vendredi 12 juillet 2013

CANADA THESE «Le processus de rétablissement des adolescents en traitement de la toxicomanie présentant des comportements suicidaires»

CANADA : thèse de doctorat en psychologie
«Le processus de rétablissement des adolescents en traitement de la toxicomanie présentant des comportements suicidaires».

Le cyberjournal En Tête présente le résumé de la thèse de doctorat en psychologie de Cinthia Ledoux, intitulée: «Le processus de rétablissement des adolescents en traitement de la toxicomanie présentant des comportements suicidaires».
Les comportements suicidaires ne sont que peu considérés dans le traitement de la toxicomanie chez les adolescents. Le processus de rétablissement des adolescents qui vivent cette double problématique ainsi que leur perception des services reçus demeurent peu documentés.  Pourtant, une meilleure compréhension des particularités caractérisant leur processus de rétablissement permettrait de leur offrir des services mieux adaptés à leur réalité. Cette thèse repose sur  un devis mixte comprenant : un volet quantitatif, soit une étude longitudinale menée en milieu naturel (n=181), et un volet qualitatif, à l’aide d’entrevues en profondeur (n=27). Les objectifs sont de: 1) comparer l’évolution d’adolescents en traitement de la toxicomanie, concernant la gravité des problèmes de consommation de SPA et des problèmes associés sur diverses autres sphères biopsychosociales, selon qu’ils présentent ou non des comportements suicidaires lors de leur admission en traitement; 2) documenter en profondeur l’expérience pluridimensionnelle des adolescents qui présentent des comportements suicidaires en ce qui concerne leur processus de rétablissement. Les résultats indiquent que les jeunes en traitement de la toxicomanie présentant des comportements suicidaires réduisent la gravité de leur consommation de drogues de façon similaire aux autres jeunes en traitement, mais qu’ils sont plus réfractaires à l’arrêt complet de leur consommation et que leur expérience de rechute est vécue plus difficilement. On note une persistance de difficultés sur certains plans : alcool, comportements suicidaires, difficultés psychologiques et interpersonnelles. Cependant, leurs relations familiales s’améliorent. Ces résultats soulignent la pertinence d’intervenir de façon intégrée auprès de cette clientèle et de mesurer le succès d’une démarche au moyen de multiples indicateurs, notamment ceux liés à la santé mentale. Des pistes d’intervention afin d’orienter le traitement de la toxicomanie de ces adolescents sont aussi proposées.

Thèse de doctorat en psychologie soutenue le 12 juin 2013

Mme Natacha Brunelle, Ph. D., directrice de recherche
Professeure
Université du Québec à Trois-Rivières
Mme Karine Bertrand, Ph. D., codirectrice de recherche
Professeure agrégée
Université de Sherbrooke
M. Marc Daigle, Ph. D., président du jury
Professeur et psychologue
Université du Québec à Trois-Rivières
M. Yvan Lussier, Ph. D., évaluateur
Professeur
Université du Québec à Trois-Rivières
Mme Hélène Simoneau, Ph. D., évaluatrice externe
Chercheure et professeure associée
Université de Sherbrooke

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire