mardi 27 janvier 2015

Prévention du suicide : l’hôpital de Boulogne lance un suivi téléphonique des patients





ROMAIN DOUCHIN


Vigilans. C’est le nom du nouveau dispositif régional destiné à prévenir le risque de récidive des personnes ayant fait une tentative de suicide. Il est lancé ce mardi au centre hospitalier de Boulogne et sera progressivement étendu à d’autres hôpitaux de la région, dont très prochainement le CHRU de Lille.




Ce lundi, au centre hospitalier, de gauche à droite, François Ducrocq psychiatre au CHRU de Lille
; Guillaume Vaiva et le Dr Grégory Duncan ont présenté Vigilans.



D’abord quelques chiffres évocateurs : 20000 tentatives de suicide par an dans le Nord–Pas-de-Calais, 800 décès.
Statistiquement, les secteurs où l’on compte le plus de suicides sont, dans l’ordre : Saint-Omer, Douai, Cambrai et Montreuil-sur-Mer. À l’hôpital Duchenne, « entre 600 et 800 personnes sont prises en charge chaque année aux urgences pour des tentatives de suicide », indique le Dr Grégory Duncan, chef des urgences. « Six personnes sur 10 ne repasseront pas à l’acte, explique Guillaume Vaiva, professeur de psychiatrie et coordinateur de Vigilans. Mais sur les quatre qui récidiveront, deux le feront pendant la première année et très souvent dans les six premiers mois. » Pour éviter cela, une veille de ces personnes va se mettre en place.

« Vous n’êtes pas seul »

« À sa sortie de l’hôpital, le patient va se voir remettre une carte avec le numéro de Vigilans qu’il contactera en cas de besoin, poursuit Guillaume Vaiva. Si ce n’était pas sa première tentative, il est rappelé dans les 10 à 20 jours après sa sortie de l’hôpital par des psychologues. Un compte-rendu est aussi adressé à son médecin généraliste et à son psychiatre s’il en a un. Si c’était sa première tentative, dans les six mois qui suivent sa sortie de l’hôpital, le patient sera recontacté au moins une fois par des psychologues de Vigilans. Si une récidive survient, le patient est à nouveau suivi pendant six mois. »
La cellule de veille et la plate-forme téléphonique se trouvent à Lille. Pour le Dr Grégory Duncan, « avec Vigilans, on est dans le concret. C’est une procédure de recontact utile pour minimiser le risque de récidive, donc de morts ». Si lors du rappel téléphonique le patient présente un risque suicidaire, allant de modéré à important, l’équipe de Vigilans peut proposer un entretien aux urgences de l’hôpital et si le risque est important, envoyer les secours.
« Je pense que c’est très important pour le patient de savoir qu’on se soucie de lui, ajoute Guillaume Vaiva. Avec Vigilans, on lui dit : vous n’êtes pas seul. »
Pour tout renseignement, tél : 03 21 99 33 33.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire