pas besoin de financements supplémentaires, mais d'un partage d'information et d'une meilleure coordination. »
Des temps de rencontre seront ainsi organisés entre les associations et le personnel médical, pour tenter de contrecarrer ces chiffres alarmants. « La coordination des acteurs sur le terrain est tout aussi importante que l'action de l'État », a approuvé François Maury après l'intervention de Magali Selles, sous-préfète de Rochefort. À plusieurs reprises, la crainte d'une réduction des budgets a été évoquée lors de cette réunion. Reste à voir si la réorientation des actions associatives, via des formations thématiques par exemple, sera suffisante.
Jeanne Blanquart

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire