jeudi 11 décembre 2014

ARTICLE Prévention du risque suicidaire du sujet âgé : une exigence éthique

Prévention du risque suicidaire du sujet âgé : une exigence éthique
V. Lefebvre des Noettes (Psychiatre du sujet âgé)
Centre hospitalier E. Roux, 1, avenue de Verdun, 94450 Limeil-Brevannes, France
Veronique.lefebvre-des-noettes@erx.aphp.fr
NPG Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie Volume 14, Issue 83, October 2014, Pages 246–251 
Dossier : 1re journée du centre ressource régional de psychiatrie du sujet âgé d’Ile-de-France

Open Access

Résumé

Choisir d’en finir avec la vie, parce que trop vieux, trop dépendant, trop seul, est une solution toujours dramatique puisque les plus de 65 ans représentent 28 % des morts par suicide sur les 10 500 décès recensés en 2010 en France. Le ratio tentative de suicide/suicide abouti est proche de 1 chez les hommes isolés de plus de 75 ans et les moyens pour y parvenir sont violents et définitifs. Or les autopsies psychologiques montrent que les suicidés avaient consulté leurs médecins dans le mois précédant leur passage à l’acte sans que la souffrance psychique et la dépression aient été détectées et traitées. Cet article se propose de lever le tabou du suicide du sujet âgé et de promouvoir les programmes à la fois locaux et nationaux de prévention du risque suicidaire.

Mots clés

  • Sujet âgé;
  • Dépression;
  • Risque;
  • Tentative de suicide;
  • Suicide;
  • Prévention;
  • Formation
  •  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire