jeudi 22 mai 2014

LANDES & Pyrenées Atlantiques : Presentation d'une structure prévention du suicide chez les jeunes

Agir pour la prévention du suicide chez les jeunes

logoBDC-rondLa Bergerie du cygne est née dans les années 2000, et opère principalement dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Il s’agit d’un groupement de personnes réunies autour de la problématique du suicide des jeunes (12-25 ans). « À l’origine de cette structure, il y a la rencontre entre un séminariste et une jeune suicidaire« , explique la permanente, Véronique Lapébie qui les a rejoint plus tard pour un coup de pouce bénévole. « Ensuite, nous avons trouvé des financements et créé l’emploi que j’occupe désormais depuis fin 2009« . À son arrivée et pour faire connaître la prévention du suicide, elle a proposé de créer un évènementiel, baptisé « les Jours en live ». Le but était de valoriser ce qu’on appelle les « facteurs de protection », c’est à dire les outils qui permettent à chacun de développer des stratégies pour aller mieux. Parmi ces outils, il y a la création artistique et la promotion du bien-être. Ce fut les deux thèmes choisis pour séduire les jeunes, venus nombreux à cette manifestation qui leur était consacrée.
Depuis ce jour-là, le noyau de bénévoles (une dizaine de personnes) s’est soudé et poursuit sa mission plus que jamais!

Le suicide, c’est l’affaire de tous

illustration-future-plaquet« Je me suis formée sur Internet, via des sites québécois très à la pointe sur le sujet, ce qui m’a amenée à proposer qu’une partie des actions à venir soit dédiée aux adultes qui gravitent autour de jeunes en mal-être, car ces adultes que sont les parents, proches, enseignants ou éducateurs se sentent souvent démunis« , se souvient Véronique. Il faut savoir que le suicide est encore un sujet tabou aujourd’hui et que les gens n’y sont généralement pas préparés. « Nous avons été sollicités par les bureaux d’information jeunesse (BIJ), puis les missions locales, et autres acteurs de la sphère éducative ou sociale, pour des journées de sensibilisation dans lesquelles nous abordons sereinement, hors contexte de crise, certains préjugés sur le suicide, la question du processus suicidaire, les attitudes recommandées face à un jeune en souffrance, etc. Il nous arrive aussi de nous adresser aux adultes « particuliers » que sont les parents lors de soirées thématiques« .
Les jeunes sont aussi directement visés par certaines actions de l’asso : « Nous les rencontrons en classe et discutons du mal-être, abordons des sujets comme l’expression des émotions et l’estime de soi. Sans cela, la prévention des conduites à risque nous paraît vaine. Tout passe d’abord par s’aimer Soi, mais aussi par notre lien à l’autre, car le problème dans les conduites suicidaire ce n’est pas vraiment Soi, mais souvent Soi AVEC les autres« . Les jeunes peuvent aussi nous contacter par téléphone ou sms au 06 30 87 04 36 et via la page facebook Vivez Jeunesse.
La philosophie de l’association, c’est que la prévention du suicide n’est pas seulement l’affaire de spécialistes, elle est l’affaire de tous, chacun de nous à notre niveau et selon nos possibilités. Chacun fait sa part, comme dans la légende amérindienne du colibri, et l’animateur du club sportif du quartier, la surveillante de l’internat ou l’épicière du coin peuvent tous changer la donne à un moment donné. Il est important de savoir que plus un jeune s’enferme dans ses ruminations suicidaires moins il est en mesure de demander de l’aide.

Une démarche solidaire, en phase avec Tookets

La prochaine échéance de la Bergerie du Cygne, sera une rencontre collective avec tous les chefs d’établissements privés des Landes le 11 juin prochain (et des établissements publics l’année suivante, espèrent les bénévoles). « Il faut savoir que lors d’une enquête menée conjointement en Alsace et Poitou-Charentes en 2012, une fille sur cinq et un garçon sur dix de moins de 15 ans déclaraient avoir déjà tenté de se suicider« . Même si le chiffre des décès par suicide chez les 12-25 ans a diminué ces dernières années, il n’en reste pas moins la deuxième cause de décès et la première cause pour la tranche suivante (celle des 25/34 ans). Les tentatives de suicide (n’ayant pas mené à une issue fatale) sont, elles, toujours plus nombreuses et plus précoces. On comprend qu’il est donc impératif d’agir le plus tôt possible. « Ensuite, nous comptons visiter chaque établissement de façon individuelle, afin de demander au directeur s’il a déjà été confronté au mal-être et au suicide, quelles sont ses attitudes et les soutiens qu’il aimeraient trouver dans ces situations. Pour résumer, provoquer la discussion autour du tabou« .
Pour l’instant, l’association ne vit quasiment que de dons. Ces derniers servent à financer son fonctionnement (le poste de Véronique) mais également les actions mises en place et les formations. Sans oublier la partie communication (site Internet, brochures, lettres publiées…).
Comme partout, l’argent est le nerf de la guerre. « Comme nous sommes dans une démarche solidaire, Tookets, c’était logique pour nous« , termine Véronique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire