lundi 29 septembre 2014

PROJET DE RECHERCHE INED Suicide en fin de vie

Ined Projet de recherche Suicide en fin de vie


On compte environ 11 000 suicides en France chaque année. Parmi ceux-ci certains pourraient être qualifiés de suicides en fin de vie. Le concept n'est pas encore bien défini mais correspond à un suicide qui met un terme à une vie déjà accomplie et pour laquelle le pronostic vital est court, de l'ordre de moins de 6 mois. Sans attendre une éventuelle législation en France sur le suicide assisté, il convient d'explorer les statistiques fournies par l'analyse des informations données par le médecin certificateur du décès. Elles doivent permettre de décompter les suicides déclarés en cause immédiate mais associées à une ou plusieurs maladies graves. Il convient d'écarter les cas de maladies qui ne sont pas ou sont mal traitées comme les dépressions ou ceux qui proviendraient d'une réponse à une annonce trop brutale d'un diagnostic ou d'un traitement. Malgré cette frontière très floue que le médecin certificateur n'est pas non plus susceptible de connaître mais qui pourrait être mieux définie par une enquête auprès de la police et de la famille, un premier décompte basé sur l'ensemble des informations statistiques des certificat et bulletin de décès, devrait permettre de montrer qu'il s'agit d'un pourcentage très faible des décès, inférieur à celui des euthanasies lui-même difficile à définir et estimer en France.


Après une enquête sur la fin de vie en France utilisant une méthodologie assez analogue à celle utilisée dans 6 pays européens en 2001 et le débat en France sur les avancées et éventuels manquements de la loi de 2005 sur la fin de vie, il convient de faire connaître ce que la statistique publique sait sur ce sujet et les limites de ce savoir.


Participants
Nicolas Brouard - ined
Aline Desesquelles - ined
Silvia Pontone - ined
Johan Bilsen
Joachim Cohen
Grégoire Rey
Marta Spranzi
http://www.ined.fr/fr/recherche/projets-recherche/S2914

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire