mardi 10 décembre 2013

ILE DE FRANCE : cellule de prévention du suicide, mise en place par la MSA Ile-de-France ET MANIFESTATION le 12 dec

Seine-et-Marne
Raphaële Tristan : « Ce projet de pièce de théâtre nous a permis d’échanger avec les agriculteurs »
Sophie Roussel 9 décembre 2013
Le Parisien-Aujourd'hui en France
INTERVIEW
RAPHAËLLE TRISTAN Pilote la cellule de prévention du suicide, mise en place par la MSA Ile-de-France
Quelles sont les problématiques propres aux agriculteurs d’Ile-de-France qui peuvent conduire au stress, voire à la dépression ?
RAPHAËLLE TRISTAN. Les exploitants agricoles d’Ile-de-France connaissent des problématiques souvent similaires à celles des agriculteurs de province, telles que les difficultés économiques et financières, l’isolement, les charges de travail et l’augmentation des tâches administratives. Ils subissent les évolutions des marchés, etc., les aléas climatiques, la difficulté à partir en vacances et sortir du quotidien, mais aussi les difficultés familiales, la séparation, les parents vieillissants vivant au domicile… La conjugaison de plusieurs facteurs peut mener des exploitants agricoles à des situations difficiles, de stress, de souffrance voire de suicide.
Pourquoi ce projet de pièce de théâtre en Ile-de-France ?
Ce projet porté par le Comité national du fonds social de l’assurance maladie des exploitants agricoles (Famexa), constitué d’exploitants agricoles, a permis au cours de l’élaboration de la pièce, de faire des rencontres sur le terrain, d’échanger avec des agriculteurs autour d’exemples de situations réelles.
Cette cellule a-t-elle permis d’éviter des drames ?
La cellule de prévention du suicide est interpellée par différents canaux, appels téléphoniques, mails, courriers, repérage par les professionnels MSA. La cellule intervient dès qu’une situation est signalée, elle déploie alors l’ensemble du dispositif afin d’apporter soutien, aide, conseil et orientation. Il est aussi arrivé que la cellule soit contactée à la suite de tentatives de suicide. Nous avons proposé une intervention.
Allez-vous parfois à la rencontre des agriculteurs sur le terrain ?
Au regard de la situation, une visite à domicile peut être proposée, un rendez-vous peut-être fixé dans les bureaux de la MSA si besoin. En fonction de la situation rencontrée, les professionnels de la MSA adaptent leur mode d’intervention.

Seine-et-Marne
Les agriculteurs dépriment aussi en Ile-de-France
SOPHIE ROUSSEL
9 décembre 2013
Le Parisien-Aujourd'hui en France
ILE DE FRANCE. Le théâtre pour combattre la déprime
« Le stress est dans le pré » n’est pas un spectacle. Plutôt un moyen de parler du suicide, troisième cause de décès dans le monde agricole.
Alain et Nadine sont exploitants agricoles en Ile-de-France, ils sont confrontés au fil des mois à différents facteurs de stress : variation alarmante des cours du lait et de la viande, pression des banques, aléas de la météo… Cette trame qui a permis à des comédiens d’écrire la pièce « Le stress est dans le pré », bon nombre d’agriculteurs la vivent au quotidien.
Une première représentation aura lieu aujourd’hui au Mée-sur-Seine, en Seine-et-Marne, une autre au Chesnay, dans les Yvelines jeudi 12 décembre. Ce débat théâtral sur le stress dans le monde rural a été créé par la compagnie théâtrale parisienne Entrées de jeu en 2011, à la demande d’une antenne de la Mutuelle sociale agricole (MSA) des côtes normandes.
Cette pièce interactive vient d’être adaptée aux problématiques des agriculteurs d’Ile-de-France à la demande de la MSA de la région. Elle permet à travers des scènes de la vie quotidienne, de sensibiliser aux situations de détresse. Une triste réalité qui touche aussi notre région périurbaine. Entre second degré et émotions, elle présente sous une forme conviviale, une autre approche du stress et de la souffrance pouvant conduire à la dépression, voire au suicide. En Ile-de-France, quatorze agriculteurs ont mis fin à leurs jours depuis janvier 2012. « Les raisons du passage à l’acte sont multifactorielles. L’élément déclencheur peut être un problème économique, personnel, de santé, parfois plusieurs problèmes conjugués… » affirme Laurent
Pilette, directeur de la MSA Ile-de-France.
L’histoire, interprétée par cinq comédiens, raconte en douze courtes situations, l’année d’un couple d’exploitants agricoles. Après une présentation des règles du débat, une courte pièce (quinze à trente minutes) présente différentes situations problématiques sur un thème donné. Des situations qui sont ensuite jouées une deuxième fois. Le spectateur peut alors interrompre le jeu à tout moment, proposer une solution et venir l’expérimenter sur scène en remplaçant ou en ajoutant le personnage de son choix. La phase d’interaction avec le public est animée par un meneur de jeu qui favorise l’expression et l’écoute des différents points de vue. Dans une ambiance ludique, le débat théâtral permet de dédramatiser certaines situations, de confronter et de relativiser les points de vue. En clair, de libérer la parole et parfois d’éviter le pire.
Car le suicide est la troisième cause de décès dans le monde agricole. Au total, 417 hommes et 68 femmes sont passés à l’acte entre 2007 et 2009 selon une étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Pour tenter d’identifier les raisons qui poussent parfois à commettre l’irréparable, la MSA Ile-de-France a créé une cellule pluridisciplinaire de prévention composée de douze personnes. Ces travailleurs sociaux, médecins du travail, professionnels de l’action sanitaire et sociale, de la santé et de la sécurité au travail interviennent bien sûr en relation avec les personnels et les élus des antennes locales des MSA. « Ils ont un véritable rôle de sentinelles, chargées de repérer les signes de détresse », conclut Laurent Pilette.
Aujourd’hui, à 16 heures, à la chambre d’agriculture, 418, rue Aristide-Briand, Le Mée-sur-Seine. Jeudi 12 décembre, à 16 heures, à la chambre d’agriculture, 2, avenue Jeanne-d’Arc, 78153 Le Chesnay.Signaler une situation préoccupante à prevention.suicide@msa75.msa.fr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire