mardi 27 janvier 2015

La santé au travail au prisme du genre présentation de l'ouvrage

Effets négatifs de situation de travail sur la santé, des différences hommes-femmes ? Entretien avec Régine Bercot

Image_Book_Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre_BERCOT La santé au travail au prisme du genre, ouvrage collectif dirigé par Régine Bercot, paraissait en novembre dernier aux éditions Octarès.
Régine Bercot professeur de sociologie à l’université Paris 8 Vincennes, chercheur au GTM-CRESPPA[1], associée à l’équipe MOS (EHESP), revient sur les origines de cet ouvrage né d’un colloque international et d’un séminaire mensuel sur le Mal être du genre au travail, deux initiatives impulsées et soutenues par le DIM Gestes.

A lire sur http://gestes.net/effets-negatifs-de-situation-de-travail-sur-la-sante-des-differences-hommes-femmes-entretien-avec-regine-bercot/

extrait " Angelo Soarès et Marianne Lacomblez centrent pour leur part leurs réflexions sur les effets de l’organisation du travail sur les rythmes, la charge de travail et la répartition du temps de travail. La contribution de Soarès « Le genre du mal-être : les conduites suicidaires et le travail dans de sombres temps » est par exemple construite autour d’une enquête originale qui permet de rendre compte des facteurs organisationnels à l’origine des idées suicidaires, en intégrant dans l’analyse l’effet des rapports sociaux de sexe. Ces facteurs sont au nombre de neuf : la charge de travail, le contrôle sur le travail, la reconnaissance au travail, la coopération entre les collègues, la justice organisationnelle, la cohérence entre les valeurs de l’organisation et celles du salarié, la communication, la supervision et le développement des compétences. La question des suicides de travail semble particulièrement aigue au Québec du fait d’un développement d’organisations du travail, comme la lean production, qui se développe dans de nombreux secteurs, notamment les hôpitaux, et dégradent les conditions de travail. Soares souligne ainsi l’effet marqué de la charge de travail et de la coopération sur la formation d’idées suicidaires. Cette recherche, dont les résultats apparaissent congruents avec ceux des enquêtes françaises, est d’autant plus importante qu’il existe peu de travaux concernant le suicide des femmes."

http://gestes.net/effets-negatifs-de-situation-de-travail-sur-la-sante-des-differences-hommes-femmes-entretien-avec-regine-bercot/


l'ouvrage cité http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=251

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire