mardi 14 janvier 2014

JAPON RECHERCHE : Alimentation et suicide

Selon l’OMS, le taux de suicide dans le monde a augmenté de 60 % au cours des 45 dernières années, ce qui en fait la dixième cause de mort, et donc un enjeu important pour la santé publique.
Bien qu’il existe des rapports établis entre l’alimentation et la dépression, et que celle-ci constitue le contexte majeur prédisposant au suicide, aucune recherche n’avait encore examiné l’association entre les habitudes alimentaires et le suicide. Dans une étude prospective japonaise (publiée par The British Journal of Psychiatry, et portant sur plus de 40 000 hommes et 48 000 femmes), ces rapports possibles entre l’alimentation et la dépression sont étendus aux « liens potentiels » entre l’alimentation et le suicide. Les habitudes alimentaires ont été établies à partir d’un questionnaire explorant les fréquences de consommation pour 134 denrées et boissons. Les auteurs constatent qu’une alimentation « raisonnable » (caractérisée par « une forte consommation de légumes, fruits, pommes de terre, champignons, produits à base de soja, poissons et algues » –Japon oblige !) est associée à une diminution du risque de suicide : Odds Ratio = 0,46 ; intervalle de confiance à 95 %  [0,28–0,75] ; p=0,005.
Mais certaines limitations pourraient toutefois réduire la portée de cette étude :
–L’âge des participants (45–74 ans) empêche de généraliser les résultats observés à des personnes plus jeunes.
–La collecte de questionnaires pourrait introduire un biais (dans la mesure où les sujets répondant aux questions des enquêteurs seraient aussi les plus préoccupés par les questions de santé, et où les moins motivés pour répondre seraient inversement les plus insouciants à ce propos).
–Enfin, la nature des systèmes de santé pourrait influencer les attitudes du public : le système japonais comporte une couverture d’assurance universelle permettant l’accès à une vaste gamme de services sanitaires pour l’ensemble de la population, contrairement à d’autres systèmes de santé (privatisés, comme aux États-Unis) où l’absence d’une telle « sécurité sociale » généralisée pourrait avoir une incidence sur les possibilités de prévention ou sur l’offre thérapeutique.

Dr Alain Cohen
Références
Nanri A et coll.: Dietary patterns and suicide in Japanese adults: the Japan Public Health Center-based Prospective Study. Br J Psychiatry, 2013; 203: 422–427.
Copyright © http://www.jim.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire