vendredi 24 octobre 2014

SUISSE STOP SUICIDE "Peut-on prévenir le suicide des jeunes ?" - Histoire et rôle d'une association de prévention

    Peut-on prévenir le suicide des jeunes ? 21 octobre 2014 , par Sophie Lochet http://www.jetdencre.ch/peut-on-prevenir-le-suicide-des-jeunes-7739

  • Le sui­cide est la pre­mière cause de mor­ta­lité des 15–29 ans en Suisse. Dans ce pays pour­tant pros­père, un jeune décède tous les 3 jours par sui­cide, et des mil­liers d’autres tentent de s’ôter la vie chaque année. La majo­rité de ces ten­ta­tives ne font pas l’objet d’un suivi médi­cal et res­tent tues, cachées. STOP SUICIDE se bat depuis 14 ans pour bri­ser le tabou autour du sui­cide et encou­ra­ger la parole, pre­mière étape indis­pen­sable à une meilleure prévention.

    Contrai­re­ment à une idée reçue, le taux de sui­cide en Suisse est dans la moyenne euro­péenne1, ce qui n’a pas tou­jours été le cas. Le taux de sui­cide de la popu­la­tion et celui des jeunes ont été divi­sés par deux depuis les années 1990, grâce à des actions de pré­ven­tion et à l’amélioration de la prise en charge des per­sonnes sui­ci­daires. Les hel­plines se sont déve­lop­pées et l’information sur les res­sources d’aide est de plus en plus facile d’accès avec Internet.
    Rap­pe­lons cepen­dant que le sui­cide est tou­jours la pre­mière cause de décès des 15–29 ans, avant les acci­dents de la route2. Rap­pe­lons que nous ne savons tou­jours pas com­bien de jeunes ont fait une ten­ta­tive de sui­cide au cours de leur vie, car les chiffres dis­po­nibles datent de 2002. Rap­pe­lons qu’au menu des prio­ri­tés de l’école en matière de santé, l’éducation sexuelle et le « manger-bouger » sont incon­tour­nables, alors que la pro­mo­tion de la santé men­tale reste en option, tout comme la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions raciales, l’homophobie ou la trans­pho­bie.

    Non mais sérieu­se­ment : vous faites com­ment pour empê­cher les jeunes de se sui­ci­der ? Vous ne répon­dez pas au télé­phone ? ça doit être dur ça. Moi, je ne pour­rais pas. Vous allez direc­te­ment par­ler aux jeunes de sui­cide ? C’est pas trop glauque comme boulot ?

    Quand on tra­vaille à STOP SUICIDE, ce genre de conver­sa­tion est un clas­sique, une habi­tude. On débat, on argu­mente et on essaie de convaincre. La pré­ven­tion du sui­cide ? Il y a ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas. Et sur­tout, tous ceux qui ne se sont jamais posé la ques­tion. On fait de la pré­ven­tion du sida, de la pré­ven­tion de l’alcoolisme, du taba­gisme, des addic­tions, des acci­dents de la route… pour­quoi pas de la pré­ven­tion du suicide ?
    À STOP SUICIDE, cela fait 14 ans qu’on y croit, et sur­tout qu’on agit.
    Au départ, il y a une réac­tion, une révolte même, face au drame du sui­cide d’un ami de 17 ans, et face à la chape de plomb qui retombe, après le décès, sur tous. Dans la cité de Cal­vin, on ne parle pas, la dou­leur est per­son­nelle, indi­vi­duelle et n’a pas lieu d’être expri­mée dans l’espace public. Pour­tant, le sui­cide d’un jeune, d’une amie, d’un cama­rade de classe ou même d’une vague connais­sance, ça remue ! Ça ques­tionne, ça fait mal, ça fas­cine, ça réveille, ça déprime, ça fait par­ler. Un sui­cide est tou­jours un trau­ma­tisme pour les proches. Aurait-on pu voir ? Agir ? Qu’aurait-on pu faire ou dire ? Que peut-on faire main­te­nant ? Et sur­tout… pour­quoi ? Le pour­quoi d’un geste qu’on tente de com­prendre, de devi­ner, de ratio­na­li­ser pour pou­voir expli­quer, com­prendre ou reje­ter l’inexplicable.
    Il y a 14 ans, un groupe de col­lé­giens avait réussi à trans­for­mer sa dou­leur et sa colère en paroles et en actes et avait fondé une asso­cia­tion – STOP SUICIDE – pour pré­ve­nir le sui­cide des jeunes.
    L’association a beau­coup évolué; elle a connu des périodes de vaches maigres et d’autres de suc­cès. Est-ce que les ado­les­cents de l’époque s’y retrou­ve­raient ? Nous aime­rions voya­ger dans le temps et aller les voir pour les féli­ci­ter, les remer­cier. Leur ouvrir une fenêtre sur le futur et leur dire qu’en 2014, nous sommes 20 per­sonnes actives de façon béné­vole, en stage ou sala­riée. Un peu plus vieux qu’eux à l’époque, avec 25 ans de moyenne d’âge, mais tou­jours moti­vés ! Notre news­let­ter est lue par 200 pro­fes­sion­nels de l’associatif, de la poli­tique et du milieu de la santé, une revue de presse est publiée chaque semaine, et notre pro­fil Face­book a plus de 2000 amis. Les affiches de la cam­pagne sont dif­fu­sées dans toute la Suisse romande jusque dans les trans­ports lau­san­nois, les rues de Saint-Maurice ou les petites com­munes du Jura.
    Nous espé­rons qu’ils et elles seraient fiers.
    Aujourd’hui, STOP SUICIDE a gagné en légi­ti­mité et en pro­fes­sion­na­lisme, les rap­ports d’activité en témoignent. Mais le com­bat est-il pour autant passé de mode ? Que fait-on aujourd’hui de plus qu’il y a qua­torze ans pour pré­ve­nir le sui­cide des jeunes en Suisse ? À quel point se préoccupe-t-on de pré­ven­tion dans les can­tons hel­vé­tiques ? On ne peut que répondre : pas assez. De bonnes ini­tia­tives existent, venant d’associations, d’individus ou des pou­voirs publics. Depuis dix ans, des ser­vices médi­caux spé­cia­li­sés ont été conçus ou orga­ni­sés pour accueillir des jeunes en détresse. Des pro­fes­sion­nels ont été for­més dans le can­ton de Vaud3 ou à Fri­bourg4, Genève est en train de mettre en place son plan can­to­nal de santé men­tale, le 147 répond aux appels… c’est bien. Mais de toute évidence, ça ne suf­fit pas. Nous ren­con­trons encore beau­coup de résis­tance quand il s’agit d’aller par­ler de sui­cide aux jeunes, par­ti­cu­liè­re­ment dans les écoles.
    Libé­rer la parole, c’est la pre­mière étape pour pré­ve­nir le sui­cide. Faire connaître les res­sources d’aide, inci­ter cha­cun à être atten­tif et bien­veillant envers son entou­rage, à connaître ses propres res­sources et à s’appuyer sur elles, voilà ce dont nous par­lons avec les jeunes que nous ren­con­trons. Refu­ser de croire que le sui­cide est une fata­lité, qu’on n’y peut rien, alors qu’il suf­fit par­fois d’une écoute, d’un geste, d’une parole pour faire dévier une tra­jec­toire. On n’a jamais dit que c’était facile. Mais on affirme que c’est possible.

    Nous invi­tons toutes les per­sonnes qui sou­haitent connaître les acteurs et actrices de la pré­ven­tion, com­prendre les res­sorts de la crise sui­ci­daire, sou­te­nir notre tra­vail à s’informer sur notre site, notre page Face­book ou notre compte Twit­ter @stopsuicide1.
    Res­sources d’aide en Suisse : http://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide


    1. http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/product_details/dataset?p_product_code=TPS00122
    2. http://www.stopsuicide.ch/site/sites/default/files/docs/Publicatoins-STOP_stats.pdf$
    3. http://www.formation-continue-unil-epfl.ch/faire-face-au-risque-suicidaire
    4. http://www.hef-ts.ch/files/prestations/pdf/AFM/AFM_23_RFSM_VAL.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire