mardi 25 novembre 2014

DANEMARK RECHERCHE sur les effets à courts et longs termes de la therapie axée sur la prévention du suicide

Le risque de suicide tombe considérablement après une thérapie par la parole
Date: 24 novembre 2014

d'après article Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health. "Suicide risk falls substantially after talk therapy." ScienceDaily. ScienceDaily, 24 November 2014. <www.sciencedaily.com/releases/2014/11/141124074741.htm>.

Une nouvelle étude suggère que Les tentatives de suicide
répétées et décès par suicide étaient à peu près 25 pour cent plus faibles chez un groupe de personnes volontaires danoises qui ont subi un soutien psychosocial à court terme après une tentative de suicide,

Les résultats sont soupçonnés d'être les premiers à montrer que la thérapie par la parole axée sur la prévention du suicide fonctionne réellement, pour éviter de futures tentatives de suicide dans cette population à très haut risque. Bien que
seulement six à dix séances de thérapie ont été fournis, les chercheurs ont trouvé des avantages à long terme: Cinq ans après que les consultations soient terminées, il y avait 26 pour cent moins de suicides dans le groupe ayant reçu un traitement par rapport à un groupe qui n'en a pas fait.
EVALU
Une étude sur les résultats a été publiée en ligne le 24 novembre dans la revue Lancet psychiatrie.

«Nous savons que les personnes qui ont tenté de se suicider sont une population à risque élevée et que nous devons les aider. Toutefois, nous ne savions pas ce qui allait être efficace en termes de traitement», dit le chef de l'étude, Annette Erlangsen, DPHprofesseur agrégé adjoint au département de la santé mentale à l'école Johns Hopkins Bloomberg de santé publique. "Maintenant, nous avons la preuve que le traitement psychosocial - qui fournit un soutien, pas de médicaments - est en mesure de prévenir le suicide dans un groupe à risque élevé de mourir par suicide."

Les chercheurs disent que leurs résultats suggèrent qu'il pourrait être utile de mettre en œuvre globalement des programmes de thérapie pour les personnes qui ont tenté de se suicider dans le passé.

Au Danemark, qui a des soins de santé gratuits pour les citoyens, les 
premières cliniques de prévention du suicide ont été ouverts en 1992 pour les personnes à risque de suicide,

mais ne nécessitant pas d'hospitalisation psychiatrique. Les cliniques ont été ouvertes à l'échelle nationale en 2007.

Pour l'étude multi-centre, les chercheurs ont analysé les données danoises de santé de plus de 65 000 personnes au Danemark qui ont tenté de se suicider entre le 1er janvier 1992 et le 31 décembre 2010. De ce groupe, ils ont regardé 5678 personnes qui ont reçu une thérapie psychosociale dans l'un des huit centres de prévention du suicide. Les chercheurs ont ensuite comparé leurs résultats dans le temps avec 17,304 personnes qui avaient tenté de se suicider et se ressemblaient sur 31 facteurs, mais n'avaient pas suivi de traitement par la suite. Les participants ont été suivis pendant 20 ans.

Les chercheurs ont constaté que pendant la première année, ceux qui ont reçu la thérapie étaient 27 pour cent moins susceptibles de tenter de se suicider à nouveau et 38 pour cent moins susceptibles de mourir de toute cause. Après cinq ans, il y avait 26 pour cent moins de suicides dans le groupe qui avait été traité après leur tentative. Après 10 ans, le taux de suicide pour ceux qui avaient eu la thérapie était de 229 pour 100 000, comparativement à 314 par 100 000 dans le groupe qui n'a pas eu le traitement.

La thérapie elle-même modifiée en fonction des besoins individuels du patient de sorte que les chercheurs ne peuvent pas dire exactement  quel a été le «principe actif»
. Bien qu'il soit possible que ce soit simplement la fourniture d'un endroit sûr, et confidentiel pour parler, les chercheurs disent qu'ils envisagent de recueillir plus de données sur les types spécifiques de traitement qui ont pu avoir travaillé mieux que d'autres.

Elizabeth A. Stuart, Ph.D.,  co-auteur de l’étude, professeur agrégé au Département de la santé mentale de l'École Bloomberg, dit que, avant cela, il n'était pas possible de déterminer si un traitement spécifique de prévention du suicide fonctionnait. Il n'est pas éthique de faire une étude randomisée certains reçoivent la thérapie de prévention du suicide tandis que d'autres ne le font pas, dit Stuart. Le fait que les cliniques danoises ont pu être déployées lentement, que la participation soit volontaire, et que la vaste base et  données de suivis à long terme étaient disponibles sur un grand groupe de personnes, ont pu permettre aux chercheurs de recueillir ce genre d'information.

"Nos résultats fournissent une base solide pour recommander que ce type de thérapie être considéré pour les populations à risque de suicide," dit-elle.

Références article cité :
Annette Erlangsen PhD a b , Bertel Dam Lind MSc d, Elizabeth A Stuart PhD b c, Prof Ping Qin PhD e, Elsebeth Stenager PhD f, Kim Juul Larsen MSc g, August G Wang DMSc h, Marianne Hvid h, Ann Colleen Nielsen Cand Psych i, Christian Møller Pedersen Cand Psych j, Jan-Henrik Winsløv MSc k, Charlotte Langhoff Cand Psych l, Charlotte Mühlmann Cand Psych j, Prof Merete Nordentoft DMSc a Short and long term effects of psychosocial therapy provided to persons after deliberate self-harm: a register-based, nationwide multicentre study using propensity score matching. The Lancet Psychiatry, November 2014 DOI: http://www.thelancet.com/journals/lanpsy/article/PIIS2215-0366%2814%2900083-2/abstract

a Research Unit, Mental Health Centre Copenhagen, University of Copenhagen, Copenhagen, Capital Region of Denmark, Denmark
b Department of Mental Health, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, MD, USA
c Department of Biostatistics, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, MD, USA
d Clinic of Suicide Prevention and Treatment for Adults, Department of Psychiatry, Region of Southern Denmark, Denmark
e National Centre for Suicide Research and Prevention, University of Oslo, Oslo, Norway
f Department of Psychiatry, University of Southern Denmark, Odense, Region of Southern Denmark, Denmark
g Department of Child and Adolescent Psychiatry, Clinic of Suicide Prevention and Treatment for Children and Adolescents, Region of Southern Denmark, Denmark
h Competence Centre for Suicide Prevention, Amager, Capital Region of Denmark, Denmark
i Competence Centre for Suicide Prevention, Copenhagen, Capital Region of Denmark, Denmark
j Clinic for Suicide Prevention, Aarhus University Hospital Risskov, Aarhus, Central Denmark Region, Denmark
k Unit for Suicide Prevention, Aalborg University Hospital, North Denmark Region, Denmark
l Clinic for Suicide Prevention, Herning, Central Denmark Region, Denmark
Corresponding Author Information Correspondence to: Annette Erlangsen, Research Unit, Mental Health Centre Copenhagen, DK-2400 Copenhagen, Denmark

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire