vendredi 29 août 2014

RECHERCHE Usage secondaire du dossier informatisé des urgences pour une surveillance automatisée des tentatives de suicide, Lyon, France

Usage secondaire du dossier informatisé des urgences pour une surveillance automatisée
des tentatives de suicide, Lyon, France
N. Tvardik a, b, Q. Gicquel a,b, T. Durand c, V. Potinet-Pagliaroli d, M.H. Metzger
a, b, e
a Université de Lyon, Lyon, France
b Université Lyon 1, CNRS, UMR5558, Laboratoire de biométrie et biologie
évolutive, Villeurbanne, France
c GCS SISRA, Lyon, France
d Hospices Civils de Lyon, Hôpital de la Croix-Rousse, Service des urgences,
Lyon, France
e Hospices Civils de Lyon, Hôpital de la Croix-Rousse, Unité d’hygiène et
d’épidémiologie, Lyon, France


Introduction
L’objectif de cette étude est d’évaluer si un outil de traitement automatique du dossier médical des urgences améliorerait l’estimation du taux annuel de passage aux urgences pour tentative de suicide, estimé actuellement dans le cadre de la surveillance nationale par codage manuel des médecins urgentistes.
Méthodes
Une étude pilote a été conduite dans un service des urgences du CHU de Lyon sur la population de patients admis en 2011 et 2012. Différents traitements automatiques successifs des données ont été effectués : extraction, codage automatique des données textuelles, règles d’association prédictives classant le motif de la visite en « tentative de suicide » versus « autre ». Les performances de détection de la tentative de suicide ont été évaluées par comparaison avec la lecture manuelle des documents.
Résultats
Dans un échantillon test de 339 patients admis aux urgences en 2012 (dont 99 pour tentative de suicide), la sensibilité de la détection automatique variait de 94,9 % [95 % IC : 88,6 %–98,3 %] à 95,9 % [95 % IC : 90 %–98,9 %] et la spécificité entre 96,5 % [95 % IC : 93,1 %–98,5 %] et 97,8 % [95 % IC : 94,9 %–99,3 %].
Discussion
Les performances de ces règles de décision sont satisfaisantes dans le jeu test. Toutefois en extrapolant les résultats sur l’ensemble de la population admise aux urgences, le nombre de faux positifs est trop important pour utiliser cette méthode sans validation médicale des cas détectés.
Conclusion
Cette étude montre l’intérêt de ces technologies pour améliorer la qualité des indicateurs épidémiologiques produits dans le cadre de la surveillance

C14 lors du VIe Congrès International d’Épidémiologie, organisé conjointement par l'Association des Épidémiologistes de langue française (Adelf) et par l'Association pour le développement de l'EPIdémiologie de TERrain (EPITER), Nice, 10-12 septembre 2014 dans Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 62, Supplement 5, September 2014, Pages S185-S186
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0398762014003988


C1-4

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire