lundi 4 novembre 2013

Cours de bonheur en Corée

Cours de bonheur en Corée
Publié le 02-11-2013 Actualité > Education - http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20131031.OBS3560/cours-de-bonheur-en-coree.html
Par Caroline Brizard

La Corée a lancé un programme de cours gratuits destinés aux adultes sans limite d'âge pour augmenter leur bien-être physique et mental. De notre envoyée spéciale à Doha.

Choi Un Shil la présidente de NILE (droits réservés)
Choi Un Shil la présidente de NILE (droits réservés)
Apprendre rend heureux. Pour remonter le moral des Coréens, menacés de mélancolie, les institutions les encouragent à prendre des cours. "Nos élèves ont sans doute d’excellents résultats aux évaluations internationale, mais nous avons un taux élevé de suicides : 43 personnes par jour, des personnes âgées, des femmes, des pop stars, des étudiants", explique de sa voix douce Choi Un Shil, présidente de NILE (National Institute for Lifelong Education). Cette femme courtoise est venue présenter au sommet WISE les principes d’une déconcertante politique publique axée sur le bien-être, dont son institution a la charge depuis 2007: les "villes apprenantes" (Lifelong Learning Cities ). Dans celles-ci, le gouvernement encourage le développement de cours gratuits ouverts à tous, y compris aux très vieux citoyens: méditation, yoga, histoire, physique, cuisine, histoire de l’art, massages… Les choix sont infinis : "Ma mère a travaillé comme professeur des écoles jusqu'à 80 ans. Depuis qu’elle s’est arrêtée, elle apprend l’espagnol. Elle m’explique que c’est le meilleur des traitements médicaux, poursuit-elle. Le sentiment d’apprendre, de progresser, fait fabriquer de la sérotonine, la molécule du bonheur".
Donner/recevoir
Ainsi se constituent d’effervescentes bourses d’échanges qui proposent des cours, et qui permettent aussi d'en donner. N'importe qui peut se lancer. Il suffit de s’inscrire à NILE. De la mère de famille, son bébé sous le bras, qui offre chez elle des leçons d’anglais, à Mimkyang, une lycéenne de 17 ans, qui fait un tabac avec ses cours sur l’histoire de l’art en Corée, les profils des "experts" peuvent surprendre. "Au début, les adultes inscrits avec Mimkyang étaient dubitatifs, s’amuse la présidente. Maintenant ils se pressent à ses leçons ! Et même ses professeurs !". Mais la classe se résume parfois à un simple face-à-face : un professeur, un élève.
Mobilisation générale.
L’Etat investit généreusement dans le programme. Dans les 118 villes qui bénéficient de ses subsides, soit plus de la moitié des cités coréennes, les lieux dédiés à cette formation tout au long de la vie se multiplient. Les collectivités locales, les entreprises, les temples bouddhistes mettent à disposition leurs locaux inutilisés, et les habitants eux-mêmes ouvrent leurs appartements. "Le progrès personnel est important, mais ce qui compte par-dessus tout est l’interaction entre les personnes", poursuit en souriant Choi Un Shil. Les "villes apprenantes" redécouvrent les liens d’échange et de solidarité. On est à des années lumière des Massive Online Courses (MOOCs) et toutes les formations à distance.  
Bientôt les campagnes.
Dans les "villes apprenantes", les études montrent que le taux de suicide a diminué, et que le sentiment de bien-être progresse. "La prochaine étape concernera les régions rurales, qui accueillent "ceux qui retournent, les retraités qui quittent la ville pour revenir dans leur village finir leur vie", annonce Choi Un Shil. "Nous allons y développer des cours de bonheur".     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire