vendredi 10 octobre 2014

Institut de veille sanitaire : maladies professionnelles les plus répandues


Institut de veille sanitaire : maladies professionnelles les plus répandues
09 oct. 2014
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les souffrances psychiques sont les principales maladies professionnelles selon l'institut de veille sanitaire (IVNS).
Selon l'article L. 461-1 et suivant du Code de la Sécurité sociale, "est présumée d'origine professionnelle toute maladie désignée dans un tableau de maladies professionnelles et contractée dans les conditions mentionnées à ce tableau".
L'Institut de veille sanitaire précise que sur la période 2008-2011, les troubles musculo-squelettiques représentent plus de la moitié des maladies professionnelles tandis que la souffrance psychique concerne 26 % des cas signalés par les hommes et 39 % par les femmes. Les troubles de l'audition arrivent en troisième position. Ce programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP) en France s'inscrit dans le plan santé travail 2010-2014.
En savoir plus sur l’étude Programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP) en France, Résultats des Quinzaines MCP 2008 à 2011, INVS, septembre 2014

INFO +

Peu de données effectives dans ce rapport sur la question du suicide néanmoins un chapitre et des données sur la souffrance psychique

D’autre part le rapport note :
« L’augmentation du taux de prévalence de la souffrance psychique constatée dans le programme MCP pourrait être liée en partie à un biais de détection. Du fait notamment d’une couverture médiatique importante de la souffrance au travail en général (cas de suicides sur le lieu d’emploi, dépressions, connaissances sur les risques psychosociaux…), les salariés pourraient évoquer plus spontanément leur symptomatologie relative à la sphère mentale lors du colloque singulier avec le médecin du travail. Les médecins du travail ainsi sollicités seraient de plus en plus vigilants à cette problématique de santé mentale liée au travail et pourraient être amenés à la rechercher plus systématiquement lors de la visite médicale. Les médecins du travail sont parallèlement sensibilisés grâce notamment à leur participation à des groupes de pairs (E-pairs5 par exemple), et aux retours d’informations réguliers sur les résultats du programme MCP par le biais de diffusion de plaquettes, d’articles ou de présentations en congrès. »

Extraits du thésaurus du codage des facteurs d’exposition professionnelle
…« X2231 Être témoin de tentative de suicide au travail
X2232 Être témoin de suicide réussi au travail
X2233 Être témoin de décès au travail hors suicide
X2234 Relation d’agression verbale, physique ou de tentative de suicide survenue sur les lieux de travail
X2235 Relation d’agression verbale, physique ou de tentative de suicide liée au travail, hors les lieux de travail (menaces sur le trajet)
X2236 Relation de suicide réussi sur les lieux de travail
X2237 Relation de suicide réussi lié au travail hors les lieux de travail
X2238 Relation de décès (hors suicide) lié au travail (collègues) quel que soit le lieu de survenue
X2239 Autres événements traumatisants en relation avec le travail »…

1 commentaire:

  1. "Suicide réussi", je suis surprise de voir encore ces termes. Doit-on parler de réussite ? Les termes "suicide" ou "mort par suicide" se suffisent. Un geste suicidaire ayant entraîné la mort est un suicide et un geste suicidaire n'ayant pas entraîné la mort est une tentative de suicide. Doit-on dans ce cas parler de ratage ?

    RépondreSupprimer