samedi 15 novembre 2014

USA : FORMATION DES ETUDIANTS EN MEDECINE ET DES PSYCHIATRES

«Chaque vie est touchée par le suicide:" Stanford psychiatre sur l'importance de la prévention
Becky Bach le 21 Octobre 2014 d'après article

“Every life is touched by suicide:” Stanford psychiatrist on the importance of prevention » sur
http://scopeblog.stanford.edu/

Laura Roberts, MD, qui dirige le département de psychiatrie de Stanford, a eu l'occasion en tant que rédacteur en chef de la revue universitaire de psychiatrie de se concentrer sur la prévention du suicide. Et elle l'a pris - en partenariat avec la Fondation Charles E. Kubly du Wisconsin pour produire un ensemble d'articles spéciaux afin d'informer les cliniciens sur les derniers efforts dans la prévention du suicide.


Pourquoi vouliez-vous publier sur cette question?

Le suicide est un phénomène sous-estimé, et il est une menace urgente pour la santé publique. La maladie mentale touche une personne sur cinq. Chaque année, plus de 36.000 personnes se suicident dans le États-Unis ce qui représente une personne toutes les quinze minutes. En chiffres bruts, cela représente deux fois le nombre de personnes qui meurent d'une blessure violente dans ce pays. Vraiment, chaque vie est touchée par le suicide.

Malgré leur impact grave de santé publique et nature mortelle, les maladies et les conditions associées au suicide ont reçu peu d'attention dans la société. Ces conditions sont mal comprises et tellement stigmatisés. Apprendre à comprendre et à évaluer les personnes à risque d'automutilation est un élément important pour l'étudiant en médecine et pour l'enseignement des internes - nous voulions vraiment mettre l'accent sur ces sujets dans cette collection spéciale.

De nouveaux modèles fondés sur des preuves pour la prévention du suicide font leur apparition et inspirent l'optimisme. L'intégration de ces nouveaux modèles est un défi passionnant pour les professeurs de médecine. Les articles publiés dans cette collection documentent également l'impact du suicide et les comportements suicidaires chez les étudiants en médecine et étudiants des cycles supérieurs. Environ 350 médecins se suicident chaque année aux États-Unis, et récemment, deux stagiaires à New York ont fini leur vie peu de temps après leur formation en internat. Ceci est dévastateur.

Dans notre numéro spécial, un revue systématique souligne l'observation de ce qu'éprouvent les internes généralement à la mort d'un patient par suicide, et trois articles traitent de comment faire face au suicide professionnellement. Plusieurs articles mettent l'accent sur le développement de programmes éducatifs qui contribuent à renforcer la prévention du suicide, y compris les compétences de dépistage et la sensibilisation au suicide et à sa gestion. Deux articles abordent les ressources et l'expérience du ministère des Anciens Combattants.

Le numéro spécial souligne qu'il y a beaucoup de possibles dans la formation médicale pour favoriser la compréhension et renforcer nos réponses au phénomène du suicide. Pris dans leur ensemble, les papiers montrent aussi combien il est important que ces dirigeants universitaires instruisent mieux

Qu'avons-nous appris sur la prévention du suicide?

Nous avons appris beaucoup de choses sur la prévention du suicide. des Grandes données de population ont montré que certains sous-groupes sont particulièrement vulnérables au suicide, y compris, par exemple, des hommes âgés blancs malades et vivant seuls, les jeunes Autochtones d'Amérique dans la transition à l'âge adulte, et les personnes vivant avec des maladies graves qui causent des grandes douleurs physiques et émotionnelles. La compréhension de ces tendances démographiques plus importantes a fait beaucoup pour aider à sensibiliser sur suicide et a permis des interventions créatives pour résoudre ce problème.

Récemment, des chercheurs ont poursuivi les recherches sur des marqueurs neurobiologiques qui peuvent signaler quand un individu est plus à risque de tentative de suicide. D'autres études se connectent à d'autres aspects de la santé - tels que le sommeil et l'exercice sain - à des facteurs de protection qui peuvent aider à diminuer le risque de suicide. Ce travail innovant est nécessaire, car il nous aidera à comprendre quand une personne présentant des facteurs de risque latents de suicide peut agir sur cette impulsion, ou, alternativement, comment nous pouvons mieux soutenir et intervenir.

D'autres travaux récents ont porté sur les facteurs psychologiques et situationnels qui peuvent contribuer à des tendances suicidaires chez les jeunes vétérans, et de nouveau, cette ligne d'enquête peut nous donner une meilleure compréhension sur la meilleure façon de réduire les décès par suicide. Comme vous le savez, le nombre de décès dus au suicide des vétérans a eu des effets dévastateurs. Le VA a montré une immense préoccupation pour les membres de l'armée et les jeunes anciens combattants de retour de conflits dans le monde. Au cours de l'étude de suicide dans cette population, nous avons commencé à avoir une meilleure idée sur le moment et si une personne va agir sur une impulsion pour mettre fin à sa vie. Trois facteurs semblent être en jeu: d'abord, une prédisposition ou de vulnérabilité, par exemple, la présence d'une dépression ou d'anxiété qui augmente le risque général de suicide; d'autre part, l'accès à un moyen de mettre fin à sa vie, comme une arme à feu; et, troisièmement une expérience ou un ensemble d'expériences qui font que l'individu a l'impression qu'il est à sa place, ne fait pas partie des choses, et ne font pas partie - ce qui est appelé ". appartenance contrariée"


Ironie du sort, le suicide a été peu étudié en raison des préoccupations que la population est trop vulnérable pour être incluse dans les études de recherche sur l'homme et à cause de la stigmatisation associée au suicide. Il y a  tant de barrieres à ces études, et il me semble qu'il soit doublement tragique que le suicide prennent tant de vies et reste encore relativement négligé par la société et par la science. Dans le département de psychiatrie et de sciences comportementales à l'Université Stanford, nous travaillons à renverser la Tendance

Comment  Stanford forme ses futurs psychiatres face au suicide?

Dès la première semaine avec nos résidents en psychiatrie, nous travaillons avec eux pour identifier les personnes à risque de suicide, comment aborder une personne vulnérable d'une manière positive. Cela fait partie de leur formation en continu pendant des années.

Les médecins en formation sont une population vulnérable par rapport au suicide. Nous sommes très, très vigilants à ces questions et extraordinairement attaché au bien-être des élèves.

Quand il y a une tragédie, il y a habituellement un débriefing et nous offrons beaucoup de soutien. Non seulement pour la famille, mais aussi pour notre personnel et les professeurs qui peuvent être impliqués.

Plusieurs des articles de revues ont porté sur l'effet du suicide d'un patient sur un psychiatre ou un résident. Comment les psychiatres traitent la perte d'un patient?

Tout comme un cardiologue peut perdre un patient, disons, par une crise cardiaque ou un oncologue peut perdre un patient avec un cancer agressif, les psychiatres peuvent perdre des patients par suicide au cours de la vie professionnelle. Comme psychiatres, nous répondons exactement comme on pouvait s'y attendre - en tant qu'êtres humains, nous pleurons la perte très profondément, et comme médecins nous cherchons à apprendre et à éviter une telle perte dans l'avenir. Notre formation nous fournit vraiment le support par le dialogue avec des superviseurs et des efforts intentionnels et explicites de réfléchir sur nos expériences, mais nous sentons la tragédie. Nous faisons de notre mieux pour soutenir les survivants de suicide et rester vigilants à la menace possible de suicide.

D'autres chercheurs de Stanford qui ont contribué à ce numéro spécial comprennent Alan K. Louie, MD; Rebecca Bernert, PhD; Melanie Hom; Belinda Bandstra, MD; et Ann Tennier.

Et: Si vous rencontrez un problème de santé mentale, appelez 1-800-273-TALK pour atteindre une ligne d'aide 24 heures.

***

Lien vers la revue citée http://link.springer.com/journal/40596/38/5/page/1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire