mercredi 10 septembre 2014

REVUE DE PRESSE EN VRAC JOURNEE MONDIALE 2014

JOURNÉE MONDIALE 2014 : Présentation de la journée voir http://blogdinfosuicide.blogspot.fr/2014/07/journee-mondiale-10-septembre-2014.html

REVUE DE PRESSE 


Clermont-Ferrand mobilisée pour la journée mondiale de prévention du suicide

En fin d’après-midi, les mots d’espoir des passants, accrochés aux ballons, se sont envolés dans le ciel clermontois, comme l’an dernier.? - photo manon saby
En fin d’après-midi, les mots d’espoir des passants, accrochés aux ballons, se sont envolés dans le ciel clermontois, comme l’an dernier.? - photo manon saby
A l’occasion de la journée mondiale pour la prévention du suicide, des associations du Puy-de-Dôme se sont mobilisées place de Jaude, à Clermont, hier.
Sous une discrète tente blanche, neuf associations venaient parler, hier, à ceux qui voulaient bien entendre le mot « suicide ». La pudeur est de mise : c'est un tabou. Il faut ménager ceux qui disent « non merci, je suis en vacances » et ceux dont les yeux rougissent. Les chiffres que glisse le prudent collectif interassociatif 63 pour la prévention du suicide sont pourtant éloquents.
Triste performance Les Français sont en effet parmi les Européens qui se suicident le plus. Quand le taux moyen de suicides en Europe était en 2011 de 10,2 pour 100.000 habitants, il était de 16,2 pour la France. Parmi les régions françaises, l'Auvergne est l'une des plus touchées avec 19,4 (*). Un espoir : ce chiffre a baissé puisqu'il était de 21,5 en 2001.
Oui mais quel est-il depuis 2011 ? Les statistiques s'arrêtent là. Difficile, dans ces conditions, d'évaluer l'impact de la crise économique. « On attend les données de l'Observatoire national du suicide créé l'année dernière. Pourquoi tant de suicides en Auvergne ? Peut-être parce que c'est un territoire rural, où les gens peuvent être isolés. Mais la Creuse et la Lozère par exemple, terres rurales, ne connaissent pas de tels taux », explique Claude Bouchard, le coordinateur du collectif créé il y a 18 ans. Ces neuf associations en réseau, avec l'aide de l'Agence Régionale de Santé, orientent les personnes en détresse vers l'organisme le mieux adapté à leur souffrance. Pour accepter par exemple son homosexualité ou mieux vivre le deuil d'un proche. Comme Françoise qui a « trouvé du lien » après le suicide de son fils de 18 ans, à travers « Jonathan Pierres Vivantes ». « Il existe de multiples associations, mais les âmes désespérées pensent que personne ne peut les aider, indique Dominique Duvert, chargée de la prévention du suicide à l'association Aramis. Nous leur disons : "Vous ne le savez pas, mais on est là" ». C'était le sens des mots écrits par les passants. Des petits bouts de papier qui se sont envolés avec les ballons, en fin d'après-midi. Bertrand, bientôt 70 ans, a écrit : « La vie mérite d'être vécue » et il sait de quoi il parle, puisqu'il en a douté après son divorce. Les personnes comme lui qu'il a connues à l'hôpital lui ont permis de s'en sortir. Clémentine veut aussi dire qu'« il faut se battre ». Après la perte de sa fille, cette femme de 26 ans a fait trois tentatives. Aujourd'hui, elle va « beaucoup mieux ».
(*) Sources : INSERM CépiDc.
Alice Chevrier  
 ***



La journée mondiale contre le suicide


La journée mondiale contre le suicide

Il ne s’agit pas de comptabiliser, il faut prévenir !
La disparition inattendue de Robin Williams a ému la planète entière.
Elle éclaire brutalement ce fléau social qu’est le suicide. Évidemment, on s’incline face à une telle souffrance qui fait perdre le sens et la joie de vivre que l’acteur incarnait si bien. L’alcool fut trop longtemps son compagnon. Lucide, il vit que la cocaïne est une drogue d’égoïste. Il avait déclaré : « La cocaïne est une manière pour Dieu de vous faire comprendre que vous gagnez trop d’argent. »

Le suicide, qui n’y a jamais pensé ? Les clés pour parler, comprendre, prévenir

C’est le titre du livre que nous avons publié en 2008 [1] avec un psychanalyste de la famille, Philippe Vaur, et un psychosociologue, Jean Epstein. Comme l’écrit dans sa préface notre collègue et ami le Dr Xavier Pommereau : « Un livre qui ose s’attaquer à un tabou tenace ». En effet, nous avons voulu aborder le sujet de face et pour tous les âges.
L’« épidémie » de suicides, du fait de leur nombre, est d’une extrême gravité. Ce sujet devrait, dès que possible, être une grande cause nationale en France et même en Europe. Il est bien plus important que l’engagement associatif (cause nationale 2014 en France) à un moment où l’État est économiquement en faillite et ne peut plus soutenir les associations qui en ont vraiment besoin.
Le site gouvernemental affirme :
« Chaque année, près de 10 500 personnes meurent par suicide, ce qui représente près de trois fois plus que les décès par accidents de la circulation. Environ 220 000 tentatives de suicide sont prises en charge par les urgences hospitalières. Il est la première cause de mortalité des 25-34 ans (20 % du total des décès dans cette tranche d’âge) et la deuxième cause (après les accidents de la circulation) chez les 15-24 ans (16,3 % du total des décès). »
Il n’est pas question de se satisfaire de la légère baisse du nombre de suicides en France au cours des 20 dernières années (passant de 11 403 en 1990 à 10 524 en 2011), car malheureusement l’état actuel de notre société, à tous les niveaux, est en train d’inverser la courbe.

Aujourd’hui toutes les familles sont fragilisées

Personne n’est à l’abri d’une catastrophe, car c’est ainsi qu’il faut qualifier le “suicide”. Évidemment, il fait partie de notre humanité, de nos choix de vie ou non-vie. Mais c’est une liberté de choix bien relative qui peut mener quelqu’un à tourner le dos à la vie…
Le titre de notre livre n’est pas destiné à banaliser l’acte du suicide. Il veut le prévenir en cherchant à sortir du silence et des tabous la « pensée du suicide » qui peut affecter tout un chacun à un moment ou un autre de son existence. C’est donc bien un outil de prévention, qui différencie nettement la pensée de l’acte lui-même.

Prévenir, ce n’est pas y penser au dernier moment

En ce début de siècle et de millénaire, prévenir n’est pas seulement une mode, c’est une nécessité sociale que tout le monde attend dans de nombreux domaines de la santé : du cancer au sida, des accidents de la route aux accidents domestiques, et même les maladies psychologiques les plus graves, dont le suicide qui fait peur à tous.
Évidemment, on doit distinguer “suicidés” et “suicidants”, ceux qui malheureusement finissent leur vie trop tôt de ceux qui ne réussissent pas et risquent la récidive. À tous nous voulons dire que la mort est évitable, que la vie vaut plus que la mort que l’on se donne, que l’on n’est jamais seul, que l’on peut toujours repartir du bon pied… Mais le dire, ce n’est que des mots, des mots… pour des maux, et qui ne suffisent certainement pas.

Trois grands messages pour tous

1- Le suicide n’est pas une fatalité : tout le monde y pense un jour ou l’autre, donc « le jour où j’y pense, je ne dois pas trop m’inquiéter, cela est arrivé ou arrivera à mon conjoint, à mon voisin, à mon frère ou ma sœur, à mon grand père… ». Il faut absolument en parler, se confier… On peut même en rire. Un ami me disait « j’ai l’impression que le jour où j’ai surmonté ma déprime suicidaire, je suis passé à l’âge “adulte” ».
2- La foule des rescapés : 220 000 personnes tentent chaque année de mettre fin à leurs jours et risquent donc la récidive. Trois jours de réanimation ne règlent que l’urgence. Il faut voir au-delà, avec délicatesse faire dire ce qui ne va pas, pourquoi arrêter la vie alors qu’il y a encore des années et des années devant soi, comprendre le pourquoi d’une telle orientation et essayer de réduire la douleur en en parlant parfois longuement, coupé de silences… Se voir et se revoir. Donner de l’attention, aider concrètement, faire comprendre à celui qui va si mal qu’il compte pour nous, pour ses proches et pour ses éloignés… de l’amour simple mais vrai. “Passer du temps avec”, c’est de l’amour, plus précieux que toutes les pierres précieuses. Il faut rejoindre le cœur souffrant de celui qui peut avoir arrêté sa décision afin de la réduire jusqu’à extirper l’écharde qui le taraude presque inconsciemment.
On essaiera très doucement, sans brusquer, de proposer des solutions pour agir, en plus du repos, du sommeil, du psychiatre qui peut être absolument nécessaire pour prévenir la récidive qui peut resurgir dans un autre moment de fragilité.
L’aidant lui-même ne doit pas avoir peur de se confier. Pour cela nous devons connaître et reconnaître humblement nos fragilités. Même celui qui paraît le plus dur, le plus fort, et qui l’affirme sans cesse, n’est pas à l’abri d’une déprime aussi lourde que la force qui l’anime.
3- Il est aussi nécessaire, en plus de l’accompagnement des personnes concernées, de ne pas oublier les proches, le conjoint, les frères et sœurs, parents et grands-parents, toute la famille jusqu’à l’entourage professionnel. Il est capital de leur apprendre à détecter les petits signes, les mots ou les silences, les enfermements, les lourds silences comme les joies outrancières, les rires excessifs ou sarcastiques, les troubles du sommeil où le cerveau peut être harcelé par l’idée fixe que la seule solution est d’arrêter la vie… Rien n’est banal. Tout est important.
Il faut faire attention aux épidémies : les suicides qui se succèdent comme nous avons pu le voir encore récemment, après des “suicides assistés” ou des décisions euthanasiques de personnes âgées. Enfants ou petits-enfants ont suivi, dans le désespoir du manque de la personne aimée trop brusquement disparue. Ces réalités sont vécues dans des familles proches de nos frontières et certains cherchent à nous les imposer en France sous prétexte de progrès social.
Avec le suicide, il y a souvent “double meurtre”. Car s’il y a meurtre du suicidé, il y a souvent un ou plusieurs meurtres qui se succèdent, qu’ils soient ou non dans l’intention de celui qui a mis fin à ses jours. Évidemment, par meurtre nous entendons casser, détruire la vie de celui ou ceux qui restent dans la culpabilité : « Si j’avais su, j’aurais dû faire ou dire ceci ou cela… »

Sortir du silence ou de l’approbation irresponsable, aborder le sujet de face dans les établissements scolaires

De nombreuses familles sont donc touchées par le suicide d’un des leurs. Dans les écoles, les jeunes posent des questions très pertinentes sur ce sujet dramatique. Le suicide est malheureusement de plus en plus fréquent chez les adultes de 30 à 59 ans et chez 28 % des plus de 65 ans, mais aussi très fréquent dans la pensée des adolescents et cela de plus en plus tôt. Pourquoi les régions de l’ouest et du nord de la France sont-elles très nettement au-dessus de la moyenne nationale ?
Nous voulons apporter des réponses à tous ceux qui ne savent plus quoi penser. Souvent des adultes nous posent la question : les suicides des jeunes aujourd’hui sont-ils plus fréquents ? Et les jeunes : pourquoi tant de suicides chez des adultes qui ont en apparence tout pour être heureux ?
J’ai vu dans des écoles des enfants qui pensent arrêter leur vie parce qu’ils se considèrent responsables des disputes et séparations dramatiques de leurs parents. Certains m’ont écrit et nous avons pu dialoguer. D’autres non pas eu le temps…
Souvent, les relations affectives de plus en plus précoces se nouent en milieu scolaire, trop vite engagées physiquement, stimulées par les médias et “bénies” par les adultes, font que les ruptures inéluctables qui s’ensuivent perturbent le sommeil, les résultats scolaires et peuvent créer le chaos dans la tête et l’agressivité contre soi–même. On le voit avec les jeunes filles anorexiques ou qui se scarifient, et de plus en plus de garçons très sensibles.

À l’aube du troisième millénaire, la pulsion de mort est à la mode

Il s’agit bien d’une pulsion, non d’un instinct, inspirée du nihilisme ambiant qui a fait suite à celui des philosophes du soupçon. Mais elle ne conduit pas toujours à la mort brutale. Comme le dit très bien le philosophe suisse Michel Thévoz : « La pulsion de mort ne conduit pas nécessairement ni directement à l’autodestruction, au meurtre de soi-même, elle peut emprunter des détours imprévus et connaître des états réversibles, admettre qu’on prenne congé de la vie temporairement seulement, dans le sommeil, dans le jeu, dans le rêve, dans l’orgasme. » Ce sont ces fuites successives qui peuvent conduire à la grande fuite ou fuite définitive dans un moment pulsionnel, souvent non choisi, tel que les alcoolismes des “binge drinking” ou “biture express”, “chaos éthylique” ou “alcool défonce”. Qui parfois finissent très mal.
Voilà tout ce que nous voulons expliquer sans tabou et sans faire la morale. Car il ne s’agit pas seulement d’une crise morale, mais d’une crise philosophique existentielle de toute la société dite « adulte ». Une crise du sens ou du non-sens, ce qui revient au même. Ce peut être aussi une maladie de l’intelligence qui est grave parce qu’elle casse l’antique bon sens, le bon sens paysan qui est écologiquement présent, “anthropo-logiquement” ancré au plus profond de chacun.
Nietzsche est mort à l’aube du XXe siècle, Sartre à la fin. Leur philosophie du Surhomme et du Néant, celle de leurs disciples qui n’ont pas assez étudié la vie de leurs maîtres pour les mieux comprendre a infiltré comme un poison toute la société contemporaine, insuffisamment formée pour repérer les erreurs.
Le bilan est catastrophique si on le compare à celui des siècles précédents. Faudrait-il de nouvelles guerres en Europe pour qu’on se suicide moins, comme l’ont vérifié les sociologues ? Car alors la vie prend tout son sens !

Notre niveau matériel a atteint des sommets

Nous appartenons au club des plus favorisés de la Terre, et pourtant ! Ce ne sont pas les plus pauvres qui se suicident le plus ! Il suffit d’observer les suicides des stars, qui vivent des misères affectives lourdes malgré des comptes en banque et des lieux de vie somptueux.
La mort de notre société par le suicide de l’humanité tout entière est envisagée sérieusement par certains écologistes, qui ne sont pas à un contresens près. Ils mettent les animaux et les arbres au sommet de l’échelle du vivant.
Même chose au niveau politique. Nous en avons eu l’illustration avec les deux régimes totalitaires du siècle dernier. L’autodestruction a été évitée de peu. Le Mouvement pour l’extinction volontaire de l’humanité (VHEMT, The Volontary Human Extinction Movement) a tout imaginé : virus, famines, bombes atomiques, pollutions chimiques… pour convaincre 6 milliards d’êtres humains d’arrêter de procréer.
Les jeunes se suicident parce que les adultes vont mal et ne les comprennent pas. Où qu’il soit, le jeune est aujourd’hui plus fragile qu’autrefois : il vit trop dans le virtuel, fuyant sans doute un réel peu attractif ou familialement et affectivement instable. Il se réfugie dans le virtuel parce qu’il n’est pas assez au contact de la nature, du réel. Le virtuel peut faire rêver, mais aussi perturber l’être jusqu’en ses profondeurs.
La mort de tout espoir conduit au désespoir, dernier acte de vie. Enfants, adolescents, adultes en pleine force de l’âge, vieillards, tous y pensent un jour ou l’autre.
La Journée mondiale du suicide est fixée au 10 septembre. Chaque année, en France, au cours de la première semaine de février, on compte les morts de l’année écoulée. Cela permet de penser à eux, mais c’est trop tard. Toujours plus nombreux. Notre planète entière est touchée par ce virus mortel qui règne sur certains sites Internet et sur des blogs de jeunes en quête d’émotions fortes.
C’est pourquoi je pense indispensable et urgent d’affronter ce problème sans langue de bois, sans éluder tout ce qui mène au suicide. Si nous ne comprenons pas les mécanismes psychologiques, anthropologiques qui conduisent au suicide, nous ne pouvons pas prétendre construire une quelconque prévention.
Ce n’est pas nouveau, notre société pousse les êtres dont elle ne peut faire son profit au désespoir, qui selon l’expression d’Antonin Arthaud « serre et broie le cœur d’un homme comme une tenaille, jusqu’à ce qu’il soit fou et qu’il se jette dans la mort comme dans les bras d’une mère. »
Aussi nous avons accepté de poursuivre le dialogue avec ceux qui le souhaitent sur notre site Internet, par un blog dédié à la prévention du suicide (www.professeur-joyeux.com). Comme le disait Giono, « Seule nous intéresse la chasse au bonheur ! », et comme le soulignent des analystes de la littérature où règne la mort donnée : « On se tue par besoin d’être aimé ! »
C’est là un sujet éminemment familial. Rappelons qu’en juillet 2007, le gouvernement du Japon inscrivait la prévention du suicide comme grande cause nationale. L’épidémie suicidaire est le reflet des nombreux malaises de notre société, où la solidarité et la générosité sont orientées à des milliers de kilomètres tandis que le voisin souffre d’être ignoré. Ils traduisent un flot de souffrances psychosociales et familiales qui, depuis trois ou quatre décennies, tend à nous submerger.
La prévention du suicide exige une campagne nationale permanente, et pas uniquement d’y songer un jour ou une semaine par an.
Les questionnaires du bien-être dans les entreprises seront utiles, mais ne suffiront pas à enrayer la vague. Il faut que soient explicitées les erreurs sociétales qui peuvent conduire à ces drames individuels et familiaux : la marchandisation de l’individu ; le stress au travail ou l’angoisse d’être déclassé et de perdre son emploi ; l’insécurité personnelle dans un monde de compétition ; la peur et la méfiance dans les relations humaines ; l’usage des drogues dites douces qui ne sont pas douces mais dopées génétiquement pour favoriser et accélérer les addictions ; l’entretien du pessimisme, avec son corollaire le sentiment de tristesse, la perte de confiance en soi et la solitude insupportable.

De nouveaux repères pour une société plus humaine et plus juste

Je souhaite travailler avec tous ceux qui ont conscience de ce fléau et faire des propositions concrètes afin de l’enrayer :
  • Une véritable politique de civilisation telle que préconisée par Edgar Morin, où la solidarité et la complémentarité priment sur la compétition.
  • La poursuite de la formation continue pour tous les jeunes afin de s’adapter aux besoins économiques du monde du travail.
  • L’apprentissage de la réflexion sur le sens de la vie et du travail par un enseignement spécifique dès le collège, en expliquant l’importance du temps des fondations scolaires (12 ans d’acquisition minimum des savoirs) pour un avenir plus radieux .
  • La reconnaissance des fragilités humaines et des sources du désespoir qui conduisent, à tout âge : à penser au suicide un jour ou l’autre, à savoir déceler le “rien” qui peut conduire à l’acte, à consulter un spécialiste de la prévention : psychologue ou psychiatre qui prescrira le médicament qui apaise, aide à se reposer, mieux dormir quand le mal-être persiste.
  • La réhabilitation de la famille, source et lieu de dialogue et de compréhension malgré toutes les tensions naturelles, familiales et sociales, qui retentissent sur la vie de chacun. Ce sont des gestes citoyens appris en famille qui sauvent des vies.
  • La mise en place d’un statut parental, par des personnes d’expérience et pas nécessairement surdiplômées, dans lequel serait proposée à ceux qui le souhaitent une formation à la parentalité.
  • Une laïcité intelligente, ouverte plutôt qu’agressive et antireligieuse. Il faut reconnaître les grands textes appris par cœur qui forment la mémoire et l’intelligence. Chaque religion a des textes splendides, trésors d’humanité, patrimoine virtuel d’une extrême importance que l’on devrait proposer aux enfants pour qu’ils les mémorisent à vie afin qu’ils comprennent la diversité des cultures et des approches de l’homme à la recherche du bonheur.
Avec le pasteur Henri Bauer [2], nous sommes partis en quête du premier thérapeute pour notre humanité et nous avons pu démontrer qu’il était même le premier des ministres de la Justice et de la Famille. C’est, gravé au burin sur la pierre qu’il a taillée il y a trente-quatre siècles, le Code d’humanité en dix paroles, trois pour les croyants et sept pour les incroyants. Il est plus que jamais d’actualité.
Nous ne sommes pas seuls sur notre planète. Nous connaissons tous la chanson d’Yves Duteil « Prendre un enfant par la main… » Face au suicide, nous sommes tous des enfants qui pleurent.
Alors faisant écho à Emmanuel Kant – « Le grand cimetière de l’espèce humaine ne peut être la perspective de la “paix universelle” » –, Monsieur le Premier ministre, choisissez vite la prévention du suicide comme Grande cause nationale.
Diffusez largement cette lettre de prévention pour une France sans suicide [3].
Professeur Henri Joyeux

Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.santenatureinnovation.com/la-journee-mondiale-contre-le-suicide/#ixzz3EWESNrwq

***  

Sciences > Santé > MONDE. Une personne se suicide toutes les 40 secondes



MONDE. Une personne se suicide toutes les 40 secondes

La Journée mondiale de prévention du suicide est l'occasion de rappeler que 800.000 personnes se suicident chaque année dans le monde.


Robin Williams s'est suicidé le mois dernier. © JOHN ANGELILLO/NEWSCOM/SIPA Robin Williams s'est suicidé le mois dernier. © JOHN ANGELILLO/NEWSCOM/SIPA






SUICIDE. Quelque 800.000 personnes se suicident chaque année dans le monde, soit une toutes les 40 secondes et davantage que les victimes de guerre ou de catastrophes naturelles, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui juge "inacceptable" l'ampleur du phénomène.
La majorité des personnes qui se suicident ont plus de 50 ans et le suicide touche deux fois plus d'hommes que de femmes, selon ce rapport de l'OMS, publié récemment à Genève, le premier du genre. L'Asie du sud-est est également plus touchée que le reste de la planète, à l'inverse de pays à tradition catholique comme l'Italie.






Absorption de pesticides, pendaison ou armes à feu

Quelque 1,5 million de personnes meurent chaque année de mort violente, dont 800.000 de suicide, expliquent les auteurs du rapport. Ce chiffre de 800.000 est "inacceptable", car le suicide peut être "évité" par une politique de prévention, a déclaré le Dr Shekar Saxena, directeur du département de santé mentale à l'OMS, en présentant le rapport à la presse jeudi à Genève.
En outre, ce rapport souligne que le suicide est la 2e cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans. L'absorption de pesticides, la pendaison et les armes à feu sont les méthodes de suicides les plus répandues.
FRANCE. Dans l'Hexagone, en 2012, 10.093 personnes se sont suicidées, dont 7.475 hommes et 2.618 femmes. Le taux de suicide est de 12,3 pour 100.000 habitants, supérieur à la moyenne mondiale de 11,4.
Il faut agir pour répondre à un grave problème de santé publique resté trop longtemps tabou", selon la directrice générale de l'OMS Margaret Chan, qui souligne également que cet acte désespéré est "évitable".
L'agence de l'ONU prône en effet une stratégie globale de prévention du suicide, car beaucoup de personnes qui ont attenté à leur vie ne reçoivent pas l'aide dont ils auraient besoin.
Le taux de suicide le plus élevé est en Asie du sud-est, avec un taux de suicide de 17,7 pour 100.000 habitants, supérieur à la moyenne mondiale de 11,4 pour 100.000.
EUROPE. En Europe aussi, le taux de suicide (12 %) est plus élevé que la moyenne mondiale, avec 35.000 victimes recensées.
Six pays européens sont parmi les 20 pays les plus touchés par ce fléau. Le Bélarus a le taux le plus élevé en Europe (35,5 %). Il est suivi par la Lituanie (28,2), la Russie (19,5), la Hongrie (19,1), l'Ukraine (16,8), la Pologne (16,6), la Lettonie (16,2), la Finlande (14,8), et la Belgique (14,2). Dans des pays à tradition catholique comme l'Italie (4,7) et l'Espagne (5,1), les taux sont nettement plus bas. Le Guyana affiche le record mondial des suicides avec un taux de 44,2, suivi par la Corée du Nord (38,5). Le taux de suicide le plus bas a été relevé en Arabie saoudite (0,4).





L'objectif de la stratégie de l'OMS est de réduire de 10 % le taux de suicide dans l'ensemble des pays d'ici 2020.Selon l'OMS, le suicide et ses tentatives sont encore considérés comme des actes criminels dans 25 pays dans le monde, notamment en Afrique et en Amérique Latine. Ce rapport de près de 100 pages a pour but d'encourager les pays qui ont pris des mesures pour prévenir le suicide, et à placer cette question "à l'ordre du jour".Selon l'OMS, "des interventions et un traitement efficaces et opportuns, peuvent contribuer à prévenir le suicide et les tentatives de suicide".

MÉDIATISATION. L'OMS a aussi dénoncé dans ce rapport la présentation "sensationnaliste" par les médias de suicides de personnalités célèbres. Les médias, a estimé l'experte de l'OMS le Dr Alexandra Fleischmann, devraient éviter de parler de "suicide", et privilégier le terme de "perte".
Le professeur Ella Arensman, présidente de l'association internationale sur la prévention du suicide, a indiqué pour sa part avoir reçu plusieurs mails après la couverture médiatique du suicide de l'acteur Robin Williams de personnes qui avaient traversé des crises suicidaires et qui étaient en train de replonger.
Le rapport de l'OMS n'étudie pas la question du suicide assisté, comme la Suisse l'autorise. "C'est un phénomène trop faible sur le plan statistique pour être inclus dans l'étude", selon le Dr Saxena.
En Suisse, il y a eu l'an dernier 350 suicides assistés, via des organisations ad-hoc comme Dignitas et Exit. Le taux de suicide dans ce pays, hors les suicides assistés, est de 12,2 pour 100.000 habitants.
***
 Le Conseil général s'associe à la Journée mondiale de prévention du suicide

Jeune | En famille | En situation de handicap | Santé | Solidarité – Social


Jeudi 11 septembre 2014, dans le cadre de la Journée mondiale de prévention du suicide, le Conseil général des Alpes-Maritimes a présenté le partenariat avec Fil Santé Jeunes, une cellule d'écoute et de conseils.

Agrandir l'image, .JPG 0.9Mo (fenêtre modale) Partenariat avec Fil Santé Jeunes © E. Rossolin
Dans le cadre du Plan de Santé Mentale, le Département fédère les dispositifs susceptibles d’intervenir dans la prévention et la prise en charge du mal être des jeunes.
C’est ainsi qu’il lance un partenariat avec le Fil Santé Jeunes de l’École des Parents et des Éducateurs d’Ile de France, dont les missions sont d’être un « observatoire national » des difficultés des jeunes en matière de santé, et de leur proposer un service téléphonique anonyme et gratuit et un site Internet, où ils trouvent écoute, information et orientation dans les domaines de la santé physique, psychologique et sociale. Par l’intermédiaire de la plateforme de santé mentale, les jeunes pourront ainsi être mieux orientés vers un service spécialisé d’écoute et de prise en charge.
Avec le concours du Carrefour Santé Jeunes, structure de santé globale pour les 12-25 ans, des actions de communication et de sensibilisation seront initiées auprès des jeunes et de leurs familles.
Le suicide, une priorité de santé publique, qui concerne particulièrement les jeunesLe suicide est presque deux fois plus meurtrier que les accidents de la route. En termes de prévention, le repérage et la prise en charge de la crise suicidaire sont essentiels et la formation des professionnels capitale. Sous l’égide de l’ARS, le Conseil général prendra part à un plan d’actions visant notamment à l’amélioration de la réponse des dispositifs et la coordination pluridisciplinaire.
 
***

La prévention du suicide - RFI
www.rfi.fr/emission/20140910-prevention-suicide/10 sept. 2014 - Le 10 septembre, c'est la Journée mondiale de prévention du suicide. En France, chaque année, environ 10 000 personnes décèdent en mettant fin à leurs ...
 
***

2. Journée mondiale de prévention du suicide - RFI
www.rfi.fr/emission/20140910-2-journee-mondiale-prevention-suicide/
10 sept. 2014 - print. 2. Journée mondiale de prévention du suicide. Affiche de campagne pour la prévention du suicide. DR. 1. Journée mondiale de prévention du suicide ...

***


Un début de prévention du suicide des jeunes - Le Monde
www.lemonde.fr/.../un-debut-de-prevention-du-suicide-des-jeunes_4484...8 sept. 2014 - La Journée mondiale de prévention du suicide, mercredi 10 septembre, offre l'opportunité de découvrir quelques-unes des interventions qui se multiplient, ...

***

Journée de prévention du suicide - France 3 Régions
france3-regions.francetvinfo.fr/.../journee-de-prevention-du-suicide-100...10 sept. 2014 - La Journée Mondiale de Prévention du Suicide est célébrée le 10 septembre, chaque année, depuis 2003. Pour cette édition, thème est : « La prévention du ...


***

prevention du suicide et traumatisme cranien | Handicap ...
handicap-invisible.org/le-10-septembre-2014-journee-mondiale-de-prev...

11 sept. 2014 -
Le 10 septembre 2014, journée mondiale de prévention du suicide | Association loi 1901 – Former et Informer les professionnels en matière médico-légale et ...

***

2014 - SOS Amitié Ile-de-France
www.sosamitieidf.asso.fr/wp-content/uploads/.../Observatoire-2014.pdf

10 sept. 2014 -
Cette année, la Journée Mondiale de Prévention du Suicide qui aura lieu le 10 septembre 2014, a pour thème « la prévention du suicide : un monde connecté».

***

Une association pour oser parler du suicide - Saumur Kiosque
www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=20989

16 sept. 2014 -
... par des parents touchés par le suicide d'un de leur proche, l'association saumuroise "au coeur des flots" a deux objectifs : la prévention du suicide chez les .
 

***

Un suivi psychologique rapide et gratuit pour prévenir le ...
www.sciencesetavenir.fr › Santé
10 sept. 2014 - A l'occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, ce 10 septembre, des consultations gratuites et rapides viennent d'être mises en pla...

***

OMS : « Prévention du suicide. - URPS des Médecins ... urpsmla.org/index.php?article7134
10 sept. 2014 -
Le 10 septembre s'est tenue la 12ème Journée mondiale de la prévention du suicide. A cette occasion, l'OMS a publié son premier rapport sur la prévention du ...

***

Pyrénées-Atlantiques : parler du suicide pour l'éviter - Sud ...
www.sudouest.fr/.../pyrenees-atlantiques-parler-du-suicide-pour-l-eviter-...
10 sept. 2014 - e mercredi 10 septembre est la Journée mondiale de la prévention du suicide. À cette occasion, le Service d'accueil spécialisé (SAS) du Centre hospitalier de la ... 
***

Journée prévention suicide : "J'ai été aidé et aujourd'hui je ...
www.rtl.fr › Actu › Société et faits divers
10 sept. 2014 - TÉMOIGNAGE - Le 10 septembre a lieu la douzième Journée mondiale de prévention du suicide. Il y a cinq ans, François a tenté de mettre fin à ses jours, ... 

***

www.zinfos974.com/Prevention-du-suicide-Il-faut-commencer-tres-jeun...
10 sept. 2014 - Ce mercredi est marqué par la Journée mondiale de la prévention du suicide. C'est l'occasion de rappeler que ce fléau tue une personne tous les trois jours à ... 
***

www.anpaa.asso.fr › L'A.N.P.A.A.ActualitésAutres
10 sept. 2014 - À l'initiative de l'Association Internationale pour la Prévention du suicide (IASP), en collaboration avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la journée du ...
***


Les raisons qui poussent 10 000 Français au suicide tous ...
www.pourquoidocteur.fr/Journee-de-prevention-du-suicide---220-000-F...
10 sept. 2014 - A la veille de la 12e Journée mondiale de la prévention du suicide, les chiffres restent inquiétants. Avec plus de 10 400 suicides et 90 000 tentatives par an, ...
***

 
Châteaubriant. Journée de prévention du suicide mercredi ...
www.ouest-france.fr/chateaubriant-journee-de-prevention-du-suicide-me...
9 sept. 2014 - Dans le cadre de la Journée mondiale de prévention du suicide, le Centre communal d'action sociale (CCAS) organise une action de prévention sur le marché ...
***

 
10 septembre : Journée mondiale de prévention du suicide
www.infirmiers.com/actualites/.../prevention-suicide-ordre-du-jour.html
10 sept. 2014 - La prévention du suicide n'a pas été convenablement traitée tant que l'on n'avait pas conscience du fait que le suicide constitue un problème majeur de santé ...
***
SOS Amitié / Le tchat, réel outil de prévention du suicide pour
www.newspress.fr/Communique_FR_282005_6238.aspx
15 sept. 2014 - La Journée Mondiale de Prévention du Suicide le 10 septembre, a eu pour thème « la prévention du suicide : un monde connecté ». Elle met donc l'accent sur ...
***
Metz | SOS Amitié : un vrai rôle dans la prévention du suicide
www.republicain-lorrain.fr/.../sos-amitie-un-vrai-role-dans-la-prevention...
10 sept. 2014 - En proposant une écoute téléphonique gratuite et anonyme, SOS Amitié participe à la prévention du suicide. Le téléphone est son outil de prédilection, mais ..

***

Journée de prévention du suicide: Les quatre chiffres choc de la triste réalitéPublié le 10 septembre 2014. http://www.20minutes.fr/societe/1440099-20140910-journee-prevention-suicide-quatre-chiffres-choc-triste-realite







SANTE - A l’occasion de la journée nationale de prévention du suicide, «20 Minutes» dresse la liste des statistiques sur le sujet…
Parfois, quelques chiffres valent mieux qu’un long discours. Alors que les associations et les pouvoirs publics vont consacrer cette journée du mercredi 10 septembre à la lutte nationale contre le suicide, 20 Minutes revient sur les chiffres clés.

Un suicide toutes les 40 secondes

Dans un rapport publié vendredi, l’Organisation mondiale de la Santé assure que 800.000 personnes se suicident chaque année dans le monde. Soit une personne toutes les 40 secondes. C’est davantage que les victimes de guerre ou de catastrophes naturelles, note l’OMS dans son rapport tout en qualifiant l’ampleur du phénomène «d’inacceptable».

En France, 12,3 suicides pour 100.000 habitants

C’est mieux que la Belgique. Mais bien moins bien que l’Espagne ou l’Italie. En France, 12,3 personnes sur 100.000 se suicident chaque année. C’est au-dessus du taux mondial estimé à 11,4. Le triste record est détenu par le Guyana (44,2) suivi par la Corée du Nord (38,5) tandis que l’Arabie Saoudite affiche le taux le plus faible avec 0,4 suicide pour 100.000 habitants.

676.000 appels à SOS Amitié en 2013

Spécialisée dans le soutien aux personnes en détresse, SOS Amitié a enregistré en 2013 676.000 appels à l’aide par téléphone. «Le pire, c’est qu’on n’arrive à décrocher qu’un appel sur quatre», lâche à 20 Minutes, Maxime Bonin, le président de SOS Amitié. Avec plus de moyens, nous aurions donc 2,4 millions d’appels chaque année.
>> Lire: Notre reportage avec les bénévoles de SOS Amitié

70.000 hospitalisations pour des tentatives

C’est près de 200 hospitalisations par jour qui font suite à des tentatives de suicide. Selon l’institut de veille sanitaire, 70.000 hospitalisations par an concernent des personnes qui ont tenté de mettre fin à leurs jours. Dans le nord et l’Ouest de la France, le taux d’hospitalisation pour des tentatives est supérieur à 20 pour 10.000 habitants.
Vincent Vantighem

 
 ***
«Mon père me trait de put! Je veu en finir…»: Quand la lutte contre le suicide passe par le chat Vincent Vantighem Publié le 10 septembre 2014 sur http://www.20minutes.fr/societe/1440003-20140910-pere-trait-put-veu-finir-quand-lutte-contre-suicide-passe-chat











REPORTAGE - «20 Minutes» a passé une soirée avec les bénévoles de SOS Amitié qui viennent en aide, via un service de chat en ligne, aux jeunes en détresse…
«Est-ce que vous êtes réel?» Derrière son écran, Hélène* ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire. Bénévole pour SOS Amitié, elle commence à avoir l’habitude de devoir répondre à cette question posée par les jeunes qui sollicitent de l’aide via le service de chat en ligne.

>> Suicide: Les quatre chiffres choc de la triste réalité

En 2013, 3.800 personnes ont cliqué sur la petite fenêtre qui permet d’être mis en relation, anonymement, avec un des 70 «écoutants chat», tous les jours de 19h à 23h. C’est 20 % de plus qu’en 2012. «Essentiellement des jeunes pour qui parler oralement est plus difficile, témoigne Hubert*, un autre bénévole. Surtout des jeunes filles qui évoquent des violences physiques et psychologiques…»

«Mon père me trait de put!»

Jasmine est de celles-là. Après avoir expliqué qu’elle n’était pas un «robot», Hélène découvre, effarée, l’histoire de cette lycéenne qui s’affiche sous ses yeux en style SMS. Une relation sentimentale difficile, des rapports familiaux compliqués – «mon père me trait de put!»- et cette conclusion terrible: «Je veu en finir…»



«La règle, c’est ni conseil, ni jugement, témoigne alors Hélène tout en relançant la jeune fille. On est dans l’empathie. Il faut savoir écouter et desserrer l’angoisse en commençant par reconnaître la souffrance de l’autre.

«Vous êtes toujours là?»

Justement, après avoir confié à Jasmine que son histoire était «terrible», la conversation instantanée s’interrompt brusquement. «Vous êtes toujours là?», interroge l’écoutante. Au bout d’une très longue minute, un petit «wi» s’affiche enfin.



«D’habitude, on me dit que c ma faute, poursuit la jeune fille en détresse. Par exemple, je suis première de ma classe et personne ne ma félicité.» Hélène saisit la perche au vol. Elle salue le travail effectué et explique à Jasmine qu’elle a besoin d’aide. Sortant un grand classeur, elle indique alors les coordonnées de plusieurs associations. «Et n’hésite pas à revenir vers nous si besoin…»

La fenêtre Internet se ferme. Derrière elle, de petites icônes se mettent à clignoter comme autant d’appels à l’aide. La soirée d’Hélène ne fait que commencer.

*Les prénoms ont été changés
La réalité du suicide des jeunes en chiffres
Le suicide est la première cause de mortalité des 25-34 ans (20 % du total des décès dans cette tranche d’âge). Le taux de mortalité liée au suicide est ainsi de 6,4 pour 100.000 habitants chez les 15-24 ans et de 12,2 pour 100.000 habitants chez les 25-34 ans.
Dans son rapport, SOS Amitié estime que 44 % des appelants via le chat ont moins de 25 ans. Ils sont 20 % à évoquer le suicide contre 1,9 % par téléphone.

***


10.09.2014 - PréSuiFri et STOP SUICIDE s'expriment sur la prévention du suicide des jeunes - La Télé (FR)
Le 10 septembre 2014, La Télé fribourgeoise a mené un reportage à l’Université de Fribourg, lors du colloque de PréSuiFri sur la Prévention du suicide.
M. Haemmerlé revient sur le taux de suicide à Fribourg et son évolution, sur le taux de suicide des jeunes et les facteurs de risques et facteurs déclencheurs, notamment l’impulsivité. Mélanie Arditi est interrogée sur le suicide des jeunes et sur la médiatisation du suicide.
Video à voir : http://www.stopsuicide.ch/site/content/10092014-pr%C3%A9suifri-et-stop-suicide-sexpriment-sur-la-pr%C3%A9vention-du-suicide-des-jeunes-la

***



 La France durement touchée
Journée de prévention du suicide : 220 000 Français tentent l'irréparable
Par Léa Drouelle , publié le 9 Septembre 2014 http://www.frequencemedicale.com/Article/1735/Journee-de-prevention-du-suicide-220-000-Francais-tentent-l-irreparable
Avec 10 500 suicides par an, la France fait partie de l'un des pays les plus touchés par ce fléau. 3/4 des victimes sont des hommes mais les femmes sont majoritairement le fait des femmes.ISOPIX/SIPA

A la veille de la 12e Journée mondiale de la prévention du suicide, les chiffres restent inquiétants. Avec 10 500 suicides et 220 000 tentatives par an, la France est fortement touchée par ce grave problème de santé publique. Mais quelles sont les raisons qui poussent les Français à mettre fin à leurs jours ?

Plus de suicides dans les régions Ouest et Nord
Selon un rapport du ministère de la Santé, près des trois quarts des suicidés en France sont des hommes. Les femmes, en revanche, sont plus nombreuses à faire des tentatives. Les plus concernés par le suicide sont les jeunes (25-34 ans) chez qui la tendance est la première cause de mortalité, après les accidents de circulation. Les régions les plus touchées sont celles du nord et de l’ouest.

Solitude et violences
Chez les hommes comme chez les femmes, les principales raisons qui poussent au suicide sont les violences sexuelles et/ou physiques subies pendant l’enfance, ou au cours de la vie adulte. La solitude est aussi un facteur déterminant : en 2014, une enquête de la Fondation de France indique qu’un Français sur huit vit seul. Ce phénomène touche particulièrement les personnes âgées.


Chômage et précarité
Les facteurs socio-économiques sont, après les traumatismes psychologiques, des facteurs suicidaires importants : faibles revenus, chômage. Une enquête réalisée par la Dress en juillet dernier dans le but de mieux comprendre les raisons et le cheminement vers les idées suicidaires montre que les chômeurs et les personnes en situation de précarité ont deux fois plus de pensées suicidaires que les autres.
Chez les femmes comme chez les hommes, le tabagisme est aussi responsable de la volonté des Français de mettre fin à leurs jours. En revanche, la consommation chronique d’alcool est bien plus prononcée chez la femme. C’est d’ailleurs la troisième cause de suicide chez cette dernière, après les violences et la solitude.
Si le nombre de suicides reste en France reste élevé, il a cependant diminué au cours de ces 20 dernières années passant de 11 403 en 1990 à 10524 en 2011.

Le suicide en chiffres

10. 500 : c’est le nombre de personnes qui meurent par suicide chaque année en France.
Chez les 25-34 ans, le suicide est la 1ère cause de la mortalité avec 20 % du total des décès.
220.000 de tentatives de suicide sont prises en charge par les urgences hospitalières tous les ans
11 403 à 10524 : c’est la diminution du nombre de suicides dans l’Hexagone en 20 ans.
5 milliards d’euros : c’est le coût estimé de la prise en charge du suicide et des tentatives par l’unité de recherche en économie de la santé (URC ECO) de l’Hôtel Dieu.


***

10 septembre 2014 : Journée de la prévention du suicide de l’OMS
http://www.inpes.sante.fr/30000/actus2014/033-suicide.asp

09-09-2014
L'Organisation mondiale de la santé et l'Association internationale pour la prévention du suicide (Iasp) sont à l’initiative de cette Journée mondiale qui réunit des individus et des organisations impliqués et vise à sensibiliser la société au sujet. En 2014, le thème choisi : « La prévention du suicide: un monde connecté », met l’accent sur l’importance des liens sociaux pour rompre l’isolement qui peut mener au suicide et sur les soins spécialisés en santé mentale qui doivent être accessibles à tous. L’Inpes se joint à ceux qui œuvrent à la prévention du suicide à travers ses dispositifs de prévention de l’isolement social et de la détresse psychique.
Le suicide, qui associe des facteurs psychologiques, sociaux, biologiques, culturels et environnementaux est un phénomène complexe. Selon l’Iasp, chaque année, près d'un million de personnes se donnent la mort, ce qui correspond à un décès toutes les 40 secondes dans le monde. Pour sa part, la France se situe dans le peloton de tête des pays à fort taux de suicide avec 16,2 suicides pour 100 000 habitants. En effet, 10 524 décès par suicide y ont été enregistrés en 2011, et le nombre de tentatives de suicide ayant donné lieu à un passage aux urgences hospitalières est estimé entre 176 000 et 200 000 par an (Sources: CépiDC Inserm 2014 ; Institut de veille sanitaire 2014). Le suicide est ainsi la première cause de mortalité chez les 25-34 ans et la deuxième chez les 15-24 ans. En termes de nombre de décès, les 45-64 ans restent cependant les plus touchés.
Cette année, la Journée mondiale est marquée par la publication OMS du Rapport sur le suicide dans le monde (WSR), qui dresse l'état actuel de la prévention à l'échelle internationale et décrit l'épidémiologie du suicide par les données les plus récentes.

Prévention du suicide: un monde connecté

Pour ses organisateurs, le thème de cette 12e Journée « Être connecté » fait référence à l'isolement social qui peut augmenter le risque de suicide, à l’inverse des connections humaines, qui ont un effet protecteur. Ce thème met ainsi l’accent sur l’intérêt des outils de connexions comme moyen de prévention avec notamment l’apport des nouvelles technologies.
La prévention de l’isolement sociale est l’une des stratégies de prévention du suicide et de promotion de la santé mentale promue et soutenue par l’Inpes à travers le financement et l’accompagnement de dispositifs d’écoute et d’aide à distance sur le mal-être (Phare, SOS Amitié, SOS Suicide Phénix et Suicide Ecoute) et la publication, en partenariat avec la CNAV, de guides d’aide à l’action dans le cadre du programme « bien vieillir » :

Pour en savoir plus

***
Indre - Société Suicides : le département dans le peloton de tête
 
Le suicide médicamenteux et alcoolisé : un grand classique.
Une soixantaine de suicides sont comptabilisés chaque année dans l’Indre. Coup de projecteur à l’occasion de la Journée mondiale sur le suicide.
Il y a la journée nationale programmée le 6 février. Et il y a aussi la journée mondiale, ce mercredi 10 septembre. Jusqu'alors, le Comité départemental d'éducation pour la santé (Codes) participait simplement au premier événement. Mais le suicide est un tel fléau que le Codes a finalement décidé de communiquer lors du rendez-vous mondial. A coup sûr, deux journées ne sont pas de trop.
12.000 suicides chaque année en France. Un décès toutes les quarante secondes, une tentative toutes les trois secondes. Habituellement à la traîne, l'Indre fait malheureusement partie du peloton de tête : une soixantaine de suicides avérés y sont comptabilisés chaque année. En pourcentage, ce chiffre le place au cinquième rang hexagonal.
Plutôt un phénomène rural, le suicide, et plutôt une affaire de personnes âgées ? « C'est surtout quelque chose qui ne date pas d'hier puisque George Sand en faisait déjà écho dans ses romans, souligne Marie-France Berthier, présidente du Codes et formatrice en repérage des crises suicidaires. La différence, c'est que l'on parlait encore moins qu'aujourd'hui de ce sujet qui reste tabou. »
 Les 30-50 ans en tête
Et pourtant, le suicide constitue un véritable problème de santé publique qui mérite une large évocation. « Mourir dans de telles souffrances est inacceptable, poursuit Marie-France Berthier. Prononcer le mot suicide ne va jamais de soi. Il faut malgré tout rester à l'écoute, questionner, mettre des mots sur un mal-être qui constitue souvent une très longue histoire. »
Anabelle Desaix est chargée de projet au Codes de l'Indre. Elle coordonne le comité de pilotage suicide et note que « la tranche la plus exposée est celle des 30-50 ans, devant les personnes âgées ». Mais les jeunes n'échappent pas au phénomène. A l'occasion de cette journée mondiale, le Comité départemental d'éducation pour la santé a donc mis sur pied une exposition sur le suicide, à la Maison des adolescents de Châteauroux.
repères
> Formation. Dans l'Indre, des formations sont proposées pour repérer et prendre en charge la crise suicidaire. 300 personnes ont déjà été formées. Deux sessions organisées par le Codes et financées par l'Agence régionale de santé, se tiennent chaque année.
Contact : tél. 02.54.60.98.75.
> 2013. Cinquante-huit suicides avérés ont été comptabilisés dans l'Indre au cours de l'année 2013. Si la répartition géographique est équilibrée, Châteauroux occupe évidemment la pole position avec onze suicides. Issoudun arrive ensuite avec sept suicides.
> Personnes âgées. Chez les jeunes, on compte un suicide avéré pour quatre-vingt-dix tentatives. Chez les personnes âgées, on passe à un suicide avéré pour une tentative et demie. En clair, quand ils décident d'en finir, nos aînés ne se ratent pas.
> Pendaison. Dans l'Indre, la pendaison est le premier mode de suicide recensé, devant le suicide par armes à feu – pratique qui se généralise aussi chez les femmes – puis la noyade. Médecins, gendarmes, policiers et agriculteurs semblent particulièrement exposés.
Bruno Mascle
***

«Chacun peut aider à la prévention du suicide» - 10 septembre 2014

http://www.lessentiel.lu/fr/news/luxembourg/story/19334245 LUXEMBOURG-VILLE – À l’occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide, des bénévoles de SOS Détresse ont battu le pavé dans la capitale, ce mercredi.

storybild Des bénévoles de SOS Détresse étaient en ville ce mercredi pour sensibiliser à la lutte contre le suicide. (photo: L'essentiel)

vous les avez peut-être croisées au centre-ville ou à la gare. Dépliants et stickers en main, elles ont battu le pavé à la rencontre des badauds afin de sensibiliser à la lutte contre le suicide. Elles, ce sont les bénévoles de l’association SOS Détresse, dont le leitmotiv en cette journée mondiale de prévention était: «Je tiens à toi». Chaque année au Luxembourg, 1 600 personnes tentent de mettre fin à leurs jours. Selon des chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y a eu 56 cas de mort par suicide dans le pays en 2012, soit deux de plus qu’en 2010 et huit de plus qu’en 2009. Les hommes sont davantage concernés puisqu’ils étaient 42 à s’être donné la mort, contre 14 femmes.

«À travers notre action, nous voulons montrer que chacun peut prendre position et contribuer à la prévention du suicide en tendant la main et en offrant une écoute à celui qui se trouve en souffrance, explique Susana Campos, psychologue à SOS Détresse. À l’opposé de l'isolement et de la solitude qui encouragent le processus suicidaire, les contacts et échanges interpersonnels représentent souvent pour la personne suicidaire un soutien précieux qui peut l’aider à s’en sortir». «Nous espérons en même temps transmettre le message qu'il est important de ne pas attendre trop longtemps pour demander du soutien, mais d’agir au plus vite», conclut-elle.


***



Haute-Normandie. Les suicides plus nombreux à Dieppe, qu'à Rouen ou au Havre


Avec 366 décès par suicide par an, la Haute-Normandie se place au 8ème taux de mortalité par suicide le plus important des régions de France. Explications.
Dernière mise à jour : 10/09/2014 à 13:51





Le suicide : un enjeu de santé publique en Haute-Normandie, qui figure au 8ème rang des régions de France avec le plus grand nombre de suicides
« Chaque année, sur la période 2008/2010, on constate en Haute-Normandie en moyenne 366 décès par suicide par an, soit 65 décès de plus que la moyenne nationale », annonce l’Observatoire régional de la santé et du social. Ce qui place la région au 8ème taux de mortalité par suicide le plus important des régions de France.
Un enjeu de santé publique
Le suicide constitue un enjeu de santé publique pour l’Agence régionale de santé (ARS), qui met en place des actions sur les secteurs prioritaires, les plus touchés par le suicide : Dieppe, Evreux-Vernon, où « les taux de mortalité par suicide sont les plus importants ». Dans les chiffres, on constate par ailleurs que le taux de suicide chez les hommes de plus de 35 ans est le 5e taux le plus important en France.
Depuis janvier 2014, 18 formations ont été mises en place en région et ont concerné 366 personnes (4 formations sur le territoire du Havre, 9 à Rouen, à 4 Evreux-Vernon et 1 à Dieppe). Une formation de formateurs pour 9 professionnels de la région a également été mise en place pour assurer un déploiement encore plus important à l’avenir », indique l’ARS.
« Dépasser les idées reçues en matière de suicide, faciliter le travail partenarial, permettre à des personnes formées de repérer une crise suicidaire et connaître la conduite à tenir, sans se substituer aux professionnels soignants » : telle est la vocation des formations engagées depuis le mois de janvier 2014. Des formations qui permettent également de mieux connaître toutes les structures de prise en charge, les dispositifs d’accueil, qui existent pour prendre en charge les personnes suicidaires. Des dispositifs qui se traduisent notamment par les maisons d’adolescent et les associations d’écoute téléphonique.

***

Chaque année, 120 personnes se suicident en Dordogne

Face à des chiffres alarmants, un programme de prévention a été mis en place. Il fait de la Dordogne un département pilote


Il s'agit notamment de former les personnels à détecter les situations de crise suicidaire 
Ce mercredi, la Journée mondiale de prévention du suicide est l'occasion pour le Safed, le service d'accompagnement des familles en difficulté, de parler du travail qu'il mène en Dordogne depuis plus de deux ans. Dans le département, 120 personnes se suicident chaque année. De plus, quatre à six hospitalisations sont enregistrées chaque jour pour des tentatives de suicide.
"Nous sommes le département d'Aquitaine le plus touché", précise Stella Darrouzès-Germain, du Safed. Depuis 2012, la structure a donc mis en place un programme de prévention pour lequel la Dordogne est pilote sur la région.


Stella Darrouzès-Germain© Photo Eurydice Baillet
"Il s'agit d'un programme de sensibilisation, d'information et de formation", poursuit la spécialiste. D'ici la fin de l'année, 150 à 200 professionnels travaillant à la Mutualité sociale agricole, au sein de l'Education nationale ou du Conseil général et des hôpitaux, seront formés à détecter des situations de crise suicidaire. "Ces professionnels sont en contact avec des publics très différents. Plus on formera de gens, plus on pourra repérer les situations de crise en amont."
Renseignements auprès du Safed au 05.23.05.55.39 ou sur son site Internet.

***

10 septembre 2014 : Journée de la prévention du suicide de l’OMS

Publié le 10/09/2014 http://docteurbonnebouffe.com/suicides-classement-metiers-secteurs-054/
Le suicide, qui associe des facteurs psychologiques, sociaux, biologiques, culturels et environnementaux est un phénomène complexe. Selon l’Iasp, chaque année, près d'un million de personnes se donnent la mort, ce qui correspond à un décès toutes les 40 secondes dans le monde. Pour sa part, la France se situe dans le peloton de tête des pays à fort taux de suicide avec 16,2 suicides pour 100 000 habitants. En effet, 10 524 décès par suicide y ont été enregistrés en 2011, et le nombre de tentatives de suicide ayant donné lieu à un passage aux urgences hospitalières est estimé entre 176 000 et 200 000 par an (Sources: CépiDC Inserm 2014 ; Institut de veille sanitaire 2014). Le suicide est ainsi la première cause de mortalité chez les 25-34 ans et la deuxième chez les 15-24 ans. En termes de nombre de décès, les 45-64 ans restent cependant les plus touchés.
Cette année, la Journée mondiale est marquée par la publication OMS du Rapport sur le suicide dans le monde (WSR), qui dresse l'état actuel de la prévention à l'échelle internationale et décrit l'épidémiologie du suicide par les données les plus récentes. 

Suicide au travail

France Télécom, La Poste, Foxconn (la firme chinoise qui produit des pièces pour l’iPhone d’Apple) ou encore la Fnac : voici autant d’entreprises concernées par la sordide réalité des suicides d’employés. Qu’est-ce qui pousse les victimes à une telle extrémité ? Des conditions de travail déplorables et le stress, perçu différemment selon les personnes.
Selon les statistiques, le secteur de la santé et de l’action sociale présente le taux de mortalité par suicide le plus élevé (avec 34,3 cas/100 000).

Les 10 professions les plus à risque

Les statistiques sur les métiers les plus touchés manquent en ce qui concernent le territoire français. Néanmoins,nous vous présenterons ici les résultats d’un rapport américain sur le sujet :
En effet, le magazine Business Insider a rassemblé une série d’enquêtes menées par Steven Stack, un professeur en Sciences Sociales à la State University, en vue de publier la liste des 13 professions qui affichent le plus haut risque de suicide. Et les résultats sont surprenants :
  1. Les dentistes (5,45 fois plus de suicides que la moyenne)
  2. Les musiciens (3,6 fois plus)
  3. Les acteurs (2,8 fois plus)
  4. Les danseurs de ballet (2,67 fois plus)
  5. Les écrivains (2,6 fois plus)
  6. Les photographes (2,5 fois plus)
  7. Les artistes, sculpteurs et peintres (2,12 fois plus)
  8. Les ébénistes (2 fois plus)
  9. Les docteurs (1,94 fois plus)
  10. Les animateurs et les comédiens (1,90 fois plus)
Retrouver l’article original ici : DocteurBonneBouffe.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire