jeudi 13 juin 2013

DINAN collectif d'acteurs de prévention du suicide et des souffrances psychiques est né à Dinan

Un réseau pour prévenir les suicides - 12/06/2013
http://www.dinan.maville.com/actu/actudet_-Un-reseau-pour-prevenir-les-suicides_fil-2354187_actu.Htm

Le collectif Misaco s'est réuni avec de nombreux acteurs locaux.
Le collectif Misaco s'est réuni avec de nombreux acteurs locaux.
Un collectif d'acteurs de prévention du suicide et des souffrances psychiques est né à Dinan.
Dinan explose la moyenne nationale de mortalité liée aux suicides. Elle la surpasse de 56% chez les hommes, 87% chez les femmes. En collaboration avec la Mutualité française de Bretagne (MFB) et de nombreux acteurs locaux, à l'instar du Pays de Dinan, le collectif « Misaco » a vu le jour. L'objectif? « Repérer et évaluer le risque suicidaire », explique Bertrand Laot, président de la MFB. Le collectif permet « l'accompagnement de personnes en difficulté »,précise Sabrina Rohou, responsable activité promotion de la santé, à la MFB. Former pour repérer la crise
De nombreux acteurs de la sécurité publique, professionnels de la santé et de l'assistance sociale, ont rejoint le réseau. La Mutualité sociale agricole (MSA) en fait partie et salue le travail mené en commun. « Prévenir, c'est agir ensemble. C'est notre objectif », indique Didier Glot, animateur à la MSA.
Mais comment repérer les crises suicidaires? Le réseau Misaco propose des formations « afin d'améliorer la détection et l'orientation d'individus en souffrance ». Une trentaine de personnes ont ainsi été formées sur le secteur de Dinan. Le collectif incite donc à se former pour « réagir rapidement et sereinement ».
Contacts, pour les personnes à la recherche d'une écoute et d'une orientation : centre médico-psychologique de Dinan, tél., 02 96 39 83 81, 117, rue de Brest. Pour les acteurs de la prévention (professionnels, élus, bénévoles...) confrontés dans leurs missions à des personnes en souffrance et qui souhaitent suivre les formations : tél., 02 96 85 99 25.
Kévin FLOURY.  Ouest-France  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire