vendredi 17 mai 2013

ACTU RAPPORT pour Projet de plan national de lutte contre les discriminations LGBT à l'école et la prévention du suicide chez les jeunes.

Pamiers. Michel Teychenné a rendu son rapport


Publié le 17/05/2013 dur http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/17/1628464-pamiers-michel-teychenne-a-rendu-son-rapport.html

Journée internationale contre l'homophobie



Michel Teychenné qui avait été chargé par le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon d'établir un rapport sur l'homophobie en milieu scolaire (1) a terminé son travail et vient de le remettre au ministre.
«Après sa lecture, nous aurons ensemble une séance de travail sur ce sujet, puis le ministre rendra ces arbitrages avant la fin du mois de juin pour une mise en place des premières actions dès la rentrée 2 013. Le rapport sera alors rendu public.»
Dans quelles conditions s'est déroulée la collecte des éléments ? Pas évident au point de vue documentaire, selon l'auteur de ce travail. «Il n'y a jamais eu de recherche universitaire faite sur ce sujet, rien en particulier sur le harcèlement. Nous sommes très en retard par rapport à d'autres pays. En revanche, j'ai fait la somme des recherches universitaires sur la question du suicide et des jeunes. Ensuite j'ai réuni des groupes de travail avec les associations concernées» Michel Teychenné a auditionné près de 120 personnalités qualifiées issues d'organismes différents, enseignants, syndicats, parents d'élèves, planning familial, le tout dans un partenariat «fructueux avec les associations qui luttent contre l'homophobie à l'école.» Michel Teychenné a donc ensuite rédigé ses propositions sur la formation et la sensibilisation des élèves, formation initiale et continue, en partenariat avec la mission d'Éric Debarbieux, délégué national à la lutte contre le harcèlement et la violence. «J'ai développé aussi un grand volet sur la prévention du suicide chez les jeunes» observe Michel Teychenné. Le suicide chez les homosexuels est quatre fois plus élevé chez les jeunes filles, et dix fois plus chez les garçons. «Ces jeunes ont beaucoup de difficulté à faire accepter leur différence, et ne trouvent rien pour les aider, tant chez beaucoup de parents, qu'au sein des institutions. Il faut donc les aider à passer ce cap !» insiste Michel Teychenné.
1) Projet de plan national de lutte contre les discriminations LGBT à l'école et la prévention du suicide chez les jeunes.


info + :
Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre
Bilan intermédiaire - 16 mai 2013
A consulter http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/pag_lgbt_-_bilan_intermediaire.pdf

 Sur http://www.gouvernement.fr/gouvernement/journee-mondiale-contre-l-homophobie-le-gouvernement-agit
Journée mondiale contre l'homophobie : le Gouvernement agit
17/05/2013
Najat Vallaud-Belkacem avec Manuel Valls, Michel Sapin, Geneviève Fioraso, Dominique Bertinotti et Pascal Canfin. Photo : Razak/MDDF
Najat Vallaud-Belkacem avec Manuel Valls, Michel Sapin, Geneviève Fioraso, Dominique Bertinotti et Pascal Canfin. Photo : Razak/MDDF
Il y a six mois le Gouvernement a défini le premier programme d’actions contre les violences et discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. A l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, coup d'oeil sur les actions déjà engagées.
Comme l'attestent les derniers chiffres publiés par les associations 1, l’homophobie est encore une réalité quotidienne en France. A l'automne dernier, le Gouvernement a défini le premier programme d’actions contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre.
Tout était à faire. C’est la première fois qu'un gouvernement français mène une politique interministérielle sur ce sujet.
A l’occasion de la journée du 17 mai, Najat Vallaud-Belkacem, à qui le Premier ministre a confié la mission de superviser ce programme d'actions interministériel, en publie un bilan intermédiaire. Ce programme se décline en quatre axes :
1. lutter contre les violences ;
2. s’appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités ;
3. agir contre les discriminations au quotidien ;
4. relancer le combat international pour les droits des personnes LGBT.

Les mesures déjà prises :

  • Le Gouvernement a engagé une réforme des systèmes statistiques des ministères de la Justice et de l’Intérieur pour pallier l'absence de mesure officielle des actes commis à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. Dès 2014, il publiera les chiffres de l’homophobie.
  • Pour lutter contre ces violences, l’accueil des victimes dans les commissariats et les bridages de gendarmerie est amélioré. Dès juin 2013, des modules de formation à la prévention et à la détection des violences homophobes seront proposés aux magistrats, policiers, gendarmes et avocats par l’Ecole nationale de la magistrature.
  • La lutte contre l'homophobie sur les réseaux sociaux fait aussi l'objet de toute l'attention du Gouvernement 2. Le 8 février 2013, Najat Vallaud-Belkacem a réuni les associations et les responsables de Twitter. Un groupe de travail interministériel, rassemblant les ministères de la Justice, de l’Intérieur, des Droits des Femmes et de l’Economie numérique s’est constitué. Le dialogue se poursuit avec Twitter, sous la conduite du ministre de l’Intérieur, en vue de l’élaboration d’un protocole de signalement avec la plateforme Pharos. Mais le Gouvernement a fait savoir à l’entreprise que des sanctions seront rapidement prises si elle demeure en infraction à la législation française. Najat Vallaud-Belkacem a également saisi la commissaire Neelie Kroes de cette question, l’invitant à donner une dimension européenne à cette problématique.
Signature ce 17 mai d'une convention pour le renforcement de la ligne d'écoute de SOS Homophobie
Signature ce 17 mai d'une convention pour le renforcement de la ligne d'écoute de SOS Homophobie

  • La ligne d’écoute téléphonique et la messagerie internet de l’association SOS Homophobie sont renforcées dans le cadre d’une convention signée entre le ministère des Droits des femmes et l’association.
  • Pour renforcer la réponse pénale et lutter contre les propos discriminatoires, les procureurs de la République seront invités par la Garde des Sceaux à traiter les plaintes portant sur des faits homophobes avec la plus grande vigilance. Le 7 février 2013, le Sénat a voté à l’unanimité l’extension de trois mois à un an du délai de prescription applicable aux propos discriminatoires fondés sur le sexe, l’orientation ou l’identité sexuelle, ou le handicap. Cette disposition a été soutenue par la ministre des Droits des femmes.
  • Tous ces efforts n’auraient pas de sens sans que soit engagé un travail en profondeur de lutte contre les stéréotypes. De l’école à l’université, en passant par le milieu du sport, de l'éducation populaire et des médias, des actions sont menées pour lutter contre l’ignorance et les clichés homophobes.
  • Pour donner toute leur place aux familles homoparentales dans la société, le Gouvernement a ouvert le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Les formulaires et les conditions d’accès aux services publics destinés aux familles (services sociaux, centres sportifs, centres de loisirs) seront modifiés pour faire une place aux familles homoparentales.
  • Le Gouvernement agit enfin contre les discriminations qui frappent les salariés. La question des discriminations homophobes sera proposée à l’ordre du jour de la deuxième conférence sociale.
  • L’action du Gouvernement ne se limite pas à nos frontières : la France mène, comme l’a affirmé le président de la République à la tribune des Nations Unies le 25 septembre 2012, un combat historique pour la dépénalisation universelle de l'homosexualité.
Pour plus de détails sur l'action gouvernementale en matière de lutte contre l'homophobie, lire le dossier complet téléchargeable ci-dessous.

  1. Selon le rapport annuel de l'association SOS Homophobie publié le 14 mai, les agressions homophobes ont bondi de 27 % en 2012. 
  2. En 2012, internet rassemble à lui seul 35 % des actes homophobes répertoriés. 
Télécharger
Icône du fichier pag_lgbt_-_bilan_intermediaire.pdf


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire