vendredi 7 mars 2014

THESE EN LIGNE IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIÉS : CAS DES SUICIDES DES AGRICULTEURS DU COTON BACILLUS THURINGIENSIS EN INDE

IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIÉS : CAS DES SUICIDES DES AGRICULTEURS DU COTON BACILLUS THURINGIENSIS EN INDE
Thèse en vue de l’obtention du Doctorat ès Sciences Économiques
Soutenue par : KHERAIEF Naceur
UNIVERSITE DE NICE SOPHIA ANTIPOLIS ÉCOLE DOCTORALE 513 Droit Et Sciences Politiques, Économiques et de Gestion INSTITUT SUPERIEUR D’ECONOMIE ET DE MANAGEMENT Groupe de Recherche En  Droit, Économie, Gestion UMR CNRS 6227
Présentée et soutenue publiquement le :  27 Septembre 2013 Université Nice Sophia Antipolis (27/09/2013), Damien Bazin (Dir.)

2013NICE0022.pdf(8.3 MB)


Impacts socio-économiques des organismes génétiquement modifiés : cas des suicides des agriculteurs du coton 'Bacilus Thuringiensis' en Inde
Naceur Kheraief1
1 : Aerospace and Mechanical Engineering
 
tel-00956172, version 1
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00956172
Soumis le : Mercredi 5 Mars 2014, 21:49:08
Dernière modification le : Jeudi 6 Mars 2014, 08:12:45
Résumé
L’Inde est le deuxième producteur mondial de coton ; après la Chine, avec environ 12,1 millions d’hectares en 2011, soit le quart de la superficie cotonnière mondiale. Après l’avènement des biotechnologies agricoles, le gouvernement indien, sous l’égide du premier ministre Atal Bihari Vajpayee, a encouragé l’utilisation de coton génétiquement modifié, dénommé coton Bacillus thuringiensis (Bt). Les variétés de coton Bt permettent de lutter contre les pertes de rendement causées par les parasites lépidoptères. Toutefois, leur implantation n’a pas été sans difficulté (la résistance des insectes, la pollution des sols, l’utilisation massive d’eau et d’engrais, le déséquilibre de l’écosystème et l’appauvrissement des fermiers). Aujourd’hui, l’Inde connaît un débat majeur autour de son expérience en matière d’adoption de coton transgénique, débat où plusieurs arguments d’impacts sur le bien-être des petits agriculteurs sont avancés. Depuis sa commercialisation en 2002, le coton Bt a provoqué les mécontentements et les suicides des fermiers appauvris. En moyenne un paysan se donne la mort toutes les 30 minutes. Les victimes sont principalement les petits fermiers qui cultivaient les semences génétiquement modifiés dans les Etats indiens: Andhra Pradesh, Karnataka, Madhya Pradesh et Maharashtra. Ces agriculteurs étaient pour la plupart endettés auprès de la compagnie semencière Mahyco-Monsanto Biotech (MMB), qui leur fournissait à crédit les semences Bt ainsi que les pesticides. Faut-il y déceler une corrélation entre le coton génétiquement modifié et
ces suicides atypiques ?Ainsi, l’objectif de cette thèse est d’explorer, tant sur le plan théorique qu’empirique, la relation entre l’utilisation du coton Bt et le suicide des agriculteurs en Inde.
Essentiellement factuelle, le premier chapitre de cette thèse tente à livrer une revue exhaustive et critique de la littérature sur les impacts socioéconomiques de l’introduction du coton génétiquement modifié en Inde. Le deuxième chapitre présente les différentes approches économiques relatives au suicide. En effet, la théorie économique est fondée sur l’hypothèse du choix rationnel qui pourrait trouver dans le phénomène du suicide un intéressant défi de recherche. Dans le troisième chapitre nous proposons une première contribution théorique où nous avons pris en compte l’évolution de la résistance des ravageurs aux toxines Bt. Les agriculteurs reviennent à une utilisation intensive des insecticides ce qui représente tel un coût additionnel. Ces fermiers, qui se retrouvent pris dans une véritable spirale infernale d’endettement, choisissent donc le suicide plutôt que de subir les coûts financiers et sociaux de la dette. La deuxième contribution théorique du quatrième chapitre a pris en considération à la fois la détérioration de la résistance des toxines Bt dans le temps et l’augmentation potentielle des populations de ravageurs secondaires. Les agriculteurs, en utilisant une quantité grandissante de pesticides, doivent s’endetter davantage pour pulvériser plus de pesticides. Le dernier chapitre veut tester empiriquement les arguments développés par les modèles théoriques. Enfin, les résultats obtenus nous amènent à penser que l’échec de la culture du coton Bt pourrait être à l’origine de surendettement des paysans et de cette vague de suicidaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire