mardi 18 février 2014

RECHERCHE FRANCE NOTE LECTURE Coping, suicidalité et trouble de personnalité limite à l’adolescence

Coping, suicidalité et trouble de personnalité limite à l’adolescence Original Research Article
Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, In Press, Corrected Proof, Available online 18 January 2014
source : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961713002316
A.Knafo a,∗,b,  R.Labelle c,d,e,  J.-M. Guilé a, V.Belloncle f,j, C.Mille a, B.Mirkovic f,g,j, D.Cohen h,i, P. Gérardin f,j, J.-J.Breton c, d
a Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, université de Picardie, CHU d’Amiens, place Victor-Pauchet, 80054 Amiens cedex 1, France
b Service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, université Denis-Diderot Paris-7, centre
hospitalier universitaire Bichat-Claude-Bernard, 75018 Paris, France
c Département de psychiatrie, université de Montréal, Montréal, Canada
d Centre de recherche de l’institut universitaire en santé mentale de Montréal, clinique des troubles de l’humeur, hôpital Rivière-des-Prairies, Montréal, Canada
e Département de psychologie, université du Québec à Montréal, Montréal, Canada
f Fédération hospitalo-universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (FHUPEA), CHU de Rouen,
76031 Rouen, France
g Inserm U 1079 génétique du cancer et des maladies neuropsychiatriques, université de Rouen, 76031 Rouen, France
h Service depsychiatrie  de l’enfant et de l’adolescent, université Pierre-et-Marie-Curie, AP–HP, groupe hospitalier Pitié-Salpétrière, 75013 Paris, France
i CNRS UMR 7222 institut des systèmes intelligents et robotiques, université Pierre-et-Marie-Curie, 75013
Paris, France
j Département de pédiatrie médicale, université de Rouen, centre hospitalier du Rouvray, 76300 Rouen, France
∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : alexandraknafo@yahoo.fr (A. Knafo).


RésuméLe trouble de personnalité limite est le plus important facteur de risque indépendant des conduites suicidaires à l’adolescence. Or, depuis peu, un nouveau regard est porté sur l’évaluation du risque suicidaire, mettant l’accent sur les facteurs de protection dont les stratégies de coping. Le propos de cet article est double. Premièrement, à partir de l’étude des données récentes de la littérature, il souligne l’intérêt d’étudier et de développer les stratégies de coping chez les adolescents suicidants ayant un trouble de personnalité limite. Deuxièmement, sont décrits les résultats préliminaires d’une étude concernant le profil de coping d’adolescents suicidants ayant un trouble de personnalité limite. Sous réserve des analyses portant sur la totalité de l’échantillon, les adolescents suicidants diffèrent par leur profil de coping selon qu’ils présentent ou pas un trouble de personnalité limite. Au regard d’un modèle théorique innovant intégrant facteurs de risque et de protection appliqué aux résultats de l’étude actuelle, développer les stratégies de coping productif (facteur de protection) chez ces adolescents pourrait diminuer l’intensité de certaines dimensions (telles que l’instabilité émotionnelle et l’impulsivité) du construit trouble de personnalité limite (facteur de vulnérabilité) et donc le risque suicidaire.

Plan

Article
1. Introduction
1.1. Le coping
1.2. Étude sur coping, suicidalité et trouble de personnalité limite à l’adolescence : quel intérêt ?
2. Coping et trouble de personnalité limite chez des adolescents suicidants : résultats préliminaires
2.1. Résultats
2.2. Discussion
3. Conclusion
Déclaration d’intérêts
Références

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire