samedi 26 octobre 2013

AUTOUR DE LA QUESTION : PARUTION OUVRAGE 22 OCTOBRE 2013 LES CONDUITES A RISQUE

..."Les "conduites à risque" sont classiquement distinguées des tentatives de suicide (la roulette russe est-elle une tentative de suicide). Notre ouvrage aborde la question du rapport à la mort, de l'auto-destructivité, mais ne traite pas directement du suicide. "- Jean Louis Pedinielli

Agnès Bonnet et Jean Louis Pedinielli
Les conduites à risque.
Armand Colin

Les conduites à risque 
Les auteurs :
Agnès BONNET est maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie
(HDR) à l’université d’Aix-Marseille.
Jean-Louis PEDINIELLI est professeur émérite de psychopathologie et de psychologie
clinique à l’université d’Aix-Marseille.

Débat sur conduite à risque ou conduite de risque, la question du plaisir ou de la jouissance, moi et sujet, affect ou sensations, sentiments ou émotions, corps biologique ou corps libidinal, héroïsme et hédonisme, auto-stimulation ou auto-calmant etc…

Les conduites de risque, souvent nommées conduites à risque, sont des actes, répétés, qui mettent une personne aux prises avec les conséquences possibles d’un danger.
Elles comportent deux modalités cliniques : les conduites qui visent le risque et celles qui le dénient.
Dans les premières, le risque est la condition nécessaire, l’objet de la conduite dans laquelle sont recherchés
des sensations fortes, le jeu avec le danger et la mort : sports « à risque », conduite automobile « à risque », jeu, conduites sexuelles « à risque », roulette russe… La dimension pathologique réside dans la fixité, la répétition et l’absence de maîtrise. Les secondes (risque dénié) sont avant tout des recherches de jouissance (toxicomanie, alcoolisme…) comportant un risque qui n’est pas l’objet visé par la conduite, mais subi (au risque de).
L’analyse psychopathologique privilégie l’intentionnalité, le rapport au risque et à ce qu’il représente, ses effets subjectifs. Ces conduites s’appuient sur une économie fondée sur la recherche de sensations, l’exaltation, le vertige, la jouissance… L’ouvrage analyse les questions du corps, des affects, des néo-pulsions, de l’agir, du Pharmakon, de l’ordalie, de l’identification, de la jouissance, de « l’économie (psychique) parallèle ». Ce livre en faisant apparaître les dimensions sociétales, cognitives, psychanalytiques ouvre la réflexion sur ce qui est cherché à travers le risque et met l’accent sur la défaillance d’inscription symbolique.
 
Sommaire

1. Délimitations des champs du risque

Partie 1 - Lecture cognitive
2. Approche cognitive et psychopathologique du risque
3. Régulation émotionnelle et subjective dans les conduites de/à risque
4. Dimensions de personnalité, conduites et psychopathologie
5. Stratégies de régulation émotionnelle, personnalité et conduites à risque

Partie II - Lecture psychopathologique
6. Corps, affects, émotions, sensations…
7. Le corps et les éprouvés subjectifs
8. L’identité et ses prismes
9. Les actes
10. Plaisir, satisfaction, et jouissance
11. Addiction : une troublante proximité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire