mardi 8 octobre 2013

LILLE ATELIERS CLINIQUE PAR ALEPH programme 2013-2014

Comment diagnostiquer le risque suicidaire? Se suicide-t-on parce qu'on désire mourir? (Lille) Atelier animé par le Dr Emmanuel Fleury, par le Dr Brigitte Lemonnier et par le Dr Philippe Sastre-Garau
mardi 15 octobre 2013 *
Voilà une question qui peut paraître bien superflue. Ne faut-il pas, en effet, désirer la mort avec une grande ardeur pour se décider à la mettre en oeuvre ? Nombre de témoignages suffiraient à nous convaincre d’une réponse positive à notre question : lettres de suicidés ou affirmation résolue, après avoir survécu à une tentative de suicide, du désir de recommencer.
En revanche, l’expérience psychanalytique s’inscrit en faux par rapport à cette idée si répandue.
Certes Freud fait de l’acte suicidaire la réalisation d’un désir inconscient, mais celui-ci ne vise pas forcément la mort, mais peut être lié à un désir qui suppose au contraire la vie (par exemple le désir d’accoucher dans le cas célèbre de « La jeune homosexuelle »). On peut aussi se référer aux témoignages des sujets qui, à l’inverse de ceux dont nous parlions plus haut, changent d’avis après une tentative de suicide, et sont heureux de se réveiller en vie. Ne justifient-ils pas, en effet, l’idée qu’il existe, dans tout suicide, un désir autre que celui de mourir ? Cette idée paradoxale a été développée par Jacques Lacan lorsqu’il renvoie le suicide à un agent mystérieux, qu’il appelle l’objet cause du désir (objet a).
L’atelier se penchera sur les paradoxes du désir à l’oeuvre dans le suicide grâce à l’étude de textes théoriques, de cas cliniques, de témoignages de la littérature ou du cinéma.
Le mardi soir de 21 h 15 à 23 h, les mardis 15 octobre, 26 novembre, 17 décembre 2013, 14 janvier, 11 février, 18 mars, 8 avril, 20 mai 2014.
À l’URIOPSS, Centre Vauban, 199-201 rue Colbert, immeuble Douai, 5ème étage, 59800 Lille, métro : Port Fluvial.
http://www.aleph-savoirs-et-clinique.org/comment-diagnostiquer-le-risque-suicidaire-se-suicide-t-on-parce-quon-desire-mourir-lille.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire