vendredi 17 octobre 2014

USA SUICIDE DE CELEBRITE, MEDIA ET AUGMENTATION DES APPELS SUR LES HOTLINES

Deux mois après la mort de Robin Williams, les Hotlines de prévention du suicide voient encore un pic dans les appels
D'après article "Two Months After Robin Williams' Death, Suicide Hotlines Still See a Spike in Calls" 12/10/2014 http://www.newsweek.com/two-months-after-robin-williams-death-suicide-hotlines-still-see-spike-276813 Par Zach Schonfeld
Deux mois après le suicide de Robin Williams le 11 Août, une poignée dispersés de professionnels et de bénévoles en santé mentale ressentent encore les séquelles. Ils
sont directeurs et opérateurs de lignes directes de prévention de suicide, répartis dans tout le pays, mais alliés pour faire face aux pics courante de demandes dans les services de santé mentale après qu'une célébrité ou une figure publique prenne sa propre vie.

Ce pic particulier, tant en taille que de durée -est sans précédent, dit John Draper, un psychologue, directeur de la
National Suicide Prevention Hotline (NSPH).

"On pourrait dire qu'il n'y a pas eu autant de
couverture médiatique de cette ampleur pour une célébrité, avec ce genre de profil public, dont la mort était due exclusivement au suicide", a déclaré Draper Newsweek. "Nous n'avions pas vu ça depuis moins 20 ans si ce n'est plus." En 1994, notamment, le suicide de Kurt Cobain le chanteur de Nirvana avait inondé les lignes d'écoute téléphonique avec une forte hausse des appels; c'est seulement l'année dernière que les experts ont émis des lignes directrices pour les médias soulignant la nécessité d'inclure les ressources en prévention du suicide dans les articles concernant des affaires très médiatisées.

Mais c'était onze ans avant la
NSPH, qui comporte aujourd'hui un réseau de plus de 160 centres de crise 24 heures, ai été lancée. Depuis lors, dit Draper, le volume quotidien des appels a toujours grimpé en temps de tragédie (l'ouragan Katrina a été un gros pic) et lorsque les programmes d'information câblés diffusent le numero (1-800-273-TALK). néanmoins jamais à ce point.

Le 12 Août, le jour après la mort de Williams, les appels à la Hotline ont plus que doublé, passant d'un coup de 3500 par jour à environ 7400. «À certains égards, il était une sorte de tsunami d'appels», a déclaré Draper. Le reste d'Août a vu 700-800 plus d'appels par jour que la normale, tandis que le pic a chuté à 400 en Septembre. Aujourd'hui, la hotline reçoit toujours 200 appels de plus qu'un jour standard, dit Draper.

Les Centres de crise
locaux ont rapporté des hausses similaires, néanmoins sur une plus petite échelle. À New York, par exemple, la hotline Crisis à Buffalo a reçu 355 appels en Août et en Septembre 313 appels contre avant une moyenne de 244 appels par mois en 2014. Le Centre de crise de
Long Island , quant à lui, a reçu 324 de demandes sur le suicide dans les deux mois qui ont suivi la mort de Williams soit une hausse de 34 pour cent, contre 242 appels reçu dans les deux mois avant. «Nous avons attribué cela à une sensibilisation accrue», a déclaré Linda Leonard, directeur exécutif du Centre.

Bien que cela semble être un grand sujet de préoccupation (tout suicide très médiatisé suscite les craintes d'un effet de mimétisme), les experts ont une vision plus optimiste: des centaines d'appelants à risque, disent-ils, tendent la main et  reçoivent le soutien de professionnels qu'ils n'auraient pas eu autrement.

"En raison de la façon dont les médias ont traité cet événement, au moins dans le fait d'avoir relayé le numéro d'appel de la hotline,
environ 30.000 visiteurs qui ne pourraient pas avoir l'aide ont obtenu de l'aide" a estimé Draper. De l'avis de Leonard, "Comme beaucoup, toute tragédie que c'était, elle a permis aux gens de voir que c'est correct de demander de l'aide. Il y a eu énormément de publicité à ce sujet. Il aide à contrer la stigmatisation ".

les Professionnels de la santé mentale ont vu ce genre de phénomène avant, mais pas depuis l'avènement des médias en ligne. Quand Kurt Cobain est mort, les experts craignaient une épidémie d'imitations; c'est plus ou moins ce qui s'est passé après la mort de Marilyn Monroe trois décennies avant. Mais la tendance inverse a émergé. Selon une étude menée par le psychologue clinique David Jobes, le taux de suicide, dans la ville natale de Kurt Cobain à Seattle -ainsi que dans des endroits lointains comme l'Australie, Nirvana était largement suivi, ont chuté après la mort du chanteur.

Cela est attribué en grande partie au travail de sensibilisation sur la santé mentale et les pratiques
responsables des médias. Le résultat est que la mort de Cobain, si tragique et évitable soit elle, peut avoir permis en quelque sorte sauvée une vie . La disparition de Robin Williams aurait pu faire la même chose?

Parce que le système de surveillance du pays pour le suicide traine de deux ou trois ans, les données ne seront pas disponibles pendant un certain temps, explique le Dr Christine Moutier, qui est médecin-chef à la Fondation américaine pour la prévention du suicide. Mais la hausse des appels est un indicateur fort.

"Il est possible que certaines personnes vulnérables aient été déclenchées à se sentir plus en détresse ainsi,"
spécule Moutier  dans un courriel à Newsweek. "Mais quand la recherche d'aide augmente, cela est généralement considéré comme un signe très positif des personnes qui, autrement auraient souffert en silence, demandent de l'aide." « Plus les media parle de l'efficacité et de l'impact de la prévention de suicide par opposition à l'impact du suicide lui-même, plus les gens sont susceptibles d'obtenir, et de demander de l'aide » ajoute Draper. "

Remarque: La ligne nationale de prévention du suicide aux USA peut être contactée au 1-800-273-8255. Signes avant-coureurs de suicide sont listés ici (en anglais).



Lignes d'écoute  en France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire