jeudi 28 août 2014

USA : Réflexion d'un psychiatre sur l'impact de suicide de patient

Réflexion d'un psychiatre sur l'impact de suicide de patientD'après article du MARDI 26 Août, 2014 sur alert.psychiatricnews.org


Alors que le suicide fait partie du travail quotidien des psychiatres, ils «sont principalement axées sur« l'évaluation du risque de suicidaire du patient, l'exploration des pensées suicidaires et de la planification et le traitement direct des schémas cognitifs ou les maladies psychiatriques sous-jacentes, En d'autres termes, sécurité et prévention », note le psychiatre Michael Myers, M.D, après le récent décès par suicide de l'acteur et comédien Robin Williams. Mais les Psychiatres entrent dans un "monde étranger et effrayant, un endroit sombre et solitaire" quand ils perdent un patient au suicide, explique Myers co-auteur du livre "Touched by Suicide: Hope and Healing After Loss" et professeur de psychiatrie clinique au Centre médical SUNY Downstate à Brooklyn, N.Y.
En tant que clinicien qui a eu des patients décédés par suicide, Myers a saisi l'occasion du suicide largement discuté de Williams pour partager des réflexions et idées avec des collègues psychiatres.

Ne pas oublier pourquoi nous avons choisi la psychiatrie comme notre domaine.
La plupart des candidats d'internes en psychiatrie décrivent dans leur déclaration personnelle comment ils ont été affectés par quelqu'un qu'ils savaient aux prises avec une maladie mentale. Ils veulent atténuer la souffrance, faire une différence. Mais la plupart n'ont jamais parlé à un clinicien qui a partagé leur histoire de perdre un patient par suicide. Nous ne devons jamais oublier les inquiétudes de nos stagiaires, incluant le déni, quand un de leurs patients meurent par suicide.

Le suicide est une forme unique de mort. Perdre un patient par suicide est très différente de perdre un patient de diabète ou de cancer. Notre deuil, et le deuil des proches du défunt, sont caractéristiques. Nous luttons avec une foule d'émotions - de choc ou de surprise, de confusion, de perte, de tristesse, de colère, de peur, d'échec, de culpabilité, et presque toujours, de honte. La honte est pourquoi tant de psychiatres ne discutent pas ou écrivent facilement leurs expériences. La plupart des cliniciens sont aux prises avec des quantités variables de responsabilités et de blâme de soi. Je connais ceci de première main des révélations des participants à mes cours et des réunions de cas cliniques sur la perte de patients par suicide lors des réunions annuelles de l'APA.

Le suicide est un élément clé de notre travail. Je crois que nous avons un impératif moral pour diagnostiquer et traiter les patients les plus gravement malade et les plus dangereusement suicidaires. Bien que la "sélection à la carte" parmi nos rangs existe, je pose cette question. un oncologue pourrait il affirmer "Désolé, je n'accepte pas les patients atteints de maladie métastatique"? En fait, quand j'ai perdu des patients par suicide qui ont vécu avec des troubles de l'humeur prolongés de traitement résistant avec des cascades de pertes de démoralisation, je me sens comme un oncologue. Mon mantra est «Mon patient est décédé de sa maladie. Il a combattu une bataille longue et difficile. il est maintenant en paix ".

Tendez la main à la famille en deuil. J'ai toujours cru que si notre humanisme éclipse nos craintes de conséquences juridiques, à savoir être poursuivi en justice. La recherche montre que les risques d'être poursuivi en justice sont réduites (mais non éradiquées) en restant présent professionnellement avec les proches de nos patients.

Ne pas s'isoler. Nous devons prendre soin de nous de quelque manière que ce soit, notamment en parler à nos familles et collègues. D'excellentes ressources sont disponibles auprès de l'Association américaine de suicidologie (www.suicidology.org) and the Physician Litigation Stress Resource Center (www.physicianlitigationstress.org)
Pour lire la suite de commentaires de Myers, cliquez ici.
Lien vers l'article en anglais http://alert.psychiatricnews.org/2014/08/

Dr Myers is Professor of Clinical Psychiatry at SUNY Downstate Medical Center, Brooklyn, NY and the author (with Carla Fine) of “Touched by Suicide: Hope and Healing After Loss”, Gotham/Penguin Books, New York, NY 2006

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire