mardi 8 octobre 2013

ANGLETERRE ENQUETE SUR SUICIDE D'ENFANTS ET HARCELEMENT SUR INTERNET

Enfants victimes de chantage de pédophiles : l'Angleterre s'inquiète
Edité par avec
le 20 septembre 2013 http://lci.tf1.fr/monde/europe/le-chantage-par-des-pedophiles-sur-internet-inquiete-l-angleterre-8272709.html

En Angleterre, des enfants âgés de huit ans à peine sont victimes de chantage de la part de pédophiles qui les obligent à se livrer à des actes sexuels devant une webcam. Le phénomène inquiète les autorités, qui ont mené 12 enquêtes en deux ans.
L'agence britannique de protection de l'enfance a lancé vendredi une mise en garde face à un phénomène qui s'étend : des enfants, à peine âgés de huit ans, sont victimes de chantage de la part de pédophiles qui les obligent à se livrer à des actes sexuels devant une webcam. Le Centre contre l'exploitation des enfants et de la protection sur Internet (CEOP) a indiqué avoir mené 12 enquêtes ces deux dernières années montrant cette tendance inquiétante qui pousse certains enfants au suicide.
Les pédophiles se font passer pour des enfants et ciblent leurs victimes sur des forums de discussion, avant de leur demander en privé d'envoyer des photos ou des films d'eux-mêmes à caractère sexuel. "Une fois que les enfants ont envoyé des images, les délinquants sexuels commencent à leur faire du chantage soit pour qu'ils envoient encore plus d'images indécentes soit, dans quelques cas, pour extorquer de l'argent", a indiqué le CEOP dans un communiqué. "A moins que l'enfant accepte, le délinquant menace de partager ces images avec la famille et les amis de l'enfant", poursuit l'organisme.
424 enfants soumis au chantage, dont 184 en Grande-Bretagne
Dans certains cas, les enfants sont également contraints à se livrer à des actes en direct devant une webcam, comme s'écrire des commentaires dégradants sur le corps ou s'entailler, selon cette source. Le CEOP, en collaboration avec ses homologues étrangers, dit avoir identifié 424 cas d'enfants ainsi soumis au chantage, dont 184 rien qu'en Grande-Bretagne. Parmi eux, l'organisme a recensé sept cas d'automutilation et sept cas de suicide.
Si autant de cas ont été répertoriés au Royaume-Uni, c'est d'abord à cause de l'universalité de la langue anglaise, selon le CEOP. Mais aussi parce que les "délinquants sexuels disent percevoir le Royaume-Uni comme une société très ouverte et très libre et qu'ils pensent arriver plus facilement à leurs fins".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire