jeudi 19 juin 2014

DEUX RAPPORTS DE l'INVS SUR LA SANTE DES PERSONNES INCARCEREES EN FRANCE ET A L'ETRANGER

ÉPIDÉMIOLOGIE ET REVUE DE LITTÉRATURES THÉMATIQUES SUR LA SANTÉ DES PERSONNES INCARCÉRÉES EN FRANCE ET A L’ÉTRANGER
SUR LE SITE DE L'INVS http://www.invs.sante.fr/


Dispositifs de surveillance et enquêtes nationales sur la santé des personnes incarcérées en France et à l’étranger 10/06/2014
État des connaissances sur la santé des personnes détenues en France et à l’étranger 
10/06/2014 

Le suicide et les conduites suicidaires en sont des thématiques

NOTICES DES RAPPORTS

- Godin-Blandeau E, Verdot C, Develay AE. État des connaissances sur la santé des personnes détenues en France et à l’étranger. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 94 p.
RÉSUMÉ : Les personnes incarcérées présentent un état de santé dégradé en comparaison de la population générale. Il existe cependant peu de systèmes de surveillance de leur santé. Dans ce contexte, ce rapport présente un état des lieux des connaissances épidémiologiques relatives à la santé des personnes détenues en France et à l’étranger. Une recherche bibliographique a été réalisée sur la base de données « Scopus » couvrant la période du 1er janvier 2000 au 1er septembre 2012. Sur les 5 000 références obtenues, 277 ont été sélectionnées et 83 incluses à la revue. Les résultats mettent en évidence une hétérogénéité des connaissances selon les thématiques de santé. Les maladies infectieuses, les addictions et la santé mentale ont été particulièrement étudiées, avec des résultats convergents en France et à l’étranger, révélant des prévalences en milieu carcéral plus élevées qu’en population générale.
Les maladies chroniques restent moins étudiées. Les premières données rendent compte de prévalences variables selon les études, mais pas nécessairement supérieures à celles relevées en population générale. Enfin, concernant les autres thématiques de santé, telles que la dermatologie ou les traumatismes, les données sont assez rares et proviennent d’études présentant d’importantes limites méthodologiques. Ces problèmes de santé n’en sont pas moins présents en détention. Au vu de cette revue de littérature, il apparaît important de poursuivre les investigations dans le domaine et notamment concernant la surveillance des maladies chroniques et des problématiques de santé encore peu explorées en milieu carcéral, ceci afin d’adapter la prise en charge aux besoins identifiés.
Télécharger Rapport [pdf - 604,38 Ko]

- Verdot C, Godin-Blandeau E, Develay AE. Dispositifs de surveillance et enquêtes nationales sur la santé des personnes incarcérées en France et à l’étranger. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 48 p.
RÉSUMÉ : Dans un contexte où se pose en France la question de la mise en place d’un dispositif de surveillance de la santé des personnes incarcérées, ce rapport présente les résultats d’une recherche portant sur les modalités de surveillance épidémiologique existant dans ce domaine dans quinze pays occidentaux (en Océanie, Amérique du Nord, Europe). Les moyens investis et les méthodes utilisées pour surveiller la santé en prison sont hétérogènes selon les pays. Si tous enregistrent en routine les données de mortalité, seuls quatre pays ont développé un dispositif de surveillance couvrant plusieurs thématiques de santé, selon deux organisations très différentes. Le Canada et la Belgique recueillent en routine ces données de santé de manière systématique, standardisée et informatisée, alors que les États-Unis et l’Australie ont développé des enquêtes d’envergure nationale, régulièrement reconduites.
Certains pays ont mis en place des dispositifs de surveillance dédiés à une thématique de santé particulière, comme les maladies infectieuses (Canada, Royaume-Uni, Suisse) ou la santé mentale (Pays-Bas, Finlande). Concernant les autres pays, dont la France, la production de données de santé se limite majoritairement à la réalisation d’enquêtes épidémiologiques ponctuelles couvrant généralement une thématique spécifique (psychiatrie, addictions, maladies infectieuses). La diversité de ces approches permet d’alimenter les réflexions sur la faisabilité et l’organisation d’un futur dispositif de surveillance de la santé des personnes incarcérées en France.
Télécharger Rapport [pdf - 458,85 Ko]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire