jeudi 3 octobre 2013

Une université chinoise fait signer un «contrat suicide» à ses étudiants

Une université chinoise fait signer un «contrat suicide» à ses étudiants

Les étudiants, déjà sous pression, ont une chape de plus au-dessus de leur tête.-13WANG ZHAO/AFP-
Ce «code de bonne conduite dans les dortoirs» signé à la rentrée par les étudiants blanchit l’université de toute responsabilité si jamais ils se suicident. Une certaine conception de la prévention.
Toutes les deux minutes, une personne tente de se tuer en Chine, d’après l’AFP .Face au taux de suicide le plus élevé au monde, une université a décidé de prendre les devants... en faisant signer à ces étudiants un contrat de responsabilité au cas où ils voudraient se suicider. Une aptitude d’anticipation pour le moins cynique.
Ainsi 5000 nouveaux étudiants en première année du City College of Dongguan University of Technology ont aposé leur signature sur ce que l’université appelle un «code de bonne conduite dans les dortoirs» au moment des inscriptions universitaires, rapporte le China Daily .Dans ce contrat, les étudiants endossent l’entière responsabilité d’un éventuel suicide durant leur année d’études. Avant même qu’un drame se produise l’université se blanchit de toute implication et protège ainsi son image des éclaboussures que pourrait causer une telle tragédie.

Les suicides n’auraient aucun rapport avec la pression des études

Les médias locaux supposent que cette mesure a été mis en place après qu’un étudiant ait poignardé et agressé dans les dortoirs une étudiante qui refusait de sortir avec lui au dernier semestre. Une interprétation rejetée par l’université, qui ne s’attarde pas plus sur cette histoire. L’objectif est officiellement de faire respecter les règles de l’université aux étudiants, pour leur propre bien.
Ces derniers se sont montrés très compréhensifs. D’après les étudiants, beaucoup de suicides n’ont en effet aucun rapport avec la pression des études et sont motivés par des raisons sentimentales, familiales, et problèmes personnels. Les parents, eux, sont moins ravis. Alors qu’il pensait placer son fils dans un environnement sain et stable en l’envoyant à la faculté, un père s’insurge: «l’université ne devrait pas rejeter la faute sur d’autres quand de telles choses arrivent sur le campus».
Deux millions de Chinois essaient chaque année de se tuer et 287.000 arrivent à leurs fins. Le suicide est la première cause de mortalité chez les 15-34 ans en Chine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire