jeudi 4 juillet 2013

ALGERIE : ARTICLE PRESSE ..Le phénomène prend de plus en plus d’ampleur

Le phénomène prend de plus en plus d’ampleur : silence, on se suicide à Béjaïa!


Le suicide est un phénomène mondial, depuis la nuit des temps. L’homme tente, sans cesse,  de le comprendre pour proposer des solutions salvatrices.
En Algérie, on dénombre beaucoup de  suicides, lesquels sont en croissance démesurée. Cependant, les pouvoirs publics tardent à se consacrer, sérieusement, à cette tragédie dévastatrice. Dans ce reportage, nous tentons décrypter ce phénomène dans l’une des régions fortement touchées.
 
Qu’est- ce qui pousse les gens à se suicider ?        
Souvent une question nous revient à l’esprit : les problèmes sociaux et les multiples entraves de la vie sont-elles les seules causes du suicide ? Pour répondre à cette question, nous avons décidé de recueillir les avis des citoyens. Vers 13 H, nous sommes au cœur de la place Gueydon, située au centre de l’ancienne ville de Béjaïa. La journée est printanière, même si l’été s’est installé, depuis quelques jours. 
Les gens profitent de ce temps clément pour prendre des boissons fraîches sur la terrasse.  Tout le long d’un balcon, des jeunes, des couples et des vieux contemplent la mer, le port et toute la vue panoramique qu’offre l’endroit paisible, un endroit enchanteur. Cependant, ce lieu n’est pas aussi magique qu’on le pense car les Béjaouis l’appellent communément : la place de la mort. Ici, nombre de personnes se donnent la mort, en se jetant d’une    hauteur de plus de 40 mètres. Nous sollicitons des personnes pour leur poser des questions sur le suicide et sur l’endroit, mais beaucoup refusent de nous répondre et nous supplient de ne pas leur gâcher la journée par une telle « malédiction ». 
Toutefois, trois personnes acceptent de nous répondre. « Je suis âgé de 70 ans et je connais bien la place Gueydon et son histoire tragique. Certes, il y  a eu des suicides ici depuis longtemps mais à partir des années19 90, le phénomène s’est multiplié pour atteindre son paroxysme après le printemps noir de 2001 (évènements de Kabylie). Je pense que les gens perdent de plus en plus les valeurs religieuses et ne se retrouvent plus, ou presque », estime Da Kaci. Un vieux de la région. Un peu plus loin, un jeune couple accepte de répondre à nos questions. Interrogé sur les raisons du suicide, Amel nous répond calmement : «  A mon avis, les gens se suicident à cause des problèmes sociaux. Le chômage, les divorces, les conflits familiaux sont, entre autres, les causes directes du suicide.  Et je pense que ces problèmes ne cessent  de se multiplier et donc le phénomène fait tache d’huile ». 
Idir, fiancé de la jeune Amel, ajoute : « Chez nous, les gens se suicident de plus en plus car la société est clochardisée. Devant l’absence de politiques socioéconomiques adéquates, les fléaux sociaux se prolifèrent faisant des ravages. Beaucoup de jeunes n’ont ni travail, ni loisirs ni situation stable, alors ils sont des proies faciles pour toute forme de destruction ou d’autodestruction. Et si la wilaya de Béjaïa enregistre un taux de suicide très élevé c’est que la région n’a pas encore bénéficiée d’une bonne prise en charge par les autorités. Il suffit de visiter les wilayas limitrophes telles que Jijel et Sétif pour constater la différence. Vraiment il n’y a pas photo. On peut même se poser la question si ces wilayas font partie du même pays. Au moment où les infrastructures, les projets d’investissement, les recrutements sont, nettement élevés dans nombre de wilayas, la capitale des Hamadites reste à la marge.» Ainsi chacun a sa propre vision du suicide et ses causes.   
 
Que pensent les psychologues du suicide? 
Pour mieux comprendre ce phénomène nous avons aussi interrogé un psychologue praticien Zoubir Arkoubi, exerçant son métier, à Amtiq-n-tafat, pas loin de la Maison de la culture Taous -Amrouche. Le spécialiste de la santé mentale nous reçoit dans son bureau vers la fin de la journée. 
« Ce n'est pas aussi facile de dire que tel ou tel facteur peut mener au suicide. Cependant, le travail clinique nous laisse palper certaines réalités. D'abord, il y a les différentes maladies psychiatriques qui sont à mi-chemin du suicide. Les personnes qui souffrent psychiquement peuvent à n'importe quel moment passer à l'acte. Mais il y a d'autres gens dits normaux qui se suicident. Cela dépend de leur vulnérabilité psychique. Peut-être que ceux qui se donnent la mort n'ont pas une bonne philosophie de vivre pour faire face aux problèmes de la vie. Malgré les efforts des scientifiques pour comprendre ce phénomène, tant de choses restent à décrypter. Le marasme social et tous les échecs multiples  ne peuvent pas être la raison directe du suicide. Le plus faible taux de suicide est enregistré dans le Sud algérien, pourtant, c'est peut-être la région la plus enclavée de pays, » estime notre psychologue. 
« Ceux qui souffrent psychiquement, lorsqu'ils sont atteints de dépression ou de mélancolie. Ces sujets sont très fragiles et n'ont pas beaucoup d'attache avec à la réalité, donc ils peuvent se suicider. On peut aussi citer les enfants victimes de l'isolement et du manque de dialogue. II y a, en outre, la perte de l'objet d'amour. Les psychanalystes pensent que chaque personne a des objets d'amour, c'est-à-dire des choses, des valeurs, ou carrément d'autres personnes auxquelles elles éprouvent de l'amour. Quand on a un narcissisme de fusion, on ne peut pas vivre sans son objet d'amour. Perdre ce centre d'intérêt signifie perdre le sens de la vie, autrement dit perdre la vie ; se suicider. Cette situation peut être provoquée par la mort d'un proche, par un échec aux études ou par une déception amoureuse. Le problème n'est pas dans les circonstances mais dans l'intérêt qu'on porte aux choses de la vie et dans notre prédisposition psychique à gérer les conflits,» précise notre interlocuteur. En somme, le M. Arkoubi pense que les problèmes sociaux ne sont pas la cause directe du suicide, mais la vulnérabilité psychique est la vraie source. Sur le cas Béjaoui, le psychologue estime que des études très approfondies sont nécessaires pour confirmer ou infirmer la spécificité régionale du phénomène.                            
 
Le suicide, une faucheuse sans nom 
En 1939, Albert Camus écrit, dans ses fameux reportages sur la Misère de la Kabylie (dans Alger-Républicain) : « Ici la misère est effroyable. Si ce n’était pas ridicule, il faudrait le crier tous les jours dans le journal. Je ne suis pas suspect de sentimentalité. Mais aucun homme de sensibilité moyenne ne peut voir ce que j’ai vu sans être bouleversé ». 
Nous pensons qu’on peut écrire la même chose sur le suicide à Béjaïa, sans aucune dramatisation ni exagération. Beaucoup de gens se suicident et à peine si on les cite des la presse et hop place à l’amnésie. Certains quotidiens recommandent même à leur journalistes et correspondants de ne pas écrire sur cette « banalité », tellement elle se répète fréquemment. 
Nous avons eu nous- même « l’amère opportunité » d’être témoins de ce silence-radio imposé.   Selon les statistiques officielles de la Gendarmerie nationale de ces dernières années, le nombre des suicides annuels  dépasse les 300 cas, idem pour les tentatives de suicides. En d’autres termes, presque chaque 24 heures, y a un suicide et une tentative de suicide à l’échelle nationale.  Et ce, sans comptabiliser les « suicides cachés » pour des considérations familiales sou sociales  car ce phénomène demeure un grand tabou. Il y a, en outre, les suicides camouflés par des présumés assassinats, noyades et autres fromes obscures. 
Donc, le nombre réel des personnes qui se donnent la mort dépasse  largement les chiffres fournis par les services de sécurités et par la presse. Les conditions sociales lamentables que subissent de plein fouet les couches défavorisées sont, entre autres, des sources qui apportent du grain  au moulin de la mort. Face à cette réalité lugubre et malgré des louables initiatives des pouvoirs publics, le mal reste omniprésent et croissant.  L’université algérienne  forme  beaucoup de spécialistes de la santé mentale, comme elle  forme  d’innombrables sociologues et autres cadres. Cependant, leur savoir n’est pas salvateur pour les citoyens, faute de recrutement ou de politiques adéquates. Pour les gens qui tentent de se suicider, souvent, ils sont livrés à eux-mêmes, sans qu’ils soient pris en  charge, surtout dans les petits patelins, loin des « luxes citadins ».  
Face à ces constatations, la société gagnerait à ne pas diaboliser le suicide, en ouvrant plus d’espaces au dialogue, à la tolérance, à l’amour et toutes les valeurs nobles. Les autorités et les médias ont aussi un grand rôle à jouer pour informer, sensibiliser, prévoir et pourquoi ne pas, éviter le plus grand nombre possible de suicides. L’intelligence de l’homme lui permet de ne pas se laisser faire devant la rude réalité mais de proposer, sans cesse, des solutions ingénieuses.     
Mohand Cherif Zirem 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire