mardi 16 décembre 2014

Contrat local de santé de Bordeaux se dote d'un plan d'action 2014-2016

Le Contrat local de santé de Bordeaux se dote d'un plan d'action 2014-2016

Un contrat local pour "mieux coordonner les politiques de santé et en réduire les inégalités d'accès", c'était l'objet ce lundi de la signature de ce nouveau plan d'action bordelais par Alain Juppé et Michel Laforcade, directeur général de l'ARS Aquitaine à l'Hôtel de ville de Bordeaux. Un contrat conclu entre 9 signataires, parmi lesquels la Direction départementale de la Cohésion Sociale et le Conseil Général de la Gironde. Développé en 4 actions emblématiques, il décrit la volonté d'amélioration de l'accès aux soins pour les bordelais à l'horizon 2014-2016.

Ce nouveau CLS (contrat local de santé) fait suite à la signature, le 10 décembre 2013 par la Ville de Bordeaux et l'Agence Régionale de Santé d'Aquitaine à un accord cadre, qui s'engageait sur 6 axes d'intervention ciblés : la prévention des jeunes, la promotion du "bien vieillir", l'accès à la santé pour les personnes vulnérables, l'amélioration du cadre des personnes handicapées, le renforcement des réseaux d'acteurs de la santé mentale et enfin animer et évaluer le Contrat. Ces 6 axes stratégiques ont été déclinés en 2014 en 29 actions et 97 mesures concrètes qui sont présentées dans ce nouveau plan d'action 2014-2016. "C'est un souhait de synergie des acteurs locaux", à ainsi précisé Alain Juppé, maire de Bordeaux. "Nous avons donné un sens à ce contrat et des actions concrètes vont être menées", précise Michel Laforcade, directeur général de l'ARS Aquitaine, "son enjeu principal étant de fédérer les partenaires de santé sur l'ensemble du territoire, qui se traduit par une volonté d'actions nouvelles".
Les 4 actions principalesAutour du CLS, on retrouve 4 actions emblématiques. La première est la création d'un "médiateur santé" pour faciliter l'accès aux soins des enfants par rapport aux divers bilans de santé scolaire, qui passe par la mise en place d'un poste d'infirmière spécialsée financé par l'ARS et en partenariat avec le CHU de Bordeaux qui devra effectuer un suivi, un enfant sur deux dépisté n'ayant aujourd'hui pas accès au système de soin parmi les quelques 6000 dépistages effectués chaque année dans le service de santé scolaire. Selon une représentante du CHU, cette médiation vise avant tout à "améliorer le soin effectué sur les enfants dépistés et revendiquer des droits au suivi des soins". Le Contrat prévoit aussi la création d'un réseau de lutte contre l'isolement des personnes agées, avec notamment la structuration d'un réseau d'acteurs co-financés par le Conseil Régional et L'ARS et la mise en place d'un "coordinateur" pour repérer les personnes isolées sur l'ensemble des quartiers de Bordeaux et de proposer, grâce à l'important tissu associatif présent sur la ville, des solutions adaptées à chaque cas.
Une plateforme santé vulnérabilité devra également voir le jour, et un comité de pilotage de l'ARS organisé mi-décembre devrait finaliser le projet. Enfin, un programme de formation et une démarche de diagnostic de la qualité de l'air intérieur dans les établissements de petite enfance est également préconisé, notamment suite à l'augmentation de signalements des moisissures dans les bâtiments d'éducation publiques, qui permettrait ainsi d'aller "plus loin que la simple réglementation". Ce CLS, conclu entre 9 signataires parmi lesquels l'Etat et la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Gironde, prévoit de nombreuses autres mesures comme la prévention du risque suicidaire (en 2013, on déplorait 153 suicides dont 75 sur le territoire bordelais selon les données de l'ARS), poursuivre la campagne du "manger, bouger" ou encore améliorer le suivi de la vaccination chez les jeunes.
Vers un futur contrat métropolitainLe tout pour une mise en place qui devrait coûter à la ville environ 350 000 euros, auxquels il faut ajouter plusieurs co-financements et initiatives répartis entre 2014 et 2016. Lors de cette signature, Alain Juppé est même allé plus loin, en promettant un futur "contrat métropolitain de la santé, qui devrait être discuté en mai et en septembre prochain avec les communes, et déployé dès la fin de l'année prochaine". Pour l'heure, les 9 signataire s'engagent à mettre en oeuvre 38 actions dites "prioritaires", tout en se déclarant "attentifs à tout nouveau besoin qui pourrait émerger". "Ces nouvelles mesures sont emblématiques de la politique de santé publique de demain : elle doit aller vers les populations qui en ont besoin", affime Michel Laforcade. Plusieurs conseillers leur viendront en aide mais au final, c'est elles qui choisiront".


Romain Béteille



Publié le 15/12/2014 http://www.aqui.fr/mobile/article.php?id_article=11273

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire