mardi 14 octobre 2014

RECHERCHE AUTRICHE Suicide et les rôles du genre : les reportages des quotidiens autrichiens déforment la réalité

Suicide et les rôles du genre : les reportages déforment la réalité
Date: 13 octobre 2014

Article source "Suicide and gender roles: Reporting distorts reality" sur http://www.sciencedaily.com/
SourceUniversité médicale de Vienne


Les hommes en colère et rejetés, les femmes sociables et malades mentales - une étude actuelle de
MedUni Vienna démontre que ces stéréotypes de genres prévalent quand les journaux quotidiens autrichiens rapportent les suicides. Cela a des conséquences très importantes.

Quand il s'agit de comportements suicidaires, il y a un paradoxe évident entre les sexes: la proportion d'hommes et de femmes qui commettent effectivement un suicide est de trois à un, mais avec les tentatives de suicide, c'est exactement le contraire - trois femmes pour chaque homme. Une étude menée par le MedUni Vienne qui a été publiée récemment dans le journal
Sex Roles montre que le scénario culturel qui porte la responsabilité partielle de ceci se retrouve également dans les reportages quotidiens autrichiens.

Ces différences liées au sexe sont rendus visibles par la formulation, la nature et la fréquence des motifs de suicide signalés. Les articles sur le suicide chez les femmes se concentrent davantage sur la sociabilité, les relations avec d'autres personnes et les motifs qui sont ancrés dans le milieu familial. Les pathologies psychiatriques sont également cités comme motifs et sont décrites de manière stigmatisante. Un language plus complexe et des expressions plus prudentes sont également les maîtres mots des articles sur le suicide des femmes. En revanche, les articles sur le suicide des hommes utilisent plus de mots qui se rapportent à la colère et au rejet. Cette image de rôles conservateurs qui imprègne toute façon l'Autriche est renforcée par ce style de reportages.
Le risque de suicide pourrait être réduit en changeant le style du reportage


 Mais ce n'est pas tout. Un problème très spécifique résulte de ceci, comme l'étude de  Brigitte Eisenwort de University Department of Paediatrics and Adolescent Medicine at the MedUni Vienna l'explique :  "Les maladies mentales sont décrites de façon stigmatisantes et sont aussi généralement sous-représentées, puisqu'elles sont à peine mentionnées dans les reportages sur les hommes suicidaires. Ceci signifie qu'une approche principale à la prévention ne parvient pas à s'inscrire dans l'esprit des lecteurs autrichiens. Les maladies psychiatriques peuvent être traitées. Le risque de suicide peut être réduite à en conséquence ". Les journalistes doivent donc prendre soin de présenter une vue aussi correcte que possible des tendances suicidaires et ne pas renvoyer à des représentations stéréotypées des hommes et des femmes.



Pleins feux sur onze quotidiens autrichiens

507 articles contenant le mot 'suicide' d'onze quotidiens autrichiens entre 1997 et 2005 ont été étudiés. L'étude est l'une des premières enquêtes à regarder en détail le sujet des liens spécifiques du genre dans les reportages de suicide. Cette étude préliminaire a été mise en place sous la direction de Brigitte Eisenwort, avec Thomas Niederkrotenthaler et Benedikt Till (deux de Institute for Social Medicine at the MedUni Vienna's Centre for Public Health), ainsi que Barbara Hinterbuchinger de l'University Department of Psychiatry and Psychotherapy at the MedUni Vienna.







Références de l'article cité
Brigitte Eisenwort, Benedikt Till, Barbara Hinterbuchinger, Thomas Niederkrotenthaler. Sociable, Mentally Disturbed Women and Angry, Rejected Men: Cultural Scripts for the Suicidal Behavior of Women and Men in the Austrian Print Media. Sex Roles, 2014; 71 (5-8): 246 DOI: 10.1007/s11199-014-0395-3
Medical University of Vienna 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire