vendredi 26 décembre 2014

Recherche Pakistan : Prévention du suicide par thérapie brève

D'après "Prévention du suicide par thérapie brève au Pakistan "
Publié le 24/12/2014 http://www.jim.fr/e-docs/prevention_du_suicide_par_therapie_breve_au_pakistan__149465/document_actu_med.phtml
    Les comportements auto-agressifs (comme les mutilations) constituent des facteurs de risques importants pour redouter un suicide ultérieur. Réalisée dans trois hôpitaux de Karachi (Pakistan), une étude vise à déterminer –comparativement au traitement habituel– l’efficacité d’une thérapie brève d’inspiration cognitivo-comportementaliste[1], délivrée après un épisode d’automutilation.
Cet essai contrôlé concerne 221 sujets recevant aléatoirement (après un épisode d’automutilation dans la semaine ayant précédé l’hospitalisation), soit cette thérapie brève associée au traitement habituel (108 cas), soit le seul traitement habituel (113 cas). Tous les patients ont été examinés une première fois à leur inclusion dans l’étude, puis 3 mois plus tard (à la fin de cette thérapie brève), et enfin, 6 mois après le début de cette enquête. Le principal critère d’évaluation a consisté dans la réduction des idées suicidaires. Autres paramètres appréciés par les auteurs: une thématique de « désespérance » (hopelessness), les idées dépressives, et les ressources pour s’adapter aux difficultés (coping resources) et pour recourir aux soins médicaux disponibles (healthcare utilisation).
Les patients ayant reçu la thérapie brève ont montré une « amélioration statistiquement significative sur l’échelle de désespoir et d’idéation suicidaire de Beck[2] » qui s’est maintenue trois mois après la fin de cette thérapie brève. Celle-ci a suscité aussi une « réduction significative de la symptomatologie dépressive », par rapport aux patients ne recevant que le traitement habituel. Pour les auteurs, cette évaluation « positive » de la thérapie brève proposée suggère qu’elle pourrait montrer ainsi, dans la prévention du suicide, une efficacité « prometteuse » chez des patients ayant déjà essayé d’attenter à leur vie.
[1] http://clinicaltrials.gov/show/NCT01308151
[2] http://bit.ly/1vbqniv

Dr Alain Cohen

Référence
Husain N et coll.: Brief psychological intervention after self-harm: randomised controlled trial from Pakistan. Br J Psychiatry 2014 ; 204: 462–470.

1 commentaire:

  1. C'est intéressant, plus de détails sur la thérapie brève serait un plus

    RépondreSupprimer